Suivez-nous

Réseaux sociaux

Facebook aurait annulé une fonctionnalité pour éviter les critiques des conservateurs

Facebook aurait pensé à lancer une fonctionnalité baptisée Common Ground, pour encourager les discussions positives entre les personnes ayant des opinions politiques différentes. Mais cette fonctionnalité aurait été annulée car des dirigeants avaient peur que Facebook soit accusé de partialité par les conservateurs.

Il y a

  

le

 

Par

Les commentaires des conservateurs seraient-ils plus susceptibles d’être censurés si Facebook modifiait ses algorithmes afin de minimiser les conversations toxiques et encourager les échanges plus positifs ? C’est ce que suggère une rumeur lancée par le Wall Street Journal, qui est relayée par les médias américains.

D’après un article publié par le WSJ le 23 décembre, après plus d’un an de discussions en interne, Facebook aurait décidé d’annuler une fonctionnalité baptisée « Common Ground » qui aurait essayé d’encourager les personnes ayant des idées politiques différentes à avoir des discussions moins hostiles sur le réseau social. D’après les sources du WSJ, Facebook aurait eu peur d’être accusé de partialité par les conservateurs.

Des discussions plus positives sur Facebook ?

D’après Gizmodo, cette fonctionnalité aurait donné plus de visibilité à une publication si elle est « aimée, commentée ou partagée par des gens de tout le spectre politique ». Une autre idée aurait été de tout simplement réduire la visibilité des commentaires jugés « haineux ».

Parmi ceux qui auraient émis des doutes par rapport à Common Ground, il y aurait Joel Kaplan, Vice-président des politiques publiques mondiales. Cet ancien responsable de la Maison Blanche, à l’époque de George W. Bush, avait fait l’objet d’une polémique en soutenant Brett Kavanaugh (accusé d’agression sexuelle alors qu’il était le candidat de Donald Trump à la Cour Suprême).

« M. Kaplan a hésité après une enquête interne sur Facebook selon laquelle les utilisateurs de droite avaient tendance à être plus polarisés ou moins exposés à des points de vue différents que ceux de gauche, selon des personnes familières à l’analyse », lit-on dans l’article du Wall Street Journal.

Bien entendu, pour le moment, ces informations sont à prendre avec les pincettes d’usage, étant donné qu’elles ne sont pas confirmées par Facebook.

Sources : 1 / 2 / 3

Facebook
Par : Facebook, Inc.
3.7 / 5
103,6 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests