Suivez-nous

Lifestyle

KFC va produire ses prochains nuggets de poulet en impression 3D

Miam, KFC va produire des nuggets de poulet à l’aide d’un procédé de bio-impression 3D.

Il y a

  

le

 

Par

KFC
© https://pixabay.com/fr/illustrations/affiche-kfc-publicit%C3%A9-1049571/

Amis de la gastronomie et des bons produits du terroir, ne lisez pas ce qui suit. Le géant du poulet frit KFC travaille sur un projet de fabrication de ses fameux nuggets de poulet en impression 3D.

On connaissait déjà les steaks sans viande de Beyond Meat, ainsi que diverses autres initiatives autour de l’alimentation de synthèse imprimée en 3D, mais il semblerait que KFC veuille pousser le bouchon un peu plus loin Maurice en approvisionnant ses restaurants avec de bons nuggets de poulet… sans poulet.

Pour cela, KFC utilise un procédé de fabrication à base de bio-impression 3D. Et étonnamment, ce symbole de la bonne bouffe rapide made in USA (made in Kentucky, plus précisément) s’est allié avec l’ennemi de toujours, en la personne d’une société russe, 3D Bioprinting Solutions. La méthode irait cependant au-delà de la simple tâche de chauffer les ingrédients pour les imprimer sous différentes formes, puisqu’elle fait appel à ce qui semble presque être une sorte d’alchimie consistant à combiner des cellules de poulet et des matières végétales pour reproduire le goût et la texture de la viande de poulet. Alors que la bio-impression 3D fournira la technologie et l’équipement, KFC fournira les ingrédients, en particulier le mélange d’épices top secret qui en a fait une icône (de la malbouffe ?) dans l’industrie de la restauration rapide.

Un procédé de fabrication moins nuisible à l’environnement

Si l’on peut reconnaitre un mérite à cette innovation, c’est celui de la promesse d’un moindre impact sur l’environnement et la vie animale puisque d’une part aucun poulet ne sera maltraité dans cette superproduction, et d’autre part la viande promet les mêmes nutriments et micro-éléments que l’original, mais sans les additifs que la viande animale obtient de l’agriculture et de l’élevage traditionnels.

En outre, selon une étude de l’American Environmental Science & Technology Journal mentionnée dans le communiqué de presse KFC, la technologie de culture de la viande à partir de cellules a un impact négatif minimal sur l’environnement, permettant de réduire de plus de moitié la consommation d’énergie, de diviser par 25 les émissions de gaz à effet de serre et d’utiliser 100 fois moins de terres que la production traditionnelle de viande à la ferme.

Selon Yusef Khesuani, co-fondateur et associé directeur de 3D Bioprinting Solutions, « Les technologies de bio-impression 3D, initialement largement reconnues en médecine, gagnent aujourd’hui en popularité dans la production d’aliments tels que la viande. À l’avenir, le développement rapide de ces technologies nous permettra de rendre les produits carnés imprimés en 3D plus accessibles et nous espérons que la technologie créée grâce à notre coopération avec KFC contribuera à accélérer le lancement sur le marché des produits carnés à base de cellules ».

Accessoirement, on imagine que KFC réalisera de substantielles économies avec ce processus, surtout si les nuggets peuvent être fabriqués sur place dans les restaurants, à la demande, même si cette hypothèse n’est pas évoquée pour le moment.

Il ne s’agit pas de science-fiction ni d’une sorte de projet fumeux pour faire du buzz puisque le produit final devrait être prêt cet automne, et que les clients des KFC de Moscou seront les premiers chanceux à déguster ce qui promet d’être un nouveau grand moment de pure gastronomie.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. poulbot

    20 juillet 2020 at 15 h 45 min

    Déjà que les poulets qu’ils servent sont transgénique et vienne de Hollande , si maintenant les nuggets sont fait d’une pâte de poulet imprimé, heu merci .
    ce type de fabrication permettra surtout a KFC de refourguer jusqu’au carcasse transformer en cette pâte qui servira a l’imprimante 3D , que du bénéfice pour la marque ; Un poulet, une broyeuse-malaxeuse, une imprimante 3D et par ici la monnaie..
    Mauvaise remake du film « Soleil vert ».

  2. Danny boyd

    20 juillet 2020 at 22 h 23 min

    Hmmmm. Cette article est pas mal biaisé selon moi. Certe, du point de vue d’un aristocrate qui ne mange que ce que la fine gastronomie a lui offrir ce procédé technologique n’est pas fort appétissant. Cependant, si ont s’enlève la tête de son cul juste une petite seconde, je pense que l’ont peut voir le potentiel que cette technique a de nourrir les plus de 200 millions de gens qui vont crevé de fin cette année selon les nations unies.

    • Jean-François

      21 juillet 2020 at 11 h 20 min

      Non, si les gens crèvent de faim c’est parce que les humains ont décidé que la nourriture était un bien de consommation marchand comme les autres, et que quelques vampires aspirent l’argent que ces gens-là ne reçoivent pas et avec lequel ils pourraient s’acheter à manger… Cela fait maintenant des années que la FAO, l’organisation des nations unies pour l’alimentation, a montré que nous produisons de quoi nourrir plus de 10 milliards de personnes, mais toute cette nourriture est d’une part très mal répartie, et d’autre part qu’une partie non négligeable part directement à la poubelle… Pour ceux qui ne l’ont pas vu, je conseille de regarder le documentaire « le marché de la faim », issu du rapport de la FAO…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests