Suivez-nous

Audio

Comment bien choisir ses écouteurs sans fil (bluetooth) ? Guide et comparatif

Avant d’investir dans une nouvelle paire d’intra-auriculaires, il convient de se poser les bonnes questions. D’autant que les produits sont nombreux et destinés à tous les usages. Grâce à notre guide, vous éviterez la déception auditive.

Publié le

 
Embouts AirPods Pro
© Presse-citron

Popularisés fin 2016 avec la sortie des AirPods premiers du nom, les écouteurs « true wireless », ou intégralement sans fil, sont la révolution majeure du monde de l’audio nomade de ces dernières années. Pour preuve, les sorties s’enchainent de manière effrénée, si bien que désormais plus aucune marque, qu’elle soit spécialiste audio ou plus généraliste, ne fait l’impasse sur le fait  d’avoir au moins un modèle au sein de son catalogue. 

Ce succès exponentiel n’est pour autant pas une totale surprise, il s’explique par la conjonction de deux facteurs. D’une part, la cure d’amaigrissement progressive de nos smartphones a peu à peu fait disparaitre, notamment sur les modèles les plus chers, notre bonne vieille prise jack. D’autre part, les avancées du protocole Bluetooth, notamment grâce à l’intégration de codecs comme le LDAC ou l’AptX HD, ont considérablement amélioré l’expérience d’écoute sans fil. Bien évidemment, cette dernière n’atteindra jamais la qualité sonore d’un (bon) casque audio, mais tout de même pour une écoute nomade au quotidien, c’est pour la plupart d’entre-nous amplement suffisant.

Cet article est un guide visant à vous aider à bien choisir vos écouteurs. Vous trouverez une sélection des meilleurs modèles selon votre budget dans notre comparatif complet.

Un marché dominé de la tête et des oreilles par Apple, pour le moment…

En 2020, environ 300 millions de ces écouteurs se sont vendus à travers le monde. Et c’est loin d’être terminé, puisque entre 2021 et 2027, le secteur devrait afficher un taux de croissance annuel moyen de 20%. Si bien qu’on a l’impression que la plupart des constructeurs se concentrent désormais sur ces produits et délaissent quelque peu les casques audio traditionnels. C’est ce que nous avoue a demi-mot Jean-Denis Favier « Chef produit audio chez Sony France » lors d’un événement presse : « Aujourd’hui le marché des écouteurs intra-auriculaire représente environ 60% du marché de l’écoute audio en valeur ». Effectivement…

© Strategy Analytics Inc.

Cet eldorado profite, principalement et pour le moment, à Apple, puisque la marque concentrait l’année dernière près de 40% de part de marché selon les chiffres de Strategy Analytics. Cependant, les autres prétendants lui grapillent peu à peu de son or puisque la firme de Cupertino dépassait largement les 50% de part de marché en 2019. Il faut dire qu’avec Xiaomi, Samsung, Huawei, Sony, Oppo… et consorts, la concurrence s’organise en proposant des produits de plus en plus perfectionnés à des prix de plus en plus abordables. Pour trouver le modèle qui conviendra parfaitement à vos esgourdes , il est primordial, pour éviter la déception auditive, de passer en revue toutes une batterie de critères.

Confort et maintient, un choix « otique »

« Personne dans le monde ne marche du même pas… ». Hymne à l’altérité,  le début du générique de la série « Arnold et Willy » pourrait sans aucun problème se rapporter à nos oreilles. Chaque être humain possède un conduit auditif différent. De par sa forme tout d’abord mais aussi de par sa sensibilité au degré d’isolation. Pour plaire au plus grand nombre, il existe trois grandes familles d’écouteur « true wireless ». Ceux de type « bouton », comme les AirPods, sont les moins intrusifs. Ils viennent se placer aux creux du pavillon de l’oreille pour ne pas gêner les mélomanes les plus délicats. Revers de la médaille, l’isolation passive n’est pas la plus optimale (voire inexistante) et ils risquent parfois de se carapater d’eux-mêmes, notamment lors de mouvements brusques de tête. Dans ce cas attention aux bouches d’égout, un drame est vite arrivé…

Les intra-auriculaires dotés d’embouts offrent une meilleure tenue, ainsi qu’une meilleure isolation passive, puisqu’ils viennent se placer directement dans le conduit auditif. Cette sensation d’être comme dans une bulle, coupée du monde extérieur, convient à certains et déplait à d’autres, tout est une question de plaisir d’écoute mais aussi d’habitude. Et pour que chacun puisse trouver chaussure à son pied, sachez que ce type d’écouteurs propose pratiquement toujours différentes tailles d’embouts. Ces derniers sont généralement en silicone, en caoutchouc et plus rarement en mousse. Quelques modèles proposent également pour un meilleur maintient un format tour d’oreille, c’est notamment le cas des PowerBeats Pro.

PowerBeatsPro

© Beats

Enfin, à mi-chemin, il existe un troisième type d’écouteurs : les semi intra-auriculaires. L’embout est moins intrusif puisqu’il laisse passer de l’air et donc un peu des bruits environnants. Ces écouteurs sont avant tout destinés à un usage sportif urbain afin de ne pas totalement se couper du monde et ainsi éviter un accident.

Qualité audio : le codec fait loi

Pour jauger du rendu sonore d’une paire d’écouteurs, il va falloir mettre son nez dans la fiche technique du produit. La technologie Bluetooth utilisée a évidemment son importance puisqu’elle va définir, entres autres, le niveau de latence, autrement dit la rapidité de diffusion entre le smartphone et vos écouteurs. Actuellement, ce qui se fait de mieux, c’est le Bluetooth 5.2 qui est embarqué sur la plupart des modèles d’intra-auriculaires. Si ce n’est pas le cas, choisissez des écouteurs avec au minimum du Bluetooth 5.0.

Les codecs compatibles avec vos écouteurs jouent également un rôle primordial  dans la qualité de transmission du son. Un codec est, comme son nom l’indique, un système d’encodage – sur le smartphone- et de décodage – sur les écouteurs – d’un fichier audio. Pour profiter pleinement des avantages d’un codec, il faut donc que la source ET le récepteur soient compatibles avec ce dernier.

Ecouteur-TrueWireless-Sony

Pour rappel, les informations audio numériques sont transmises selon une quantité donnée, c’est ce qu’on appelle le débit binaire. Autrement dit, la fidélité audio vis-à-vis de la source originale d’enregistrement studio. Plus ce dernier est élevé, meilleure sera l’expérience d’écoute. Pour vous donner une idée, le débit binaire d’un CD audio est d’environ 1 411 kilobits par seconde (kbps). Si votre écoute se base sur le téléchargement alors vous pouvez être à la recherche d’un débit binaire haut. Par contre, pour une écoute en streaming, il convient parfois de se contenter d’un chiffre un peu moins élevé afin de d’éviter une latence dans la diffusion.

Pour schématiser, il existe trois grandes familles de codecs audio pour les écouteurs true wireless. Pour les smartphones Android, le codec AptX ,et ses dérivés ( AptX Adaptative, AptX Low Latency, AptX HD et bientôt l’AptX Lossless) sont généralement un gage de bonne qualité puisqu’ils proposent des débits variant de 352 kbps jusqu’à 576 kbps. Propriété de Qualcomm, ces codecs offrent des débits supérieurs au codec Bluetooth classique, le SBC (de 229 à 328 kbps) et de manière générale une latence plus réduite.

Spécialiste de l’audio, Sony propose son codec maison, le LDAC. Sans entrer dans les détails, ce codec adaptatif propose actuellement les meilleurs débits de transmission selon trois modes : 330, 660 990 kbps. Sachez que le LDAC est directement intégré dans le code source de l’OS de Google depuis Android 8.0. Résultat, de nombreux smartphones le prennent en charge. Pour le vérifier, il vous suffit de vérifier dans les paramètres Bluetooth de votre mobile. Enfin, pour les utilisateurs d’iPhone qui souhaiteraient s’affranchir des AirPods, vérifiez bien que vos écouteurs soient compatibles avec le codec AAC (256 kbps), le format privilégié par Apple.

Ecouteurs-TrueWireless-Codecs

Pour terminer, dites-vous bien que la qualité audio d’un fichier est un élément complexe qui dépend également de sa résolution et de sa fréquence d’échantillonnage. 

Transducteurs : docteur la taille compte ? 

En matière de conception, pas la peine de trop vous triturer les méninges. Sachez juste que ce sont les transducteurs qui sont le centre névralgique de la production sonore. Pour les écouteurs « true wireless », grossièrement, il existe les transducteurs dynamiques et plus rarement sur quelques modèles haut de gamme des transducteurs à armature équilibrée.

La taille des transducteurs aura un impact sur les performances sonores. En dessous de 8 mm, les écouteurs seront, certes légers et plus compacts, mais ils auront du mal à reproduire les basses fréquences. Au contraire, au-dessus de 10 mm, les écouteurs seront plus à même de respecter la totalité du spectre sonore, néanmoins ils arboreront un design plus imposant. Comme souvent en tech, le pragmatisme prévaut, du coup entre 8 et 10 mm, les transducteurs seront à même de convenir à un mélomane aux gouts musicaux hétéroclites.

Ecouteur-TrueWireless-Klipsch

© Klipsch

Dernier conseil, n’hésitez pas à tester vos écouteurs pendant une semaine afin de savoir si le rendu sonore vous sied. Pour cela créez-vous une playlist avec les différents genres musicaux que vous écoutez et ajoutez-y un ou deux podcasts afin d’évaluer également la tessiture des voix. Essayez d’écouter ces quelques mêmes chansons au moins une fois par jour afin de voir si vos esgourdes sont en adéquation avec la manière dont sont reproduits vos classiques préférés. Si ce n’est pas le cas, faites jouer votre droit de rétractation avant 14 jours et tournez-vous vers un autre produit. Cela peut être un peu chronophage, mais on ne badine pas avec la musique.

Design et commandes : il y en a pour tous les goûts

Compacité, couleurs vives ou sobres, écouteurs avec une tige longue ou en forme de haricot… Pour le design pur de vos compagnons, tous les goûts sont dans la nature, à vous de voir ce qui vous fera craquer. La forme et la discrétion du boîtier sont également à prendre en compte. Design arrondi, ovale, avec une ouverture sur le haut ou à l’horizontale. Encore une fois, on ne peut pas vraiment choisir pour vous. En ce qui concerne l’habillage du boitier, le plastique est évidemment de rigueur un peu partout. Quelques rares modèles haut de gamme font le pari (réussi) du raffinement en proposant des étuis en cuir (Bang & Olufsen) ou en tissu (Sennheiser).

Etui-Senheisser

©Sennheiser

Pour les commandes tactiles, veillez à ce qu’elles soient complètes. Parfois, sans trop savoir pourquoi, il est possible de mettre sur « pause », d’avancer ou de reculer d’une musique, mais pas de gérer le volume sonore… De plus, si celles-ci peuvent être programmables depuis l’application dédiée du constructeur, c’est un plus. Et si cette application dédiée offre la possibilité d’effectuer des mises à jour, la gestion des différents modes d’écoute, un égaliseur, la comptabilité avec un assistant vocal et un service de géolocalisation en cas de perte, alors c’est Byzance. Pour terminer, si vous souhaitez utiliser, de temps en temps, vos écouteurs pour une séance de sport, vérifiez qu’ils soient résistants à la sueurs, mais aussi aux éclaboussures, en cas de footing pluvieux. 

La réduction de bruit active, indispensable ou gadget ?

En voici une qui se démocratise petit à petit sur des modèles de plus en plus abordables. Pour autant, toutes les ANC (Active Noise Cancelling) se valent-elles ? Loin de là. Le principe de la réduction de bruit active consiste à capter les bruits environnants, grâce à un ou plusieurs micros, puis à les neutraliser à grands coups d’algorithmes en atténuant ce brouhaha avec un signal audio inversé. Une fonction utile pour supprimer les bruits parasites comme les rails d’un métro, le bruit d’un moteur d’avion ou encore des klaxons de voitures.

Ecouteurs_TrueWireless_ANC

© Oppo

L’ANC s’exprime en dB, pour vous donner un ordre de grandeur des bruits sachez qu’une rue avec un trafic dense peut osciller entre 70 et 100 dB, que le bruit d’une cabine d’avion varie entre 70 et 80 dB et enfin qu’une discussion à voix normale entre deux personnes, par exemple dans un open-space, titille les 65 dB. C’est donc toujours délicat de se prononcer sur un chiffre annoncé par le constructeur sans avoir au préalable testé dans ces différentes situations la réduction de bruit active.

Surtout que l’atténuation des bruits environnants dépend de nombreux autres facteurs : isolation physique des écouteurs selon l’oreille, type de contenu audio écouté (rock ou électro ambient ?), habitude de volume sonore de chacun…Disons qu’à partir de 20 dB, l’ANC devrait pouvoir apporter une réduction de bruit agréable et perceptible. Bien que l’ANC soit mise en avant par de nombreux constructeurs, cette option ne serait que le quatrième critère d’achat le plus important selon une étude menée Qualcomm en 2020. Comme quoi…

Généralement quand des écouteurs proposent une ANC, ils embarquent également un mode “transparent”. Ce dernier capte les sons extérieurs malgré l’isolation passive des embouts. Ce qui peut être pratique par exemple lorsque quelqu’un nous parle dans un open-space.  Ces deux options de gestion des bruits sont généralement réglables selon différents niveaux à partir de l’application dédiée.

Autonomie et recharge rapide : le prix fait souvent loi

Comme sur les smartphones, l’autonomie est l’un des critères d’achat les plus importants pour le grand public. Les produits les moins endurants sont généralement les moins chers, ils ne dépasseront pas les 4h par charge. La majorité des modèles proposeront une autonomie comprise entre 5 à 7h, ce qui est tout à fait convenable pour une utilisation quotidienne. Enfin, quelques rares écouteurs, haut de gamme se permettront le luxe de dépasser ce chiffre, voire parfois les 10h. On touche alors au haut du panier. 

Attention, bien souvent ces chiffres sont annoncés pour une écoute à volume sonore modéré sans aucune option activée. Avec un son à 80% de sa puissance et une réduction de bruit active de temps en temps dans la journée, l’autonomie baisse logiquement plus rapidement. Assurez-vous également du nombre de recharge complète qu’est capable d’effectuer le boitier de transport, une fois qu’il est complètement à 100% de batterie. La règle qui prévaut actuellement est de deux cycles supplémentaires au minimum.

EcouteursTrueWireless_Jabra

© Jabra

Pour la recharge, les bons modèles ne mettront pas plus de 20 minutes, grand maximum, pour se recharger à environ 50% de leur batterie. Enfin bonne nouvelle, la charge sans fil n’est plus une fonctionnalité réservée aux produits les plus haut de gamme, elle se démocratise également de plus en plus sur le milieu de gamme

Quels écouteurs « true wireless » choisir selon son budget ? Notre comparatif

Maintenant que les critères importants d’achat n’ont plus de secret pour vous, place à une sélection des modèles les plus performants du moment. Sciemment, nous n’avons pas intégré à cette liste les écouteurs dédiés à une pratique sportive. Bien évidemment, cette liste est non exhaustive.

Les meilleures écouteurs haut de gamme du moment

Au-dessus de 200 euros, l’investissement commence à être plus que conséquent. Il s’agit donc d’être pointilleux sur l’ensemble des critères d’achats.

Les AirPods Pro, une claque sonore

© Presse Citron

Véritable carton planétaire, Apple en a écoulé en 2020 pour 23,05 milliards de dollars. Les AirPods Pro sont un mix parfait entre confort, réduction de bruit de qualité et qualité sonore. Sachez que la résistance à l’eau et la sueur est aussi de la partie, ce qui fait que ce modèle est tout à fait utilisable pour une séance de sport. Parfait avec iOS tout en étant excellents également sous Android, les AirPods Pro séduiront tous les fans d’intra-auriculaire qui ne doutent plus du savoir-faire de la firme de Cupertino. Pour ceux que le format intra-auriculaires rebute, ils restent évidemment toujours les excellents AirPods 2.

Sony WF-1000XM4, la nouvelle référence

© Presse Citron

Dire que Sony assoit encore un peu plus son autorité dans le monde l’audio grand public avec ce modèle est un doux euphémisme. Que ce soit en matière de qualité sonore, d’ergonomie ou d’application dédiée, le japonais livre une copie presque parfaite. Et que dire de l’autonomie gargantuesque, plus de 9 h avec une ANC activée et près de 12h sans cette option. Leur format ultra-compact pourrait déranger certaines formes d’oreilles, tandis les performances dans les extrêmes graves manquent parfois de fidélité. En tout cas, année après année, nos griefs à l’encontre des écouteurs « premium » de Sony se réduisent à peau de chagrin.

Les meilleures écouteurs milieu de gamme du moment

Une flopée de constructeurs envahit dorénavant le secteur milieu de gamme – entre 100 et 200 euros – afin d’étoffer leur catalogue. Voici nos deux modèles préférés du moment.

Sennheiser CX Plus True Wireless, la « Deutsche Qualität » abordable

© Sennheiser

Proposer son savoir-faire audio pour un prix contenu, voici le pari réussi de ces écouteurs de la marque allemande. La restitution sonore est globalement bonne, les commandes tactiles nombreuses et l’autonomie dans la moyenne haute (8h) et le confort d’utilisation est appréciable. En gros, ce sont des écouteurs parfaitement équilibrés, sans réel défaut rédhibitoire, mais sans une qualité particulière qui sort vraiment du lot. En somme, du bon milieu de gamme.

Galaxy Buds 2, Samsung soigne son milieu de gamme

© Samsung

Disponible depuis fin aout 2021, ce modèle complète l’offre audio sans fil de Samsung avec  les Galaxy Buds Live et les Buds Pro. Et même si les Buds 2 sont les moins onéreux du catalogue, ils ont pour autant quelques arguments à faire valoir. La dynamique sonore est maitrisée sans accroc, l’ANC est efficace en milieu urbain et l’autonomie honorable, 5h avec la réduction de bruit active. Dommage que la restitution sonore manque de polyvalence et qu’ils fassent l’impasse sur une certification IP. Dernière (mini) reproche, les utilisateurs d’iOS ne pourront profiter de l’application dédiée, elle est indisponible sur l’App Store.

Les meilleures écouteurs entrée de gamme du moment

En dessous de 100 euros, il est désormais possible de trouver des écouteurs qui proposent une réduction de bruit active et une restitution sonore plutôt honnête.

Huawei FreeBuds 4i, quand la musique est bonne et accessible 

© Presse Citron

Après un modèle 3i un peu décevant, Huawei a su redresser la barre sur de nombreux points pour la nouvelle mouture de ses intras premier prix. Le confort est optimal, le son remarquable pour ce prix et l’autonomie n’a rien a envier à certains modèles milieu de gamme, environ 7h en activant de temps en temps l’ANC. Seulement de temps en temps, car celle-ci reste anecdotique. Ce qui nous amène presque à nous demander : vaut-il mieux une réduction de bruit active plus que moyenne que rien du tout et un prix encore plus alléchant ? À noter également, la pauvreté des commandes tactiles.

Oppo Enco Free 2, un nouveau challenger entre dans la danse

© Oppo

Si Oppo arrive a se faire peu à peu une place au soleil en tant que constructeur de smartphone, elle peine encore à trouver sa légitimité sur le segment audio. C’est désormais chose faite, avec ces étonnants Enco Free 2. Le rendu sonore est percutant et plein de détails, le confort est optimale et les commandes tactiles sont toutes au rendez-vous. Parfois la scène sonore manque de profondeur, notamment dans les aigus, tandis que le revêtement en plastique brillant fait que l’étui prend souvent la poussière. Mais bon…à ce prix là, difficile de se plaindre outre mesure.

Apple AirPods Pro
Apple AirPods Pro
3 Commentaires

3 Commentaires

  1. surfraya

    28 septembre 2021 à 14 h 11 min

    Quid des Huawei freebuds pro ,absents de votre comparatif?

  2. Guy Déridet

    7 octobre 2021 à 9 h 37 min

    C’est très à la mode, mais la qualité du son obtenu n’a rien à voir avec…de bons écouteurs filaires ou, en Bluetooth, l’utilisation du Ldac, avec un bon D.A.P (Digital Audio Player) que l’on peut acheter moins cher que des earbuds. J’ai un M9 de chez FIIO et je me régale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *