Extension des noms de domaine de 1er niveau : Google fait son marché

Google a annoncé dans une contribution blog avoir fait la demande auprès de l’ICANN de plus de 50 noms de domaine de premier niveau (TLD pour Top-Level Domain). Cet attrait du géant du web pour de nouveaux TLD souligne à quel point leur multiplication risque de modifier profondément le web.

Ce sont plus de 50 noms de domaine de premier niveau (l’acronyme anglais TLD signifiant top-level domain) qui ont fait l’objet d’une demande de la part de Google auprès de l’ICANN (acronyme anglais pour Internet Corporation for Assigned Names and Numbers). La firme de Mountain View a ainsi dépensé des millions pour acquérir, entre autres,.google, .docs, .youtube ou encore .lol. Précisément, il s’agirait de 185,000 dollars dépensés pour chaque demande de TLD. Aux bas mots, Google aurait donc consenti à débourser 9.25 millions de dollars.

Le coût des points

La société n’est pas la seule à s’intéresser de près à l’acquisition de TLD puisque l’ICANN aurait reçu 1900 demandes pour un total estimé à 350 millions de dollars. Cela démontre tout l’intérêt porté par les sociétés IT et les marques.

Extension de la lutte pour les noms de domaine

Annoncé en 2008, le programme d’extension des TLD génériques a pourtant souligné des clivages importants. D’aucuns y voient une manière de sous-tirer de l’argent aux ayants-droit (comment ne pas faire la demande du .nike pour la célèbre marque de chaussures de sport par exemple). L’ICANN a d’ailleurs été attaquée par des associations commerciales comme la très puissante ANA (Association of National Advertisers) qui regroupe aux Etats-Unis 400 sociétés pour un total de 9000 marques. A cela, l’ICANN rétorque que les demandes seront examinées au cas par cas.

Le coup des points répondrait à la croissance du net

Les demandes de TLD ont été stoppées hier et le 13 juin 2012, l’ICANN en publiera la liste. Mais, dans un premier temps, 500 d’entre elles vont être examinées par l’organisme.

Cette extension des TLD à d’autres noms répond plus à un paradoxe qu’à un nouveau paradigme pour le net : 50% des sites visités sont en .com (il s’agit d’un des permiers TLD créé) et durant les 28 dernières années, seulement 14 nouveaux ont été créés. Or, Google précise qu’à l’horizon 2016, près de la moitié de la population mondiale sera connectée à internet.

Google explique ses propres demandes suivant plusieurs critères, quatre en tout : les TLD directement liés à la marque (pour .google par exemple), ceux qui touchent au coeur de métier (.docs), ceux qui permettront d’améliorer l’expérience utilisateur et ceux qui présentent un potentiel créatif important (.lol).

La multiplication des TLD ne manquera pas de bouleverser le PIM (Paysage Internet Mondial) mais on ne sait pas encore quand ils entreront en service. Toutefois, on peut, sans trop de risque, tabler sur 2013.

(source)


Nos dernières vidéos

11 commentaires

  1. Pingback: Google fait une razzia sur les noms de domaine de 1er niveau | jazrom | Scoop.it

  2. Pingback: Google fait une razzia sur les noms de domaine de 1er niveau | Creative and Digital Industries News | Scoop.it

  3. Les moteurs de recherches ont de beaux jours devant eux.
    C’est un peu l’assurance d’un avenir certain ce genre de nouvelle.

  4. Pingback: Extension des noms de domaine de 1er niveau : Google fait son marché | Actualités Web et Réseaux Sociaux | Scoop.it

  5. Quel intérêt d’avoir autant de nom de domaine? Si chaque marque possède son propre NDD, on ne s’en sort plus.
    Pourquoi un nom de domaine .lol? Et pk pas.mdr .xd
    C’est du n’importe quoi chez Google.

  6. Cela va changer la donne dorénavant. Quand avant on achetait toutes les extensions nécessaires voir même les domaines avec des fautes de frappe, là il va falloir revoir sa politique budgétaire.
    C’est un peu la porte ouverte au typosquatting et à toutes les arnaques du genre.

  7. Pingback: Google fait une razzia sur les noms de domaine de 1er niveau | SerenDeep | Scoop.it

Répondre