Drones : le marché de l’emploi peine à décoller en France (étude)

Le méta-moteur de recherche d’emploi Joblift s’est intéressé à l’emploi sur le marché des drones en 2016/2017 et le décollage est difficile.

Drones

Joblift, le méta-moteur de recherche d’emploi naît en Allemagne s’est intéressé à l’emploi crée par le marché des drones en France. Un secteur ouvert à tous puisque si Joblift note que les ingénieurs sont prisés, le marché “offre également des opportunités d’emploi et de formation pour les moins diplômés” grâce à l’Armée de terre. En effet, 50% des offres proposées proviennent de l’Armée de terre avec un plébiscite pour l’emploi des pilotes et opérateurs de drones qui représente près de la moitié des offres totales (49%). Les architectes et ingénieurs sont les plus recherchés avec 30% des offres chez les spécialistes des drones, ils devancent les techniciens électroniques (8%) et les développeurs informatiques (7%).

Une augmentation de 2% du nombre d’offres d’emploi et une majorité de CDI

En analysant plus spécifiquement les offres proposées, on observe que l’Armée de terre propose surtout des contrats à durée déterminée, mais dans son ensemble, le secteur privilégie les CDI. 65% des offres sont des CDI et 32% des contrats d’apprentissage ou de stage. Notons également que malgré les déboires de la division drones de Parrot, la société française a annoncé la suppression de 290 postes, les offres d’emploi augmentent en moyenne de 2% depuis janvier 2016.

Dans son ensemble, le marché des drones à usage professionnel français reste très dépend du monde militaire tandis que celui des drones civils est encore à la traîne.

La France privilégie le drone à usage professionnel…

Une spécificité française pour Joblift qui explique observer une tendance très différente chez nos voisins européens. Sur les 1 804 annonces d’emploi publiées depuis janvier 2016 et recensées par Joblift, on constate que le drone français “est essentiellement destiné à l’usage professionnel avec 47% des offres destinées au travail sur des drones de défense, dont l’aérospatial (32%) et l’aéronautique (15%)”. Enfin, la part d’annonces d’emploi destinées aux drones à usage récréatif s’élève à 4% et 2% concernent l’agriculture de précision.

… contrairement à ses voisins européens !

À titre de comparaison, 914 offres autour des drones ont été publiées lors des 12 derniers mois au Royaume-Uni et 75% de ces offres étaient liés aux drones à usage récréatif ou cinématographique. Le marché britannique recherche en majorité des développeurs ainsi que des ingénieurs (60%) et des commerciaux (22% contre 7% en France).

En Allemagne, 944 offres ont été publiées et Joblift précise que ce “chiffre est largement porté par Intel (45%)”, qui s’est spécialisé dans les drones commerciaux et plus particulièrement ceux destinés aux industries énergétiques et agricoles. Le pays recherche 77% d’ingénieurs et développeurs informatiques et 21% de commerciaux.

Et demain ?

Le marché des drones est en plein essor et les offres pourraient se multiplier dans les mois et années à venir. Encore jeune, le marché est surtout porté par les drones de loisirs qui représentent une grande partie des ventes, mais la situation est amenée à s’inverser et l’usage professionnel va exploser.

C’est notamment le cas aux États-Unis où les engins destinés au monde professionnel pourraient accroître leur nombre de 42.000 (fin 2016) à 442.000 en 2021. Comme le relève le site Smartdrones.fr, ils seront donc environ dix fois plus nombreux et leur nombre s’amplifierait de 50% chaque année pour les cinq prochaines années.

 


Nos dernières vidéos

Répondre

Send this to a friend