Localiser les sites nucléaires avec son mobile : il y a une application pour ça

Si l’accident nucléaire de Fukushima vous a rendu légèrement parano, ou si depuis le fameux nuage de Tchernobyl (qui avait pourtant soigneusement évité la France) vous avez un troisième bras qui a poussé et des carottes grosses comme des Hummer dans votre potager, vous serez peut-être intéressés par ces applications mobiles.

Si l’accident nucléaire de Fukushima vous a rendu légèrement parano, ou si depuis le fameux nuage de Tchernobyl (qui avait pourtant soigneusement évité la France) vous avez un troisième bras qui a poussé et des carottes grosses comme des Hummer dans votre potager, vous serez peut-être intéressés par ces applications mobiles.

Nuclar Sites Locator est une application pour iOS (iPhone, iPad etc) et Android (1.59 euro) qui permet de connaître précisément les emplacements de centrales nucléaires, ainsi que les alertes les concernant afin de prévoir un plan d’évacuation en cas de désastre annoncé. Utile aussi en temps calme pour vérifier si vos prochaines vacances familiales au camping ne se situeront pas à proximité d’une bombe atomique potentielle (la toile de tente protégeant généralement assez peu des radiations et offrant une résistance au feu nucléaire relativement limitée).

Dans le même genre, mais en français et un peu moins complète mais aussi un peu moins « chère » (0.79 euros), nous avons aussi Nuclear pour iPhone.

Putain en matière de radioactivité, on ne s’était quand même jamais autant marré depuis ça.


Nos dernières vidéos

8 commentaires

  1. Loin de moi l’idée de minimiser cette horrible catastrophe non plus que le risque nucléaire, mais je trouve que c’est n’importe quoi.

    Le danger est partout, il est tout à fait possible aussi de se faire renverser par un bus (en consultant son smartphone, tiens pourquoi pas ? 🙂 ). A quand une appli qui croise les itinéraires des bus de ma ville avec la position gps de mon smartphone ?

    @Tom : non, il existe une appli qui donne des informations sur la radioactivité ambiante, telle que mesurée par l’Etat ;-). C’est pas exactement la même chose qu’un compteur Geiger ; rappelez-vous en ’86 l’Etat a bien prétendu que le nuage de Tchernobyl ne nous concernait pas, alors pour la fiabilité… no comment !

  2. Il existe aussi sur l’app store une appli iSievert pour mesurer le niveau de radioactivité. Application complémentaire à celle-ci 😉

  3. @IT : c’est la même application que celle citée par Tom 😉 Nos smartphones font beaucoup de choses mais ne mesurent pas encore la radioactivité !
    C’est écrit noir sur blanc sur le site du développeur de cette appli : « Les données sont issues de mesures réalisées toutes les heures par l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. »
    Si vous tenez absolument à avoir accès à ces informations, autant aller sur http://criter.irsn.fr/exercice/acteur/ c’est officiel, c’est la source de cette appli, et… c’est gratuit :-p

  4. Je pensais qu’en tant que geek vous aviez une culture scientifique.
    Je suis triste que vous puissiez dire « vérifier si vos prochaines vacances familiales au camping ne se situeront pas à proximité d’une bombe atomique potentielle ».
    L’uranium dans une centrale est enrichi à quelques % (3 si mes souvenirs sont bons).
    L’uranium dans une bombe est enrichi à 85 %.
    Je pense que vous voyez la différence.
    Vous le dites peut-être en référence à l’explosion de Tchernobyl mais même a Tchernobyl ce qui a explosé c’est de l’hydrogène et de l’oxygène (à Fukushima c’est l’hydrogène qui a été dégagé), pas de l’uranium (à Tchernobyl la tragédie est que la conception de la centrale faisait que le graphite s’est dispersé dans le nuage.

    Tout ça pour dire que personnellement je ne trouve pas drôles les plaisanteries et les amalgames rapide sur le nucléaire. C’est un sujet sérieux, il y a eu des vrais morts à Tchernobyl (pas encore à Fukushima) mais le nucléaire offre de vrais bénéfices (électricité, radiologie, traitements de cancers…).

    Personne ne fait d’amalgames ou n’accuse les usines chimiques dangreuses (cf AZF, Bhopal en Inde…), le charbon (les explosion dans les minées et les maladies respiratoires à proximité des centrales au charbon) ou encore les métaux lourds qui polluent autant que la radioactivité.

    • Eric

      @Guillaume Payre : le nucléaire est un sujet sérieux certes, ce qui n’empêche pas que l’on puisse aussi de temps en temps le traiter sur un ton plus léger, sinon autant se suicider tout de suite. Quant à la remarque sur l’équation geek = culture scientifique, je ne suis pas convaincu de sa pertinence, j’en suis la preuve vivante 🙂

  5. C’est vraiment énorme, comme quoi il y a vraiment une application pour tout maintenant !

    Après, si c’est de l’humour, c’est un peu déplacé… non?

Répondre