[détox] Comment s’informe la jeune génération ?

Un rapport de la Knight Foundation explique que les jeunes font de moins en moins confiance aux médias traditionnels et dévoile leurs méthodes d’information et de vérification des contenus proposés.

Au travers de cet article, nous allons aborder les conclusions issues du rapport de Knight Foundation, qui explore la façon dont les jeunes utilisent les smartphones, les applications mobiles ou encore les réseaux sociaux pour suivre l’actualité. Si vous souhaitez lire le rapport complet, en anglais, vous pouvez le télécharger en cliquant sur ce lien.

>> Retrouvez tous nos articles de la série [detox]

Un faible niveau de confiance

Mary Madden, Amanda Lenhart et Claire Fontaine, les auteurs de l’étude, ont constaté au cours de leurs entretiens avec des jeunes âgés de 14 à 24 ans que ces derniers exprimaient un faible niveau de confiance envers les médias et utilisaient d’autres moyens pour vérifier l’exactitude des informations lues. “Les adolescents et les jeunes adultes font aujourd’hui face à un environnement d’information incroyablement complexe” explique Mary Madden, chercheuse en nouvelles technologies au sein de Data & Society Research Institute. “Les objectifs et les rythmes de consommation ont été totalement bouleversés par cette génération qui suit en grande partie l’information par le biais des applications mobiles ou des médias sociaux”, dont les algorithmes choisissent le contenu à mettre en avant grâce à la récolte des données des utilisateurs.

>> Comment parler aux millenials quand on est un média ?

On constate ainsi que les jeunes suivent les actualités de façon aléatoire et ont tendance, la plupart du temps, à tomber sur une actualité au hasard au gré de leurs consultations des réseaux sociaux. S’en suit alors une plongée dans les flux de nouvelles à travers divers médias sociaux, sur lesquels des articles sont partagés par des connaissances puis mis en avant par les algorithmes en fonction des goûts et centres d’intérêt de l’utilisateur.

De plus, on note une difficulté de plus importante pour les médias de voir les articles qui intéressent les jeunes dans la mesure où le partage se fait régulièrement via les captures d’écran, qu’il s’agisse d’un article, d’une photo ou d’une story sur Snapchat. Ce type de partage fausse ainsi les statistiques des outils actuels pour suivre le trafic d’un site vers un réseau social et inversement.

Évaluer la pertinence d’un contenu de façon indépendante et collective

Les jeunes mettent en avant le parti pris des médias pour expliquer le peu de confiance qu’ils leur accordent. La façon de lire les actualités est différente aujourd’hui. Il y a encore quelques années, on lisait un journal ou consultait un site web d’actualité en connaissant l’orientation politique dudit média. Néanmoins, face à l’abondance de contenu, les articles sont aujourd’hui plus lisses et les médias ont moins de temps pour vérifier l’exactitude des propos qu’ils relaient. Les journalistes sont donc aujourd’hui dans un entre-deux : ils surfent sur l’orientation politique historique de la marque média à laquelle ils appartiennent tout en relayant des actualités brèves et la plupart sans analyse de fond. Aujourd’hui, la génération X est davantage sur les réseaux sociaux et confrontée à des contenus et des sources d’actualité de qualité variable qu’ils doivent évaluer soit de façon individuelle en se forgeant leur propre opinion, soit de façon collective en commentant et en lisant les commentaires des autres membres du réseau social et de leur communauté. Pour se faire une idée du sérieux d’un article ou d’une source, ils n’hésitent d’ailleurs pas à aller chercher des opinions totalement contraires à ce qu’ils viennent de lire.

“Ces découvertes illustrent une variété de stratégies novatrices que les jeunes utilisent pour évaluer la véracité des actualités qu’ils trouvent en ligne” explique Amanda Lenhart, chercheur à The Associated Press-NORC Center for Public Affairs. Les adolescents et les jeunes adultes n’hésitent pas à changer régulièrement de médias sociaux et d’applications d’information afin de consulter plusieurs sources et ainsi tenter de vérifier et de comprendre les articles et histoires qu’ils lisent.

Les témoignages des nombreux jeunes interrogés et les analyses issues du rapport fournissent des informations précieuses pour développer de nouvelles approches de l’innovation média et ainsi améliorer le dialogue et la confiance entre les sources d’actualité et la jeune génération. “En tant que journalistes, nous cherchons constamment de nouvelles façons de faire participer le public mais aussi à de comprendre les habitudes des nouvelles générations de consommateurs. Ce rapport offre ainsi un aperçu détaillé de la façon dont les jeunes conceptualisent et consomment l’actualité dans les espaces numériques et en quelles sources ils ont confiance” déclare Luc Gomez, directeur de la recherche à la fondation Knight.

À propos de l’étude et de la fondation

Pour établir ce rapport, la Knight Foundation a mis en place entre juin et juillet 2016 des groupes de discussion avec 52 adolescents et jeunes adultes à travers les États-Unis pour en savoir plus sur la façon dont ils perçoivent et consomment l’actualité via le numérique, l’influence croissante des smartphones et autres appareils mobiles, les réseaux sociaux et les applications de messagerie.

L’équipe de recherche a mené six groupes de discussion dans trois grande villes aux États-Unis : Philadelphie (Commonwealth de Pennsylvanie), Chicago (Illinois) et Charlotte (Caroline du Nord). Chaque discussion durait environ 90 minutes et mêlait des personnes, jeunes hommes et femmes, âgées de 14 à 24.

La Knight Foundation est une fondation nationale très ancrée localement qui investit dans le journalisme, les arts et les nouvelles technologies. Son objectif est d’informer les communautés car elle pense que “les communautés informées et engagées sont les éléments constitutifs d’une démocratie réussie et que les communautés réussies sont équitables, inclusives et participatives”. La fondation est aujourd’hui présente dans 26 villes où les frères John S. et James L. Knight ont publié des journaux.

Et vous, vous êtes plutôt du genre à vérifier les actualités sur lesquelles vous tombez par hasard ou à faire confiance aux algorithmes des réseaux sociaux ? Allez, à dans 15 jours !


Comment s’informe la jeune génération ?"]

Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Info confirmée par le dernier rapport Social Life 2017 en France par Harris Interactive : http://harris-interactive.fr/n.....en-france/

  2. Info confirmée par le dernier rapport Social Life 2017 en France par Harris Interactive : http://harris-interactive.fr/n.....en-france/

Répondre

Send this to a friend