Facebook, Twitter, Microsoft et YouTube s’allient contre le terrorisme

Pour limiter la propagation des vidéos et des images terroristes sur la toile, Microsoft, Twitter, Facebook et YouTube lancent une base de données commune.

stop-terror

Si dernièrement, on parle beaucoup des fake news, il ne faut pas oublier que le web a d’autres problèmes, comme les contenus terroristes. Depuis un moment, les publications extrémistes fleurissent sur la toile et visiblement, les géants d’internet ont parfois du mal à empêcher cela. De ce fait, Facebook, Twitter, Microsoft (le futur propriétaire de LinkedIn) et YouTube ont décidé de travailler ensemble pour « aider à freiner la propagation du contenu terroriste en ligne », bien qu’ils soient concurrents.

Ces entreprises suppriment déjà ce type de contenu, mais pour une meilleure efficacité, elles ont décidé de créer une base de données commune de « hash », sortes d’empreintes numériques, pour les images et les vidéos qu’ils ont supprimé de leurs services.

Par exemple, Facebook si a supprimé une vidéo de propagande extrémiste de son réseau social, il mettra l’empreinte de celle-ci dans la base de données partagée par les quatre partenaires. Les autres services, comme Twitter ou YouTube, pourront ensuite exploiter cette information pour agir plus efficacement dans le cadre de leurs luttes contre ce type de contenu.

Après, comme chaque service a ses standards, une vidéo supprimée par Facebook ne sera pas nécessairement supprimée par Twitter, par exemple. Comme l’explique le numéro un des réseaux sociaux dans un communiqué, « chaque entreprise continuera d’appliquer sa politique et sa définition du terrorisme lorsqu’un contenu correspond à un hash de la base de donnée commune ».

D’autre part, Facebook a indiqué que les quatre entreprises espèrent que d’autres vont les rejoindre dans cette initiative contre le terrorisme et l’extrémisme. On peut donc imaginer que des services en ligne comme Snapchat ou Pinterest auront la possibilité d’utiliser cette base de données, plus tard, s’ils rejoignent le partenariat. En tout cas, étant donnée les audiences de Facebook, Twitter, Microsoft et YouTube, cette collaboration devrait déjà contribuer énormément à limiter la promotion du terrorisme sur la toile. Après, s’ils pouvaient créer une base de données commune pour les fake news, ce serait aussi top !


Nos dernières vidéos

Un commentaire

Send this to a friend