Connect with us

Sciences

Du carburant à base de poisson mort pour propulser des navires de croisière

Une compagnie maritime norvégienne va utiliser des déchets de poissons pour générer du biogaz liquéfié qui servira de carburant à une partie de sa flotte.

Il y a

le

Hurtigruten

Comment ça, il est pas frais mon poisson ? (les connaisseurs reconnaitront)

En ces temps de prise de conscience généralisée de l’urgence à sauvegarder notre environnement, et accessoirement sauver la planète, et alors que les automobilistes paient cash une partie de l’addition, il se dit que d’autres sources de forte pollution passeraient sous les radars sans susciter autant de bruit médiatique. C’est le cas notamment du transport maritime. Les combustibles fossiles lourds utilisés pour le transport océanique posent un problème croissant car ils sont encore plus polluants que les carburants utilisés pour les véhicules terrestres, et ce d’autant plus qu’ils émettent du soufre et d’autres contaminants. Des carburants qui contribuent évidemment à la pollution atmosphérique ainsi qu’au changement climatique.

De l’énergie verte produite par des déchets de poissons

Hurtigruten, une compagnie maritime norvégienne connue pour ses croisières spectaculaires autour des rivages et fjords du pays, et qui exploite une flotte de 17 navires, a pris la question à bras le corps, et tente d’apporter une solution avec… des déchets de poisson. D’après The Guardian, Ceux-ci seront utilisés pour alimenter les navires dans le cadre d’une nouvelle initiative visant à utiliser l’énergie verte pour les paquebots de croisière polluants. Comment ça marche ? Les restes de poissons transformés et mélangés à d’autres déchets organiques seront utilisés pour produire du biogaz, qui sera ensuite liquéfié et utilisé à la place des combustibles fossiles pour servir de carburant « vert » aux navires de la compagnie.

> Lire aussi :  15 ans plus tard, IKEA sort la suite d'une de ses anciennes publicités

Cette initiative vise à convertir d’ici 2021 au moins six de ses navires au biogaz et à de grandes batteries, capables de stocker l’énergie produite à partir de sources renouvelables. Dans le même mouvement, Hurtigruten interdit également les plastiques à usage unique dans un effort pour être plus respectueux de l’environnement, d’autant qu’elle opère des croisières dans l’Arctique et l’Antarctique, deux environnements très sensibles.

Le biogaz peut être produit à partir de la plupart des déchets organiques en accélérant et en exploitant le processus de décomposition naturelle pour capter le méthane produit. Les déchets organiques sont produits par toutes les industries alimentaires, mais sont souvent mis en décharge, où paradoxalement, s’ils ne sont pas recyclés dans un usage énergétique, contribuent aux émissions de gaz à effet de serre lors de leur décomposition.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests