Suivez-nous

Smartphones

Huawei récupère sa licence Android… pour 90 jours !

L’administration américaine offre 90 jours de répit au constructeur chinois Huawei. Il pourra ainsi continuer d’utiliser la licence Android et acheter des composants aux entreprises américaines.

Il y a

le

Capteur Tof Huawei P30 Pro
© Presse-citron.net

Donald Trump veut montrer qu’il manie les affaires à la perfection. Hier matin, Google annonçait officiellement retirer la licence d’exploitation Android à Huawei (et par conséquent aussi sa marque milieu de gamme Honor) sous prétexte que l’entreprise était jugée comme « sensible » par l’administration américaine. Elle a été placée sur liste rouge par le département du commerce américain, et se trouve être victime des négociations commerciales compliquées entre la Chine et les Etats-Unis.

Un pas en arrière pour Trump ?

Depuis, le Président américain a fait « un geste » en autorisant le constructeur chinois a conserver non seulement la licence Android pendant 90 jours supplémentaires, mais aussi à acheter des composants à des entreprises américaines pour maintenir la qualité des réseaux. Une telle interdiction aurait rapidement entrainé une dégradation du service à des millions d’américains qui utilisent (sans le savoir) les réseaux Huawei.

Cette trêve de trois mois n’a cependant pas satisfait le fondateur de Huawi, Ren Zhengfei, qui affirme haut et fort : « les actions du gouvernement américain pour le moment sous-estiment nos capacités ». Le groupe avait déjà anticipé un tel risque, et il aurait développé un système d’exploitation alternatif à Android il y a déjà quelques temps. Une mesure que n’avait pas prise le fabricant chinois ZTE, qui s’est vu interdit d’utiliser Android en avril 2018 avant de finalement verser 1,7 milliard de dollars aux autorités américaines pour récupérer sa licence.

Si l’administration américaine pointe du doigt le risque d’espionnage de la part des chinois à travers l’entreprise Huawei, la réalité est probablement différente : Donald Trump s’appuierait sur ce nouveau scandale pour se positionner en force dans les négociations commerciales délicates avec son homologue chinois.

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. halim

    21 mai 2019 at 11 h 39 min

    VIVE HUAWEI VIVE HONOR VIVE LA CHINE ET VIVE LES CHINOIS

  2. Amine

    21 mai 2019 at 18 h 07 min

    « Une mesure que n’avait pas prise le fabricant chinois ZTE, qui s’est vu interdit d’utiliser Android en avril 2018 avant de finalement verser 1,7 milliard de dollars aux autorités américaines pour récupérer sa licence. »

    C’est marrant, si tu payes 1,7 milliard de dollars, tu n’es plus considéré comme un espion… Ils sont fous ces Américains !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests