Facebook assure que les avatars arc-en-ciel n’entraient pas dans le cadre d’une autre expérience

Et les données ne seront pas exploitées par la pub.

Pride Zuckerberg

Si vous suivez un peu l’actualité US, vous devez savoir qu’aux Etats-Unis, la Cour Suprême a légalisé le mariage gay dans tout le pays. Cette nouvelle a été célébrée un peu partout, notamment via le drapeau arc-en-ciel qui est connu pour être celui de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT).

Afin de permettre à ses utilisateurs de soutenir la cause LGBT, Facebook a mis en place une fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de teinter leurs photos de profil aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Et si ceux qui sont en faveur du mariage gay ont peut-être été touchés par ce qu’a fait Facebook, d’autres ont été inquiétés par ce que le numéro un des réseaux sociaux pourrait faire des données collectées grâce à la fonctionnalité « arc-en-ciel ».

Plus de 26 millions d’utilisateurs de Facebook auraient utilisé cette fonctionnalité et les photos de profil qui ont été partagées auraient été likées et commentées plus de 500 millions de fois.

Pour ne citer qu’eux, le site The Atlantic s’est par exemple interrogé : « Toutes ces photos de profil arc-en-ciel étaient-il une autre étude de Facebook ?»

En effet, on se rappelle tous comment les internautes avaient réagi suite à une « expérience » de Facebook, qui aurait manipulé les émotions des utilisateurs du réseau social.

D’autres se sont demandé si ces informations ne seraient pas utilisées pour le ciblage des publicités.

Facebook s’est ainsi adressé au site Mashable pour taire les rumeurs et éviter de nouvelles polémiques. « Il ne s’agissait pas d’une expérience ou d’un test, mais plutôt quelque chose qui permet aux gens de montrer leur support pour la communauté LGBTQ sur Facebook », a expliqué un porte-parole qui a aussi précisé que ces données ne seront pas utilisées pour rendre les publicités plus pertinentes et que le but de la fonctionnalité n’était pas de collecter des informations sur les utilisateurs.

La fonctionnalité aurait été développée par des stagiaires de Facebook durant un hackaton puis elle a été intégrée au réseau social dans le cadre de la Pride et pour fêter la décision de la Cours Suprême américaine.

(Source)


Nos dernières vidéos

Un commentaire

Répondre