Facebook recense plus de 260 millions de faux comptes et doublons

Facebook revendique plus de 2 milliards d’utilisateurs actifs mensuels, mais le réseau social fait face à une recrudescence de comptes dupliqués et faux. Un problème majeur pour Facebook et Mark Zuckerberg qui ont fait de la lutte contre les fakes news et le clickbait une priorité.

facebook

Nous évoquions il y a quelques jours les résultats du troisième trimestre 2017 du géant américain Facebook. Le réseau social peut avoir le sourire, tous les signaux sont au vert sur le plan financier et le nombre d’utilisateurs actifs progresse. Facebook estime que 2,072 milliards d’utilisateurs se connectent à Facebook chaque mois (contre 2,01 milliards au deuxième trimestre 2017) et que 1,368 milliard d’utilisateurs sont actifs chaque jour.

12% des profils sont faux

Des chiffres qui ont de quoi donner le tournis, mais le réseau social de Mark Zuckerberg doit aussi faire face à une augmentation du nombre de « Fake Accounts », des profils dupliqués ou faux. Selon Facebook, 10% des comptes, soit 200 millions, sont des doublons et 60 millions de comptes sont faux (2-3 %).

Cette progression, on est ici passé de 6% à 10% concernant les profils dupliqués et de 1% à 2-3% concernant le nombre de faux comptes, s’explique par la mise en place d’une « nouvelle méthodologie » qui inclut de « meilleurs signaux » sur lequel Facebook peut s’appuyer.

Avec 200 millions, les « Fake Accounts » (faux comptes) sont le troisième pays le plus représenté sur Facebook (et le 7e pays le plus peuplé du monde), derrière l’Inde et les États-Unis, comme le signale Jason Kint (CEO de Digital Content Next).

Un problème de taille pour Facebook, mais aussi pour Twitter ou Google, comme le révèle le New York Times. Le célèbre média américain reprend une étude de Zachary Elwood et prend l’exemple de Keven S. Eversley, un faux compte qui diffuse chaque jour des informations « clickbait ».

Ces faux comptes sont notamment utilisés pour la diffusion massive de fake news. Le réseau social a été pointé du doigt lors de la campagne présidentielle américaine pour avoir permis la propagation d’informations délibérément fausses ou truquées. Facebook a récemment été entendu au Sénat avec d’autres géants du web (Google et Twitter) au sujet de publicités soupçonnées d’avoir été payées par la Russie pour influencer l’opinion publique. Comme l’explique Le Monde, le « Congrès américain et un procureur spécial enquêtent sur une possible ingérence russe dans la dernière élection présidentielle américaine, qui aurait favorisé une victoire de Donald Trump ».

Facebook fait-il le maximum pour lutter contre les faux profils et les fakes news ?

Pour le NYT et Jonathan L. Zittrain, professeur de droit de l’Internet à Havard, Facebook est réticent à l’idée de supprimer les faux comptes ainsi que les contenus trompeurs en raison de son modèle économique. En effet, ce type de contenu à vocation fortement virale permet de gagner des utilisateurs, de les fidéliser, et de faire progresser les recettes publicitaires.

De son côté, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a expliqué que « protéger notre communauté est plus important que maximiser nos profits ». Le réseau social dit avoir fait de la lutte contre les fake news sa priorité et s’est engagé à doubler les effectifs dédiés à la modération.

(Source : New York Times)


Nos dernières vidéos

Répondre