Home sweet home

Suite à la nouvelle organisation de mes activités, j’ai donc récemment déménagé et quitté mes locaux professionnels afin de m’installer à mon domicile pour travailler dans un espace que j’ai fait aménager spécialement. Travailler chez soi est pour certains une contrainte davantage qu’un choix, et nombreux sont ceux qui font la démarche inverse, en s’installant

Suite à la nouvelle organisation de mes activités, j’ai donc récemment déménagé et quitté mes locaux professionnels afin de m’installer à mon domicile pour travailler dans un espace que j’ai fait aménager spécialement.

Travailler chez soi est pour certains une contrainte davantage qu’un choix, et nombreux sont ceux qui font la démarche inverse, en s’installant dans des locaux professionnels après une période plus ou moins longue, et parfois mal vécue, de travail à domicile. Pour moi c’est l’inverse : n’ayant plus de raisons objectives de louer un bureau puisque je concentre mon activité sur le blogging, la gestion de mes sites et le conseil, j’ai délibérément opté pour le travail à domicile. Ce qui au passage me permet d’économiser quelques milliers d’euros annuels.

Je ne sais pas si cette situation perdurera, mais pour être installé depuis maintenant un mois je n’y vois jusqu’à présent que des avantages, et je suis plutôt heureux de ce choix.

En fait après ces quelques semaines d’expérimentation, je fais un constat, personnel et qui n’engage que moi : bosser chez soi est plus favorable à certaines activités, notamment celles liées à l’écriture et à la « création » (au sens large). De fait, des activités demandant de la concentration, du calme, et probablement quelque-chose de plus impalpable ayant un rapport à l’intimité. Sans me comparer à eux, je crois que ce n’est pas un hasard si la plupart des écrivains, éditorialistes, scénaristes, compositeurs travaillent chez eux : ces métiers requièrent un environnement qui à mon avis n’existe que dans le cocon que constitue son environnement personnel, et donc son chez soi. De là à penser que pour sa survie l’écrivain ne doit jamais se trouver très éloigné de sa flasque de Bourbon…

D’autre part, travailler chez soi présente un autre avantage, déterminant dans le cas du blogueur : pouvoir commencer très tôt (à condition de ne pas avoir de graves problèmes relationnels avec le radio-réveil bien sûr), car en matière d’information, et à la vitesse où vont les choses, les petites heures de l’aube, disons entre 7 et 10, comptent double, voire triple. Sans parler des facultés intellectuelles et de la clarté des idées, certainement beaucoup plus performantes avant midi.

Tout cela bien sûr à condition d’avoir vraiment un espace dédié et une famille pas trop envahissante, ce qui suppose un conjoint qui travaille à plein temps et des enfants à l’école ou en âge d’être relativement autonomes. Dans ce cas les défauts de l’ado, et notamment son apparente indifférence, deviennent des qualités : il vous fout une paix royale. Il est sur Dofus.

En résumé, je pense que travailler chez soi est recommandé si les conditions suivantes sont remplies :

  • activité intellectuelle requérant calme et concentration
  • activité de création ou impliquant un investissement « émotionnel » nécessitant une certaine intimité
  • espace dédié impératif, si possible fermé
  • famille absente la journée
  • activité demandant aussi des déplacements et rendez-vous extérieurs réguliers afin d’éviter l’isolement qui est l’ennemi de tout travailleur à domicile

Bref, toutes les caractéristiques de l’ours mal léché 🙂

Je ferai un autre bilan dans quelques mois pour voir si ce choix est pérenne ou s’il est temps d’émigrer de nouveau dans des locaux professionnels.

Ah, j’oubliais : chez soi le café est (presque) gratuit, et avec une bonne machine à expresso, ça n’a pas de prix !


67 commentaires

  1. A une certaine époque, j’avais fait le chemin inverse en louant des bureaux car je croyais que c’était surtout difficile de séparer vie privée et vie professionnelle.

    En fait, j’ai juste dépenser de l’argent bêtement et je suis revenu à travailler chez moi par après et je me suis mis plus de limite.

  2. le probleme du travail chez soit c’est que madame va exiger que la vaisselle soit lavée à son retour

    que le frigo soit trop a proximité et bonjour le gros derriere au bout de 6 mois

    mais surtout la meforme physique qui en résulte, passer du lit au bureau et du bureau au lit sans trop se déplacer c’est pas tres recommandé..

  3. Tout à fait d’accord, mais je dirai aussi que « un espace que j’ai fait aménager spécialement » est un luxe du télé-travailleur. Perso je suis plutôt à temps plein dans le studio; le plus dur étant d’être isolé quand tu passes un coup de fil 😉
    Dans les conditions n’oublie pas de rappeler le réveil: très important pour certains!

  4. Après, le travail à la maison ne convient pas forcément à tout le monde…

    Genre l’appel du canapé, ou la vaisselle, ou le ménage, ou une lampe à changer, ou…

    Tellement de choses qui peuvent nous distraire…

    Si on arrive à bien s’orgniser, ça va. Sinon, mieux vaut « aller au travail » pour mieux séparer les choses.

  5. Tout à fait d’accord avec toi Eric!
    J’ai bossé pendant 2 ans de chez moi, sur le projet de site pointscommuns.com, et j’avais une grande liberté, notamment celle de pouvoir finir tard sans déranger personne, ou de pouvoir travailler en pyjama 😉

    Depuis que je rebosse dans une « grosse » boite, je n’attends qu’une chose : que les sociétés comprennent enfin qu’on peut faire confiance aux salariés qui peuvent et désirent travailler de chez eux, ne serait-ce qu’un jour par semaine… En plus c’est une sacré économie.

    Tu as du voir déjà le site qui permet de calculer cette économie, en terme financiers et écologiques?

    Christophe

  6. J’ai bosser chez moi pendant 3 ans et demi. Je dois dire que parfois je regrette, parfois je suis content de bosser dans un bureau aujourd’hui. Le plus dur, apres un certain temps, c’est de garder les rituels d’une vie exterieure (cafe le matin au balto, ne pas allumer le pc et commencer a bosser en calcon pantoufle etc etc). Mais dans l’ensemble je le vivais bien. Me manquais juste un certain contact humain parfois.

  7. Comme tu l’as dit le travail à domicile c’est plein d’avantages. Il faut toutefois avoir une famille (au sens large) qui respecte ton lieu de travail, et des horaires qui sont au début très irréguliers. il faut vraiment s’imposer un rythme précis, et surtout éviter les appels clients en dehors de ses horaires, qui peuvent devenir très envahissants à la longue… (ex du coup de fil en pleine nuit qui réveille tout le monde parce que ton client est à l’étranger…)
    L’autre problème est que les soucis familiaux peuvent aussi envahir plus facilement ton espace de travail et du coup te faire perdre rapidement en efficacité…
    Le travail à domicile c’est bien, mais demande donc plus de rigueur. Les véritables avantages sont effectivement au niveau des frais de location d’un bureau et surtout le gain de temps pour se rendre à celui-ci ^^ .

  8. Je crois que j’aurai du mal a accorder tout le temps necessaire a mon travail pour qu’il soit bien fait. Le pire ca serait les enfants, tu es dans ce cas la obligé de coller tes heures de travail à leurs horaires, car quand ils rentrent en trombe dans le bureau, meme ton collègue qui tappait le rythme sur son clavier te deconcentrait moins 🙂

    Je pense qu’il faut bcp de rigueur pour travailler depuis chez soit, mais cette rigueur s’applique du coup aussi à ta famille. Il faut eduquer conjoint et enfants au fait que de 8h à 19h, même si papa est à la maison, il ne doit pas être dérangé.

    Qu’en est il de ton côté, en as tu discuté avec ta femme, ou alors est ce naturel, et elle te laisse en paix sur ton travail durant la journée.

  9. Pour travailler à domicile depuis 3 mois dans des conditions assez similaires aux tiennes, je dois avouer que c’est en effet l’idéal pour les personnes qui, comme nous, ont une activité de création (d’information comme d’autres choses).

    Cependant, et tu mets le doigt dessus, on perd très vite le pied dans la réalité malgré les nombreux contacts web et téléphoniques qu’on peut avoir…

    Allez, je file voir mon comptable et après direction La Poste… Oui, ça se résume souvent à ça 😉

  10. J’ai démarré il y a un mois à « télétravailler » (que c’est laid), car mon employeur savoyard souhaitait une présence en Bretagne.
    Je dois dire que je suis très content, pour les mêmes raisons que toi Eric.
    Et je confirme qu’il est nécessaire d’avoir une pièce dédiée, être seul à la maison et avoir des déplacements chez les clients histoire de s’obliger à se raser encore un peu.
    Pour les horaires, je me cale à ceux de mes enfants ! Devoir les emmener à l’école m’oblige à m’habiller et à ne pas commencer avant 9h. Devoir aller les chercher m’oblige à arrêter à 18h.
    Il y a juste un pb : Je ne fais plus que très peu de pauses 🙁

    On s’en reparle dans 6 mois.

  11. Tu oublies un point important dans tes conditions pour le travail à la maison … Il faut une activité « non collaborative » sinon, malgré les moyens modernes mis à disposition (sametimes entre autre), ca devient vite impossible de faire avancer les choses.

  12. Durant près de 4 ans, j’ai bossé à domicile avec juste quelques passages au bureau genre 1 fois par mois.

    Si les premiers temps, c’est vrai que tu gagnes énormément, tant au niveau financier (trajet + bouffe + …), qu’au niveau pratique (pas besoin de prendre une demi-journée pour passer à la banque ou recevoir un colis) qu’au niveau du travail (tendance à travailler nettement plus), au bout d’un certain temps, on commence à ressentir le manque du « social », à savoir discuter avec ses collègues, son patron, ses employés, …

    A la fin de ses 4 années passées à bosser chez moi, j’étais célibataire… et mise à part les coups de fils à des ami(e)s et les sorties (rare en semaine quand tout le monde bosse), les seules personnes avec lesquelles je discutais étaient le libraire, l’épicier, …

    Ca devient vite « lassant » je trouve.

  13. Alors là, je te suis à 100%.
    Après avoir pris un bureau pendant plus d’un an, j’ai rendu le tout, et je suis retourné travailler chez moi.

    Pour recevoir les quelques clients, j’ai adapté une « chambre d’amis » isolée dans le Jardin en bureau de dépannage, et pour le reste j’ai repris mon bureau peso.

    Et franchement en plus des énormes économies de temps (temps pour y aller, revenir, …) d’argent (loyer, double connexion Internet (90 € par mois en Guyane…), qu’est ce qu’on est bien chez soit, je suis moins dérangé, plus concentré.

    Seul difficulté : se faire violence parfois, surtout les jours ou madame ne travaille pas, c’est pas pour autant que je ne dois pas m’y mettre 🙂

    Ps : tu parle du matin, moi j’y vois plutôt la possibilité de travailler tard le soir. Chacun son timing !

  14. Je pensais que tu travaillais à domicile depuis belle lurette,tant tes activités semblaient s’y prêter.

    En tout cas, la comparaison avec les écrivains, peintres, musiciens et créateurs en tout genre n’est pas usurpée. Attention donc aux dérives bien connues ;).

    Plus largement, le travail à domicile tarde à se démocratiser. Est-ce une tradition franco-française que de toujours vouloir garder un oeil sur ses salariés ?

  15. Ca fait deux mois que j’ai quitté l’open space géant de mon entreprise pour travailler à plein temps à la maison sur ma boutique web. Pour l’instant, je ne regrette pas mon choix et je compense le manque de « vie sociale » en multipliant les sorties entre amis et en amoureux le soir.

    Le piège – hormis le réveil que j’ai tendance à ne pas vouloir entendre le matin – c’est quand je commence à me demander ce que font les autres et que je me connecte sur msn ou sur des réseaux sociaux. Le temps perdu peut alors se compter en heures pleines ! Et ne parlons pas de la lecture de mes blogs préférés, avec les flux rss associés qui se mettent à jour toutes les demi-heures 😉

    Travailler à la maison, c’est bien, mais ça demande aussi une sacrée discipline.

  16. je suis plutôt d’accord sur le principe (plus de liberté, moins cher, pas de perte de temps dans les transports etc) cela fait presque 2 ans que je bosse depuis chez moi. Le problème c’est que je n’ai plus d’espace dédié (au départ c’était le cas, donc parfait!) comme j’habite dans un petit 2 pièces j’ai l’impression d’être enfermée dans une cage toute la journée. Puis, j’ai peu de rdv à l’éxterieur et ces derniers mois je souffre d’un manque de motivation totale, donc du coup je ne suis plus du tout productive et n’arrive pas trop à me concentrer… sans compter que je suis à la recherche d’un « vrai  » boulot = dans une boîte, tout en me demandant si je vais être capable de me réadapter à ce type de routine, avoir des horaires,des collègues etc etc..

  17. J’ai fait ce même choix auquel j’ajouterai ceci :

    – Pouvoir avoir plusieurs « chez soi » d’où on peut bosser, un vrai luxe dont je ne pourrais plus me passer.

    – Mas un inconvénient subsiste : la famille et les amis ne comprennent pas parfois que l’on est en train de bosser. Parfois les proches s’imaginent que l’on passe la journée à surfer juste pour le fun. C’est pour cela qu’une famille absente dans la journée est nécessaire ou alors un bureau fermé à clé 😀

  18. Pour beaucoup, travailler chez soi en tant qu’indépendant surtout dans les métiers du Web et infographie, c’est se résumer par « métier de glandeur », il n’y a qu’à voir l’autre commentaire du maçon qui pense que le métier de publiciste ne vaut pas le sien : il y a des metiers manuels ET intellectuels, chacun a ses spécificités, ses contraintes, ses règles et demandent des efforts différents.
    bref, je lui demanderai bien d’aller retrouver son ami Karl dans le pub d’à côté pour discuter de révolutions et de réveil des conscience.

    Moi j’avais eu droit à une tante qui m’avait dit « qu’est ce que tu vas faire de ta vie » sur un ton humiliant… j’étais développeur Web…

  19. Cela fait plusieurs années que je travaille de chez moi. Je ne reviendrais pas au bureau sans difficultés je crois.
    Mais je m’impose un rythme : heure de début et de fin à respecter. Pauses comme si j’étais au bureau. Jamais de travail en pyjama et sorties le plus possible après le travail.
    C’est nécessaire ne serait-ce que pour voir du monde et discuter d’autre chose que de son travail.
    Et avec tout ça, je gagne les 2 ou 3 heures de transport quotidennes. Le pied quoi !

  20. Tu peux pas savoir la chance que tu as Eric 🙂 ! Enfin si, tu le sais vu que tu fais un billet sur le sujet. Perso, j’ai énormément de mal à écrire quand j’ai du monde autour de moi. Après ça dépend des jobs, le télétravail est pour moi LA solution d’avenir pour plusieurs raisons.

    – désencombrer les villes au petit matin. Des mecs se tapent 2H de bouchons le matin et 2H de bouchons le soir pour aller s’entasser dans des tours pour réaliser un travail qu’ils auraient pu largement faire sur leur PC chez eux.

    – beaucoup moins de stress en travaillant dans un endroit dans lequel on se sent bien. (RENAULT a bien compris cette donnée et commence à développer le TT pour ses ingé). Bossant dans un grand open space avec le tél qui sonne toutes les 2 sec, les gens qui viennent te déranger toutes les deux minutes, les ragots de couloirs, sortir pour aller fumer une clope (bon ça c’est pas nécessaire ok)…

    -plus grande rentabilité : sur les 4H de trajets (pour les parisiens) économisés, 2 peuvent être consacrées au job lui-même, pas d’horaires, si tu veux bosser à 2H du mat ou commencer à 5H il n’y a pas de problèmes.

    Les pays nordiques développent de plus en plus le travail à distance mais bon en France on préfère attendre de voir les autres réussir, pour les copier par la suite plutôt que d’innover…

  21. Tout a fait d’accord avec ce billet et avec la plupart des commentaires.
    Lorsque je veux expliquer ma facon de travailler, j’envoie régulierement cette URL:

    Sinon, contrairement a Eric, je n’ai pas besoin de me lever tot (même si ca m’arrive) mais je peux aussi terminer de bosser a 2h du matin. En fait le plus grand problème (tout petit face aux avantages) de travailler chez soi, est que l’ont termine rarement sa journée en rentrant chez soi 😉

  22. Salut Eric,

    C’est vrai qu’il y a des avantages à bosser chez soi, mais je pense que cette solution convient aux personnes qui ne sont pas corporate. Perso j’adore voir du monde et sortir de l’univers familiale!

    Il y a le facteurs , femme 🙂 qui croit que parce que tu es la casa, tu peux faire a manger, la machine etc..
    Tres bonne solution pour les celibataire sans enfants, ou pour les hommes qui on des compagnes comprehensive.

  23. Hello Eric !

    Cela fait six mois que je travaille aussi exclusivement chez moi, et je suis parfaitement d’accord avec ce que tu as dit. Surtout le fait que cela aide lorsqu’on fait de la « création ».

    Cela a beaucoup d’avantages, dont choisir son emploi du temps, réserver le matin à des activités plus intellectuelles (plutôt que les transports / embouteillages), faire du sport, mieux manger (au lieu de manger au Mcdo du coin !), etc.

    Excellent choix quoi 🙂 .

  24. Haaa le travail a domicile.. Ca a ses avantages, je n’en doute pas, et je les vois tous les jours. Mais en tant que compagne c’est pas toujours facile a vivre. Plus dur de ce mettre des horaires quand on travaille a domicile (et encore pire en freelance). Du coup, c’est quand meme pas facile a gerer quand le chéri est jusqu’a deux heures du mat devant l’ecran ‘parce qu’il faut avoir fini’.. Des fois je prefererai qu’il ai des vraies horaires.

    A moins qu’on ne bosse ensemble en télé travail, parce que a force, c’est usant.

  25. Bonjour Eric,

    Le travail de chez soi comporte beaucoup d’avantages et est malheureusement ce qui va se faire de + en + à l’avenir selon moi. Je dis malheureusement, car il est vite facile de ne plus voir la réalité qu’à travers internet, ne plus vraiment savoir ce qu’il se passe dehors et c’est là ou ça devient dangereux. Ma vision est peut être extrême et pessimiste…mais c’est comme cela que je vois l’avenir pour l’humanité: des hommes enfermés dans des chambres devant un écran. D’ailleurs il existe une très belle animation proche de cette idée.

    A quand ton isolement sur une île?

  26. @pierre: ça dépend aussi beaucoup du métier. Pour un écrivain maudit ok, mais pour un acteur du web…
    J’imagine que de par son activité, notre hôte ne manque pas de « contacts » sociaux. M’étonnerais pas que certains jours il en ai même un peu trop, non? 🙂

  27. Cela dépend beaucop de la personnalité de chacun….

    Perso, cela fait 6 ans que je bosse chez moi, et je n’y vois (presque) que des avantages :
    – Pas de contraintes de hierarchie (je suis à mon compte),
    – Horaires modulables (même si c’est dnas le mauvais sens, cad trop d’heures),
    – Facilité pouir la vie de famille (aller chercher les filles à l’école, préparer les repas selon charge de travail…),
    – Pouvoir vivre dans un lieu autour duquel mon activité n’est pas présente (conception de produits en électronique et informatique indutrielle) à moins de 100km à la ronde.

    Inconvénients :
    – Pas d’horaires,
    – Il faudrait une ligne téléphonique « boulot » en plus de la perso, car les clients se permettent n’importe quoi dès fois,
    – Personne avec qui parler de ses problèmes techniques (vive MSN et Skype !),
    – Etre seul au café…
    – Pasq de projets en équipe (dans mon cas).

    Je connais des personnes qui ont commencé une activité seule, chez elles et pour qui ce système ne convient pas.

    Yvan

  28. Je suis plutôt d’accord avec Eric en particulier avec les horaires du matin.
    Perso je bosse très bien de 7h à 11h puis j’essai de me mettre en stand by jusqu’à 15h si le projet le permet.
    Je sais qu’entre 11h et 15h je ne suis pas du très productif et généralement je termine ma journée aux alentours de 20h voir plus tard pendant les périodes de charrettes.
    Les inconvénients sont identiques à relativement tous :
    – il me faudrait une ligne tél pro et une perso
    – trouver un appart’ avec une pièce plus supplémentaire car mon bureau et tous le matos occupent la moitié du salon
    – sentiment de sollitude par moments.

    Avantages :
    – grande flexibilité dans la gestion du temps
    – avantages fiscal (déduction d’une partie des charges et du loyer)
    – etc

  29. (re)Bienvenue au club

    Je suis content de travailler à la maison. C’est une renaissance pour moi qui comporte de nombreux avantages comme celui de pouvoir profiter de son appartement toute la journée !

    J’ai écris 3 articles sur le sujet : Les 7 inconvénients, les 8 avantages et comment améliorer les conditions du télétravail.

  30. Le boulot à la maison, vaste débat. Pour ma part, je travaille à la maison. C’est très complexe de jouer le jeu à fond, c’est à dire être devant son bureau à 9h et quitter à 18h, car pour vos proches, vous êtes plus ou moins là, donc plus ou moins disponible s’il y a une urgence.
    Une chose est sûre, il faut une barrière physique, un bureau, une pièce rien qu’à soi et qui ne sert qu’à cet usage.

  31. L’idéal, c’est l’alternance entre le travail à la maison (prospection téléphonique, secrétariat, préparation et suivi des cours, etc.) et travail à l’extérieur, chez les clients, ou en salle de cours. J’ai aussi un rendez-vous régulier avec des collègues indépendants ; cela nous permet de jouer au jeu des « bruits de couloirs et machine à café ». Cela prend ordinairement la forme d’une pause dans un salon de thé avec gâteaux, thé ou café. Et quand il pleut comme ce matin, que le monde est gris, c’est un vrai soulagement de rester au chaud et de chauffer le clavier. Mais patatras, voilà que je tombe sur ce billet et tous ces commentaires et que j’y consacre dix minutes… Aïe ! mon beau planning de la journée est fichu.
    Il s’en suit un conflit intérieur entre le moi qui a envie de folâtrer un peu et le et-moi-donc qui entend tenir les objectifs de production.
    Je note au passage qu’en cela j’ai adopté le même rythme que ceux qui ont commenté ce billet avant moi. Le 21 : 35 personnes le matin (avant 13 h), mais seulement 18 l’après-midi, le 22 : 8 le matin, une seule personne le reste de la journée – aujourd’hui déjà 2 à musarder. De tout cela, il ressort que la mise en route matinale soit souvent une opération délicate quand on travaille chez soi.

    Bonne journée à tous.

  32. Le travail à domicile est UNE solution, pas LA solution. Il convient à certaines personnes et pour certains travaux. Il est vrai que l’ouvrier qui travaille en usine pourra difficilement le faire chez lui. D’autre part, certaines personnes ont besoin de contacts directs avec les autres…
    Voir au sujet du travail à domicile l’excellent bouquin de J-C. Courte et Lukino : « Comment travailler… chez soi » chez Eyrolles (http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/comment-travailler-chez-soi-9782708134171) aussi consultable sur le Net : http://www.urbanbike.com/index.php/site/teletravail

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies