Facebook révèle la liste (secrète) des publications interdites

Facebook publie le document interne qu’il utilise pour faire appliquer les standards de la communauté.

Depuis l’éclatement du scandale Cambridge Analytica, Facebook semble vouloir se montrer le plus transparent possible. Et aujourd’hui, le réseau social décide de publier un document décrivant les types de publications qui sont susceptibles d’être censurés par ses modérateurs.

Pour être précis, il ne s’agit pas d’un document nouveau. Cependant, c’est la première fois que Facebook le met à la disposition du grand public.

Monika Bickert, vice-présidente responsable de la politique mondiale, explique qu’il s’agit du document interne que Facebook utilise pour faire appliquer les règles de la communauté.

En publiant ce document, Facebook espère que les gens comprendront mieux pourquoi un contenu est censuré. Mais la société compte aussi sur les utilisateurs (et surtout les experts) pour avoir des retours concernant ces lignes directrices, afin de les améliorer.

Ainsi, par exemple, en ce qui concerne la nudité, Facebook donne désormais plus de détails sur ce qu’il ne faut pas publier sur son réseau social (si vous êtes curieux, la partie concernant la nudité est disponible ici).

Facebook admet qu’il a encore du mal à faire appliquer ses règles. Néanmoins, il met en avant les efforts qu’il a menés afin de s’améliorer dans ce domaine. En un an, Facebook a augmenté de 40 % le nombre de personnes chargées d’examiner le contenu (soit, un nombre de 7 500 personnes).

Des procédures d’appel

Même s’il a des lignes précises, les décisions prises par Facebook peuvent être discutables. Et afin de remédier à cela, le réseau social va également mettre en place des procédures d’appel.

« Dans un premier temps, nous lançons des appels pour des messages qui ont été supprimés pour nudité / activité sexuelle, discours de haine ou violence graphique », annonce le réseau social. Lorsque Facebook notifiera un utilisateur, une option permettra de faire appel. L’appel sera pris en charge par une personne (et non un algorithme), et la réponse sera obtenue « généralement » en 24 heures.


2 commentaires

  1. « Nous nous engageons à supprimer tout contenu qui encourage à tout danger réel, y compris (mais sans s’y limiter) les blessures physiques, les préjudices financiers et les dommages émotionnels »

    C’est simple, si le contenu n’est pas gauchobobo, il est susceptible d’être censuré.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies