Quand les grands méchants du cinéma se mettent au service de Greenpeace

Greenpeace a réuni une équipe de méchants pour sensibiliser le grand public sur l’impact de la consommation de viande sur la planète.

Une ligue pour détruire le monde

Après Games of Thrones en 2015 et Les Simpsons en 2016, Greenpeace France, en collaboration avec l’agence 84.PARIS, lance une nouvelle campagne sur fond de pop culture pour sensibiliser sur les problèmes environnementaux.

Pour sa prise de parole de fin d’année, l’ONG a « recruté » les méchants les plus badass du cinéma hollywoodien : Voldemort, le Joker, Predator et Dark Vador, entre autres. Ces grandes figures composent l’équipe d’« EvilLeague » pour une vidéo qui va servir à promouvoir les prochaines campagnes de sensibilisations de Greenpeace. Elles aborderont les enjeux et les problématiques liés à la surexploitation animale et à la surconsommation de viande. Ces facteurs, du point de vue sanitaire, sont possiblement génératrices de catastrophes environnementales.

Si cet GreenPeace en a fait son cheval de bataille, c’est que la France est pays amateur de viande et l’ONG avance alors sur un terrain incertain. Elle doit donc faire attention à pas brusquer sa cible, le but de la campagne étant de sensibiliser les gens sans les mettre en porte-à-faux.

Sensibiliser plutôt que critiquer

En temps normal, Greenpeace opte pour une méthode plutôt directe pour faire passer ses messages. Cette fois-ci, l’ONG joue la carte de la mesure via des codes de la pop culture détournés.

Un exemple concret concerne l’élevage bovin industriel, responsable d’environ 14% de des émissions de gaz à effet de serre. Cette information, méconnue du grand public, est transmise avec un peu d’humour et de légèreté grâce au spot publicitaire Evil League : dans cette vidéo, les grands méchants du cinéma projettent de détruire le monde grâce à l’élevage bovin.

Proposer de nouvelles solutions

En complément de la campagne publicitaire, Greenpeace avance aussi des solutions pouvant aider la planète à faire face à ce problème environnemental. Opter pour un régime végétalien, végétarien ou encore privilégier les alternatives végétales plutôt que les protéines animales sont par exemple des gestes écologiquement responsables. La production écologique sans antibiotique ni OGM est aussi une solution sur le long terme.

En tout cas, cette campagne surprenante de la part de Green Peace permet de faire passer un message de prise de conscience générale sans forcément chercher à choquer.


2 commentaires

  1. La campagne de pub de @greenpeacefr est sympa car hyper référencée certe « oui, au mieux manger », mais aussi avec de la viande, ne devenons pas des Ayatollah vert… moi j’aime bien mon boucher de campagne qui élève lui même ses bêtes, dans le respect de l’animal et du consomamteur… si, si c’est possible.

  2. Opter pour un régime végétalien, végétarien ou encore privilégier les alternatives végétales plutôt que les protéines animales sont par exemple des gestes écologiquement responsables.

    Un joli mensonge, qu’on ne peut forcément pas contredire sans passer pou un anti-écolo/fascho.
    – 1 remplacer les protéines animales par celles végétales signifie d’octroyer une plus grande superficie de terre aux cultures végétales, superficie encore plus importante si on décide de se passer d’engrais et de pesticides et également plus d’eau, pour un apport équivalent en protéine pas sûr que ce soit gagnant.
    – 2 supprimer la viande c’est se passer des oeufs et du lait.
    – 3 les élevages les moins polluants sont ceux intensifs que dénonce sans cesse cette association : moins d’emprise sur les terres arables, consommation d’eau maîtrisé, faible dépense d’énergie des bêtes donc moins de besoins alimentaires, des aliments contrôlés mieux et plus vite assimilés = moins de méthane etc…
    – 4 ces mêmes gens promeuvent la laine, sans élevage alimentaire le prix de celle-ci va exploser, tout comme celui du cuir et des excipients issus de l’élevage comme la graisse (énormément utilisée pour le savon…), les éléments nécessaires aux médicaments etc…
    Pour les remplacer il faudra se rabattre sur des éléments chimiquement transformés issus pour beaucoup du pétrole qu’il, faut de toutes les façons cracker. Admettons qu’on se rabatte sur des solutions issues de l’agriculture, cela nécessitera de nouveaux espaces arables, et encore plus si on se passe de pesticide et d’engrais.
    Quand les gens vous disent que la culture sans engrais est aussi productive qu’avec ils excluent l’impact des pesticides et engrais sur les champs voisins du leur, ils ne prennent surtout pas en compte l’assolement et oublient de faire une comparaison à valeur énergétique égale. J’ai un scoop ce n’est pas pour rien que l’humanité s’est tournée vers la culture du blé, du sorgo ou du riz.

    Après il existe une vrai question sanitaire, peux-t-on réellement survivre en étant végétalien (je rappel qu’on ne mange plus de viande donc ni oeufs ni fromage). Survivre sans doute avec une santé équivalente à quelqu’un qui mange de la viande? Bien sûr on peut dire qu’il est possible d’avoir un apport en protéine équivalent par les plantes, mais la viande ce n’est pas que des protéines c’est un équilibre très particulier et très difficile à reproduire en termes alimentaires. Carences, problèmes de tendons et d’articulations, fragilité musculaire etc… sont tout un tas de problèmes qu’on risque de rencontre en étant végétalien.

    Même si je ne comprends pas les gens qui refusent de manger de la viande je respecte ceux qui préfèrent mettre leur danger en santé que de remettre en cause leurs idées, beaucoup plus que ceux qui protègent les chiens et les chats mais ne s’émeuvent pas du porc ou de la vache. Je leur reconnais une cohérence d’idée. Par contre quand on vire au messianisme et à la désinformation de masse je ne suis plus d’accord.

    Dans l’alimentation comme en toute chose il faut faire preuve d’équilibre, manger de la viande trois fois par semaine, du poisson au moins une fois et faire un repas végétarien un jour par semaine, faire un jeûne une fois par semaine etc… Ce sont des comportements alimentaires qui profitent à tous en terme de santé personnelle et publique. S’il y a un aliment à bannir c’est le sucre qui est un vrai danger pour la santé publique.

    Bon un long poste que personne ne prendra la peine de lire mais qui m’aura permis de poser une goûte de pensée libre dans un monde à priori que je juge idiots…

Répondre