Suivez-nous

Sciences

Des scientifiques découvrent le premier être vivant capable de vivre sans oxygène

La vie existe finalement sans oxygène, c’est en tout cas ce que nous prouve ce parasite.

Il y a

  

le

 
Henneguya salminicola
© Stephen Douglas Atkinson

Certaines vérités semblent immuables, comme le fait que le ciel soit au-dessus de nos têtes, que rien ne peut voyager plus vite que la lumière, ou encore qu’un être vivant a besoin d’oxygène pour vivre. Cette dernière vérité pourrait justement avoir besoin d’être revérifiée. Des scientifiques viennent de découvrir un parasite qui ressemble à une méduse dénuée de génome mitochondrial. C’est la première fois qu’une telle trouvaille a lieu.

Cela signifie que ce parasite ne respire pas, il vit sa vie sans avoir besoin d’oxygène. Cette découverte va modifier notre compréhension du fonctionnement de la vie sur Terre, mais pourrait également aider les scientifiques dans la recherche d’une potentielle vie extraterrestre.

Des scientifiques de l’université de Tel-Aviv en Israël, ont décidé de se pencher avec plus d’attention sur un parasite du saumon appelé henneguya salminicola. Il s’agit d’un cnidaire (anémones de mer, méduses, coraux…) qui crée des kystes disgracieux dans la chair du poisson, mais qui sont totalement inoffensifs pour le saumon, les deux espèces cohabitent pendant tout le cycle de vie du poisson. Lorsqu’il se trouve à l’intérieur du saumon, le cnidaire peut vivre sans oxygène. La manière exacte dont il survit reste un mystère.

Aujourd’hui nous avons connaissance de certains organismes qui sont capables de s’adapter à des milieux pauvres en oxygène, mais le fait que henneguya salminicola puisse vivre sans aucune dépendance à l’oxygène reste tout simplement du jamais vu. Les scientifiques ont rédigé un rapport dans lequel on peut lire : « Notre découverte confirme que l’adaptation à un environnement anaérobie n’est pas propre aux eucaryotes unicellulaires, mais qu’elle a également évolué chez un animal parasite multicellulaire. Ainsi, henneguya salminicola offre une opportunité de comprendre la transition évolutive d’un métabolisme aérobie à un métabolisme anaérobie exclusif ».

Une telle découverte pourrait aussi aider les pêcheurs à adapter leurs stratégies de lutte contre le parasite. Comme on l’a dit plus haut, il est totalement inoffensif pour l’homme, mais personne ne veut acheter du saumon criblé de petites méduses bizarres.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Malkut

    27 février 2020 at 12 h 19 min

    Je ne suis pas biologiste , mais il me semble qu’il existe plusieurs familles de bactérie dite anaérobie stricts.
    Et donc que nous avons déjà des exemples de vie sans oxygène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests