Détecter un mélanome avec son iPhone, sérieux ?

Détecter un mélanome ? Il y a une application pour ça. Il fallait oser, et Cronian Labs, une startup roumaine, l’a fait.

Détecter un mélanome et prévenir un cancer de la peau ? Il y a une application pour ça. Il fallait oser, et Cronian Labs, une startup roumaine, l’a fait.

L’application Skinscan, compatible avec iPhone et iPod Touch, permet à partir d’une simple photo d’un grain de beauté un peu douteux, d’aider à identifier son éventuelle dangerosité et d’établir un diagnostic qui aidera à se décider à consulter un dermatologue.

Skinscan utilise un algorithme basé sur les fractales, qui analyse l’image fournie et permet de déterminer si une tâche sur la peau peut être un mélanome. L’application permet de suivre l’évolution d’une zone donnée, et puisqu’elle est géolocalisée, propose également une carte mondiale interactive de la santé dermatologique.

Les auteurs de cette application s’entourent – à juste titre – d’un luxe de précautions en précisant que celle-ci est à utiliser à titre purement informatif et ne se substitue pas à une vraie démarche médicale, même si une dermatologue apporte sa caution en introduction des explications du site.

Skinscan coûte 3,99 euros sur l’App Store et je ne l’ai pas achetée, car j’ai beaucoup de mal à croire qu’une simple photo permette de poser un diagnostic sur la présence ou non d’un mélanome malin. D’ailleurs je serais curieux de voir comment se comporte celle-ci avec la photo d’une tâche de café sur un bureau en bois clair… Si je me décide à investir je ferai quelques tests et je publierai les résultats ici.

(source)


Nos dernières vidéos

14 commentaires

  1. C’est vraiment pas con cette appli. Mais plus pour le créateur que pour le public. Jouer sur la peur des gens est un bon moyen de gagner beaucoup de fric.
    A quand l’appli qui permettra de détecter les gens malhonnêtes à partir de leur photo en extrapolant la phrénologie au web 2.0…
    Pour ma part je ne crois pas à cette appli et la vois même comme dangereuse. Mais bon, vu le nombre d’hypocondriaque au monde, il va être riche le mec!!!

  2. A 1ere vue (je n’ai pas téléchargé l’appli) Cela se base sur au mieux 2 symptômes : irrégularité de la forme et de la couleur.

    L’aspect « 3D » pour évaluer le relief est aussi intéressant, mais ne semble pas être traité.

    Même les dermatos hésitent parfois .. alors une appli.. 😉

  3. odenis : « Même les dermatos hésitent parfois .. alors une appli.. »
    Rien à rajouter… si ce n’est : utiliser la vue et le toucher, c’est gratuit ! 🙂

  4. on trouve vraiment tout est n’importe quoi. Pas étonnant qu’il y ait autant d’applications sur l’appstore 😀

  5. Maître Capello on

    Durant une bonne minute, je me suis demandé si je devenais pas complètement fada… jusqu’à ce que je me rende compte que je lisais ‘mélomane’ au lieu de ‘mélanome’.
    Il fait 33C et j’ai pas de clim, aussi…

  6. Pingback: Repérer un mélanome grâce à son iPhone | Belgium iPhone

  7. Je pense que ce programme est basé sur la règle dite « ABCDE » :
    A pour Asymétrie,
    B pour Bords irréguliers,
    C pou couleur non homogène,
    D pour diamètre,
    E pour évolution.
    C’est cette règle qui est appliquée généralement pour déterminer si un grain de beauté peut être ou non un mélanome. J’imagine qu’un programme de reconnaissance d’image peut mesurer l’ensemble de ces critères et effectuer un diagnostique correct. Même si bien entendu il faut le faire confirmer par un spécialiste.

  8. Faute avouée à moitié pardonnée ?

    J’ai lu « Détecter un mélomane avec son iPhone, sérieux ? » avant d’ouvrir le post.
    Du coup la phrase « Détecter un mélomane et prévenir un cancer de la peau ? » m’a paru étrange…

  9. je pense que c’est une sacrée avancée médicale qui ne va quand même pas remplacer l’avis du médecin.
    Ce truc va surement sauver quelques vies on va pas cracher dessus.

  10. @brice : d’un point de vue traitement d’images, la mesure de A, C et D me semble triviale, B à peine plus difficile. Seule difficulté pour A B C et D : si la tache est d’une couleur proche de la peau autour – cela pose problème si l’algorithme de segmentation de la tache est basé uniquement sur la couleur (ou l’intensité des pixels). Même un algorithme basé sur la détection de contours peut faillir si la différence d’intensité n’est pas assez grande entre la tache et le fond (la peau).

    Pour E, cela suppose de comparer plusieurs images dans le temps, ce qui introduit quelques difficultés supplémentaires : différents angles de vue, échelles et conditions d’illumination, par exemple. Mais rien d’insurmontable non plus. Il me semble possible de faire ce genre d’approche de manière automatique.

    Le site rapelle en effet que cette application ne remplace pas un diagnostic de médecin, et encourage même à consulter en indiquant les médecins les plus proches sur une carte. Ca me semble assez sérieux. L’application offre au moins l’avantage de pouvoir suivre ses taches au cours du temps.

  11. C’est très dangereux de créer un service qui puisse faire que les personnes consultent moins les médecins, surtout en France !
    Espérons qu’ils connaissent un peu la législation.

Send this to a friend