Google pose un gros problème de sécurité à la Belgique

Des zones sensibles en Belgique n’auraient pas été floutées par Google malgré les demandes répétées du pays. La Belgique va donc poursuivre Google en justice.

Google fait la sourde oreille

C’est quelque peu gênant et cela aurait même des airs de blague belge. Mais, le problème est tout à fait sérieux. Chez nos voisins, le ministère de la défense va « poursuivre Google », c’est ce qui a a été annoncé pour l’instant selon les informations de l’agence de presse Google. Mais, quel est donc le lien entre les deux ? Qu’est-ce qui pousse l’armée belge à vouloir s’en prendre au moteur de recherche américain ? Il s’agit tout simplement d’un problème de sécurité nationale.

Concrètement, le moteur de recherche donnerait accès à des images satellites particulièrement précises sans qu’elles ne soient floutées. On parle ici de bases militaires et de pistes aériennes de l’armée, mais aussi de centrales nucléaires. Le genre d’informations que les belges aimeraient bien ne pas voir étalées sur la place publique. Dans un premier temps, les autorités belges auraient demandé à Google de bloquer l’accès à ces zones ou flouter sur Google Maps et Google Earth. Sans réussite. L’étape judiciaire ou au moins son annonce sont une suite logique pour faire réagir le géant de Mountain View.

> Lire aussi :  Google passe à la vitesse supérieure avec Tez, son application de paiement mobile

Quelle est la situation en France ?

Et de notre côté de la frontière ? Peut-on aussi voir nos centrales nucléaires depuis les cieux ? Observer ce que font nos soldats dans les bases ? Si les radars feraient bien partie des objectifs de l’entreprise, l’armée française peut dormir sur ses deux oreilles.

Dans l’Hexagone 274 zones sont interdites. S’il existe bien une application pour localiser les centrales nucléaires, les autres ne sont pas visibles et sont interdites à la prise de vue aérienne de tous types, y compris par drone. Pour Google, c’est un problème qui échapperait à son contrôle puisque les informations seraient fournies par un prestataire. Pas sûr que cela calme les velléités des autorités belges très longtemps.

Source


3 commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.