La clinique sans retour

Vous passez de plus en plus de temps sur votre ordinateur et sur internet, vous ne contrôlez plus votre comportement, vous ressentez une sorte d’euphorie dès que vous touchez un PC ou que vous êtes impliqué dans une activité web, votre rythme de sommeil a changé, vous négligez votre famille et vos amis, vous constatez

Vous passez de plus en plus de temps sur votre ordinateur et sur internet, vous ne contrôlez plus votre comportement, vous ressentez une sorte d’euphorie dès que vous touchez un PC ou que vous êtes impliqué dans une activité web, votre rythme de sommeil a changé, vous négligez votre famille et vos amis, vous constatez des changements dans votre anatomie et des désordres physiques (prise ou perte de poids…) ?

restart

Ne riez pas, vous correspondez forcément au profil, et vous êtes donc bon(ne) pour une cure de désintoxication au centre Heavensfield, une sorte de clinique américaine pour les personnes souffrant d’addiction au web, à Twitter et aux jeux vidéo.

Tout est prévu pour votre prise en charge, et expliqué en détail sur le site du centre : le programme reSTART vous promet de vous guérir de vos excès de web en 45 jours, repas et hébergement compris, pour la modique somme de 14 500 dollars.

Si l’info était sortie un premier avril j’aurais nourri quelques doutes quant à sa validité mais il faut croire qu’elle est très sérieuse. Après tout, à bien y réfléchir, ce n’est pas si étonnant : comme le Coca-Cola, les hamburgers et les iPod, inventer des cures pour tout et n’importe-quoi est aussi une spécialité de l’Oncle Sam. Si si :  nos cousins d’outre-Atlantique ont même des cliniques pour guérir de leur addiction au sexe, ce qui serait plutôt considéré par ici comme une qualité, voire un atout, que comme une maladie. Business is business.

Si l’on met à part le côté clinique sans retour, genre le truc où tu rentres de plein gré et dont tu ne ressors jamais, pris au piège de savants fous qui se servent de toi en temps que cobaye comme dans n’importe-quel téléfilm de M6, reste à savoir si ce programme reSTART fonctionnera : d’abord il s’adresse d’abord aux nerds, et comme chacun sait les nerds sont fauchés comme les blés. Ensuite, 45 jours à se morfondre sans même pouvoir tweeter sa cure, c’est la rechute assurée à la sortie.

Je ne me sens pas très bien d’un coup. Sans déconner.

(source)


22 commentaires

  1. Tu aurais pu/du ajouter comme signe distinctif d’addiction au web « si vous souffrez de dyslexie chronique au clavier »
    ous ne contrôlez plus voter comportement, 😉
    Perso j’imagine la bête de course que l’on peut se payer avec 14500 $ 😀

  2. interessant comme idée , et je pense qu’il y aurait vraiment urgence à envoyer certain dans ce genre de centre (oui je parle de toi celui devant son écran avec les cernes , les yeux vitreux et la coiffure « saut du lit » !)

    après tout est question de modération , on ne le repetera jamais assez

  3. Pingback: Un centre pour guérir son addiction au web « Arrache-moi la tête

  4. @ Galdon : Pas de panique
    Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dans un mto n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate ets que la pmeirère et la drenèire soinet à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porblème. C’est prace que la creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

  5. Pingback: Twitter Trackbacks for Un centre de désintoxication pour soigner sa dépendance au web | Presse-Citron [presse-citron.net] on Topsy.com

  6. Pingback: Guérir son addiction au web | Arrache-moi la tête

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies