Firefox est l’ami des chômeurs

La crise et l’augmentation du chômage qui en découle serait-elle profitable à Firefox (et aux navigateurs alternatifs) ? C’est en tout cas une partie de l’explication que fournit NetApplications, le site spécialisé dans les statistiques liées à l’usage d’internet à la progression de Firefox au détriment d’Internet Explorer. L’idée est simple : plus les gens

La crise et l’augmentation du chômage qui en découle serait-elle profitable à Firefox (et aux navigateurs alternatifs) ? C’est en tout cas une partie de l’explication que fournit NetApplications, le site spécialisé dans les statistiques liées à l’usage d’internet à la progression de Firefox au détriment d’Internet Explorer.

L’idée est simple : plus les gens restent chez eux, et plus ils surfent sur le navigateur de leur choix, et non pas sur le navigateur imposé par leur entreprise, à savoir Internet Explorer dans la plupart des cas. Et quand ils ont le choix, une partie des internautes utilise Firefox ou d’autres navigateurs alternatifs.

La montée du chômage – mais pas seulement – expliquerait donc en partie le fait que Firefox passe pour la première fois la barre des 20% de part de marché (21,34%) et que celle d’Internet Explorer tombe pour la première fois sous les 70% (69,77%) en novembre 2008, tendance qui se confirmerait en décembre.

> Lire aussi :  Avec Advance, Firefox fait des recommandations basées sur la page que vous visitez et sur votre historique

Ajoutez à cela le fait que Google incite les utilisateurs de Gmail encore sous Internet Explorer 6 à passer sur Firefox ou Google Chrome, et vous avez un cocktails d’ingrédients de nature à déclencher un énième pétage de plomb Ballmerien (le pétage de plomb Ballmerien étant au web ce que la chevauchée Wagnérienne est à la musique classique).

Je me demande si nous n’assistons pas là à un mouvement de fond irréversible, et si malgré tous ses efforts, en l’absence d’une innovation de génie qui révolutionnerait le monde des navigateurs et du surf, Internet Explorer n’est pas voué à voir ses parts de marché lentement mais sûrement et inexorablement grignotées, le temps du monopole (ou des 95% de parts de marché) ne restant finalement comme un épiphénomène temporaire de l’histoire du web.


29 commentaires

  1. Jacques froissant (Altaïde : le Recrutement 2.0) le

    c’est vraiment n’importe quoi cette info. 😉
    Tu crois pas que c’est plutôt l’augmentation du parc de PC/Mac perso chez soi ? Même si le nombre de chômeurs a augmenté c’est peanuts à coté du nombre de foyers qui ont maintenant une ou plusieurs machines à la maison.
    Au fait : Bonne Année à tous !

  2. Il me semble que la stratégie de ms est de pousser à l’acquisition de ses logiciels et en ce qui concerne le Web, l’utilisation de Silverlight.
    IE n’est pas un passage obligé pour cela. Du coup je pense que la perte de terrain d’IE n’est pas une si mauvaise nouvelle que ça pour ms (En revanche pour les utilisateurs que nous sommes, c’est plus clair)

  3. Étonnant que Chrome ne soit qu’a 0.83%…
    Sur FF, c’est bien vu… mais je pense plutôt que cela est du au fait que de plus en plus de monde l’installe sur son PC de boulot car est habitué a l’utiliser chez lui (moi par exemple). Il est encore un peu tôt pour voir les effets du chômage.
    Par ailleurs il faut noter l’arrivée de Linux pour le grand public avec les mini portables eee.

  4. Le chômage ? ^^
    Pourquoi FF ne s’imposerait pas grâce à la qualité, la sécurité, la liberté, la gratuité et le respect des standards ?
    La seule raison à son succès grandissant, c’est lui même.

    J’espère que ça va obliger Microsoft à améliorer IE mais je n’y crois pas vraiment 🙁

    Pour Chrome, il a une licence bien trop biscornue pour lui faire confiance et utiliser le navigateur de la plus grosse régie de pub du web… bof :o/

  5. Les analyses de Tinot sur Standblog sont assez éclairantes sur le sujet. EI8 est un beau fiasco qui tombe au moment où Google Chrome et Firefox arrivent à maturité. Ceci ajouté à la crise sans compter l’intérêt réel de ces navigateurs auquel on peut ajouter l’excellent Opera.

  6. FF n’a pas toujours été l’ami des chômeurs. Dans les premiers jours qui ont suivi la sortie de FF3, le site de l’Assedic renvoyait une erreur et il était impossible d’accéder à son espace. Cela a cependant été corrigé très vite, et de toute évidence c’était une histoire de user-agent paramétré sur le site Assedic.

  7. Bonjour,

    à vonric : 0.83% de parts de marché pour Chrome je trouve ça plutôt pas mal En si peu de temps. Les débuts de Firefox ont été bien plus difficiles si mes souvenirs sont exacts.

    Pour en revenir au sujet principal du billet, je pense qu’effectivement le chômage peut avoir un certain impact sur l’utilisation des navigateurs : plus on surfe sur le web, plus on a de chance de faire connassance avec les navigateurs alternatifs. Mais je crois que le succès grandissant de FF est désormais dû au relais qu’en font les médias (tv, internet).

    S’il m’apparait évident que FF est un navigateur très performant très loin devant IE, je ne m’inquiète pas pour utant de la pérénité de ce dernier. Pourquoi ? Tout simplement parce que Windows a le monopole des systèmes d’exploitation, ce qui assure la présence d’IE sur un max de machines.

    L’informatique reste compliquée pour l’utilisateur lambda, si en plus on lui parle de choix entre navigateurs…

    Ce qu’il faut à FF c’est de la pub et des partenariats

  8. à house :

    En ce qui me concerne je comprends très bien qu’on puisse ne pas être obnubilé par la guerre des navigateurs, ça ne me semble pas être une marque de bétise 😉

    Je ne dis pas que c’est dérisoire, loin de loin, cependant je comprends que ça n’intéresse pas tout le monde. Je suis sûr que même chez les geeks tout le monde ne s’y intéresse pas 😀

  9. moi ca n’etonne aussi que chrome soit a 0.83 % alors que google controle 90 % des moteurs de recherche et qu’il en fait sa pub sur toutes les pages. Sans compet que d’après ceux qui l’ont essaye, sur un plan purement technique, i lest plutot rapide, meme si je préfère évidemment confier le peu de vie privée qui me reste apres etre passe sur google , a Mozilla 🙂

  10. Perso, je ne suis pas chomeur, je bosse en télétravail 🙂
    J’utilise IE que pour tester la compatibilité de mes créa pour le reste ça fait tellement longtemps que j’ai installé FF que je ne peux plus m’en passer ! Surtout des plugins en fait 🙂

  11. la relation Firefox/chômeur me semble un peu tiré par les cheveux mais si c’est exact l’explication que je donnerais plutôt c’est que quand on est chômeur on a plus de temps libre et donc plus de temps pour vagabonder sur le net sans but précis. On est donc plus amené à entendre un jour ou l’autre parler de Firefox et être tenté par l’installer.

  12. « le pétage de plomb Ballmerien » <– Très très bon 🙂
    Par contre « épiphénomène temporaire de l’histoire du web », qui dure 10 ans c’est quand même pas si temporaire si on le rapporte au temps web.
    Je suis cependant d’accord que le chômage peut jouer sur cela, mais il ne doit pas y avoir que cela.
    Par exemple l’entrée sur le marché des jeunes peut aussi expliquer cela. C’est une catégorie qui maitrise mieux l’informatique et par conséquent ressent de nouveaux besoins qu’Internet Explorer était inapte à combler.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.