Suivez-nous

Réseaux sociaux

Facebook va verser 52 millions de dollars aux modérateurs souffrant de stress post-traumatique

Facebook prévoit finalement de se tourner vers les cas de plusieurs modérateurs atteint de stress post-traumatique conséquent à leur travail.

Il y a

  

le

 
Application Facebook
© Unsplash / Joshua Hoehne

Depuis quelques années, les modérateurs de réseaux sociaux comme Facebook alertent sur leurs conditions de travail, au point que certains témoignent d’angoisse et de stress post-traumatique dans les cas les plus graves.

La plateforme sociale fait régulièrement savoir qu’elle embauche plus de personnel dédié à ces tâches pour faire respecter ses conditions d’utilisation. Toutefois, elle n’avait —jusqu’ici, pris aucune mesure concrète visant à aider ces collaborateurs hormis quelques déclarations assurant que le bien-être des sous-traitants était« une priorité absolue ».

Au moins 1 000 dollars pour chaque modérateur de Facebook concerné

C’est désormais chose faite, du moins en partie, car Facebook a accepté de mettre la main à la poche à hauteur de 52 millions de dollars. Ce montant fait office de compensation pour les personnes atteintes de stress post-traumatique à cause de leur travail. Plus de 11 000 modérateurs seraient concernés, si bien que chacun d’entre eux toucherait au moins 1 000 dollars chacun tandis que ce montant pour atteindre les 50 000 dollars de dommages et intérêts dans certains cas.

Cette décision suite à une plainte déposée au tribunal californien par Selena Scola en 2018. Celle-ci a développé un syndrome de stress post-traumatique après avoir travaillé neuf mois pour Facebook.

Afin que les utilisateurs puissent profiter de fils d’actualité respectant les conditions d’utilisation du réseau social, ces personnes voient quotidiennement des images et des vidéos ultra-violentes qu’elles suppriment pour éviter que nous puissions les voir.

La plainte détaille à ce sujet : « Tous les jours, les utilisateurs de Facebook diffusent des millions d’images ou de vidéos en direct d’abus sexuels sur des enfants, de viols, de torture, de bestialité, de décapitations, de suicides et de meurtres ». Ce sont ces contenus que les modérateurs voient pour que nous n’ayons pas à le faire.

Suite à cette annonce, Facebook a déclaré : « Nous sommes reconnaissants aux personnes qui font ce travail important pour faire de Facebook un environnement sûr pour tout le monde. Nous nous engageons à leur fournir les soutiens supplémentaires prévus par cet accord et plus à l’avenir ».

Outre le montant de 52 millions de dollars, Facebook a accepté de mettre en place des mesures de soutien psychologique pour que les modérateurs travaillent dans de meilleures conditions. Ceux-ci pourraient ainsi bénéficier d’un suivi auprès de thérapeutes.

En 2019, une longue enquête réalisée par The Verge levait le voile sur le quotidien des employés, révélant le quotidien difficile des modérateurs ainsi que le décès d’un des sous-traitants sur son lieu de travail suite à une crise cardiaque.

Facebook
Par : Facebook, Inc.
3.6 / 5
105,2 M avis
1 commentaire

1 Commentaire

  1. andre grenier

    14 mai 2020 at 22 h 06 min

    Est-ce-que les vidéos qui sont supprimées sont néanmoins envoyées aux corps policiers pour enquêtes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests