Etat des lieux

J’ai hésité à titrer ce billet « Terre brûlée » mais il y a un peu de ça dans le drame absolu des propriétaires américains contraints d’abandonner leur maison sous la pression des créanciers qu’ils ne peuvent plus rembourser suite à la crise des subprimes. Cette photo montrant un policier américain qui vient vérifier si une habitation

J’ai hésité à titrer ce billet « Terre brûlée » mais il y a un peu de ça dans le drame absolu des propriétaires américains contraints d’abandonner leur maison sous la pression des créanciers qu’ils ne peuvent plus rembourser suite à la crise des subprimes.

Cette photo montrant un policier américain qui vient vérifier si une habitation a bien été désertée par ses anciens propriétaires à Cleveland, Ohio, en mars 2008 est aussi effrayante que fascinante, symbole d’une économie aux abois et d’une crise qui est aussi un révélateur de la brutalité de la société américaine.

La photo[1], réalisée par le photographe américain Anthony Suau, parue dans Time Magazine, vient de remporter le prix de la meilleure photo 2008 lors du World Press Photo Contest.

[1]la photo étant protégée par copyright, je préfère ne pas la reproduire ici.


Nos dernières vidéos

9 commentaires

  1. alexlecon on

    Moi j’aime bien cette photo, on voit un de gros problèmes des Etats Unis en ce moment avec les saisies immobilières.

  2. Le problème des USA maintenant c’est la quasi-faillite de certains états, et non des moindres : en Californie (8ème puissance mondiale si c’était un état indépendant) le gouverneur Schwarzy a dû mettre des milliers de fonctionnaires au chômage partiel et réduire les horaires d’ouverture des administrations, décider de ne plus payer les bourses scolaires etc :
    http://www.republicain-lorrain.....web=303208

  3. Salut,

    Certaines maisons à Detroit se vendent aux enchères aux alentours des 1000-1500$…

    @++

    -MATSYA-

  4. Drôle de sentiment en regardant cette image… dans un 1er temps la photo en elle-même ne fait pas mouche (en tout cas c’est mon point de vue), mais c’est surtout la mise en perspective avec en toile de fond la misère sociale qui donne du relief à ce cliché ; c’est là que le 2e temps, celui de la prise de conscience, agit : lorsqu’on superpose les deux. Brrrr. 🙁

Répondre