Suivez-nous

Réseaux sociaux

Facebook va bloquer les publicités de produits qui prétendent soigner le COVID-19

La désinformation se propage sur internet.

Il y a

  

le

 

Par

Facebook, logo, oeil
© geralt (pixabay.com)

Pendant que les gouvernements essaient de contenir l’épidémie de coronavirus, des personnes mal intentionnées profitent de la panique causée par celle-ci pour essayer de vendre des remèdes miracles qui prétendent soigner ou prévenir l’infection ou générer de l’audience via des contenus de désinformation.

Face à ce phénomène, Facebook a déjà annoncé une série de mesures, fin janvier. En particulier, le numéro un des réseaux sociaux a indiqué que ses partenaires, spécialisés dans la vérification des faits, examinent les contenus liés au coronavirus et peuvent contredire les fausses informations sur cette épidémie. Lorsqu’une information est considérée comme fausse, Facebook en réduit la visibilité et met en avant les données exactes provenant de ses partenaires. « Nous commencerons également à supprimer le contenu contenant de fausses allégations ou des théories du complot qui ont été signalées par les principales organisations mondiales sur la santé et les autorités sanitaires locales et qui pourraient nuire aux personnes qui les croient », indiquait également le réseau social.

Facebook s’attaque aux pubs de remèdes miracles

Aujourd’hui, Facebook annonce de nouvelles mesures. Et cette fois-ci, c’est au niveau de sa plateforme publicitaire qu’il va agir. Plus précisément, comme l’explique Business Insider, Facebook va bannir une publicité qui mentionne le coronavirus si celle-ci fait la promotion d’un produit qui prétend soigner le coronavirus.

« Nous avons récemment mis en œuvre une politique visant à interdire les publicités faisant référence au coronavirus et qui créent un sentiment d’urgence, comme impliquer un approvisionnement limité ou garantir une guérison ou une prévention. Nous avons également des politiques pour les emplacements comme Marketplace qui interdisent un comportement similaire », indique un représentant de Facebook, cité par BI.

Des mesures sur Twitter, YouTube et Google

Bien entendu, Facebook n’est pas la seule plateforme où la désinformation concernant l’épidémie de coronavirus peut sévir. Et les autres services, comme Twitter ou Google, ont déjà annoncé des mesures pour contenir cette vague de désinformation.

Google, par exemple, met en avant des informations provenant de l’OMS. Quant à Twitter, dans certains pays, lorsqu’un internaute recherche « coronavirus », la plateforme suggère d’abord des canaux d’informations officielles au sujet du virus.

Et YouTube, de son côté, met en avant des vidéos provenant de sources fiables.

En tout cas, la propagation des rumeurs et des fausses informations sur le COVID-19 est un sujet qui préoccupe l’OMS. « Nous avons également besoin d’un vaccin contre la désinformation et, en ce sens, nous avons besoin d’un vaccin pour les communications », a récemment déclaré le Dr Michael Ryan, Directeur exécutif chargé du Programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire.

Facebook
Par : Facebook, Inc.
3.7 / 5
103,5 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests