Connect with us

Tech

Google veut créer une IA qui repère les sons des baleines

L’entreprise américaine s’est associée à un groupe de cétologues afin de concevoir un modèle d’apprentissage automatique capable de repérer les chants des baleines à bosse.

Il y a

le

IA baleines
© Unsplash / guille pozzi

Actuellement, il est très long d’analyser le son que produisent les baleines lorsqu’elles sont au fond des océans. Depuis une quinzaine d’années, un réseau de dispositifs d’écoute permet pourtant d’écouter le son produits par les animaux marins. Si ce système est déjà très utile aux chercheurs, il est tout de même particulièrement chronophage de devoir écouter les enregistrements pour trouver les moments durant lesquels les baleines s’expriment. En effet, l’écoute et l’analyse de ces sons prendraient plus d’une quinzaine d’années aux scientifiques.

L’IA pour protéger les baleines

En s’associant avec la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), Google espère bien protéger les cétacés de plusieurs risques, dont les collisions avec les navires. De fait, l’outil de la compagnie américaine se concentre sur un réseau neuronal profond dont l’objectif est de se focaliser uniquement sur le son produit par les baleines en omettant le reste. Pour se faire, Google a converti plusieurs échantillons sonores de chants de baleines, ainsi que d’autres sons, en une représentation visuelle, ce qui a permis d’entraîner le réseau neuronal.

> Lire aussi :  Amazon met fin à un programme de recrutement par une IA devenue sexiste

Par la suite, ce dernier a démontré qu’il était en mesure de distinguer uniquement les sons des baleines présentes dans l’Océan Pacifique. De fait, un tel outil pourrait permettre de concevoir le parcours des cétacés et d’agir en conséquence. Ainsi, les navires présents dans ces mêmes lieux pourraient être prévenus de la présence de baleines et changer légèrement leur trajectoire pour éviter qu’une collision n’ait lieu.

Pour l’instant, le réseau neuronal n’est pas encore totalement au point, en ce qu’il lui arrive encore de confondre le son des baleines avec celui d’autres animaux marins dans 10% des cas. À long terme, néanmoins, cette avancée pourrait permettre de pousser l’étude des cétacés tout en les protégeant.

Google planche sur ce réseau neuronal dans le cadre de AI for Social Good, un programme axé sur l’intelligence artificielle visant à servir des causes sociétales, comme l’environnement.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests