La reconnaissance faciale de Facebook ne plaît pas à la Norvège

Le système de reconnaissance faciale en place depuis un an sur Facebook et sans cesse amélioré ne convient pas aux autorités norvégiennes, très à cheval sur le respect de la vie privée.

Facebook et son système de reconnaissance faciale sont actuellement sérieusement critiqués par l’autorité norvégienne de la protection des données. « Il s’agit là d’un outil très puissant, dont le fonctionnement n’a aujourd’hui toujours pas été clairement explicité » affirme le commissaire en charge de l’affaire.

Introduit en juin 2011, l’outil de reconnaissance faciale développé par Facebook propose de manière automatique une suggestion d’amis pouvant être taggés sur une photo. Alors que l’Allemagne avait, deux mois après son lancement, décidé de mettre le holà sur cette fonctionnalité aussi inquiétante qu’impressionnante, affirmant que celle-ci violait la loi européenne, voilà que la Norvège, un an plus tard, se pose des questions sur le fonctionnement caché de ce système.

« Si Facebook surveille les citoyens norvégiens d’une quelconque manière, le site est en infraction avec les lois sur le respect de la confidentialité norvégiennes » affirme Ove Skara, directeur de l’autorité de la protection des données. Très suspicieuse envers le réseau social de Zuckerberg, l’organisation, qui a pourtant par le passé travaillé en collaboration avec Facebook en Irlande sur les problématiques du respect de la vie privée, a entre autres pris le temps d’étudier de près le mois dernier les différents petits rouages tournant derrière le stockage et l’analyse des messages privés et chats menés par le réseau social à l’insu de ses utilisateurs.

C’est cependant pour le moment sur le traitement des photos stockées sur celui-ci que l’autorité souhaite se focaliser. « Ils possèdent les photos de centaines de millions de personnes [955 millions selon les derniers chiffres]. Nous devons discuter avec Facebook des données qu’ils stockent sur leur service ».

Reste à voir quelles seront les suites de cette affaire, et surtout si Facebook, après avoir déjà été attaqué sur le fait qu’il imposait cette fonctionnalité à tous ses utilisateurs, finira par leur laisser le choix de l’utiliser ou non, comme le fait déjà Google+ avec son propre système de reconnaissance faciale. Au vu du récent rachat du service Face.com, spécialiste dans le domaine, par Facebook le mois dernier afin de perfectionner son outil, je serais personnellement assez étonné de découvrir le réseau social plus laxiste à ce sujet…

(Source)


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. A ce jour, la majorité des utilisateurs ne sont pas éduqués sur les risques liés à la diffusion d’informations et d’images les concernant.
    Vous viendrait-il à l’idée de distribuer votre photo à la sortie d’un centre commercial ?

    Dans mon domaine par exemple, j’insiste pour que mes clients ne publient pas sur le réseau et leur blog des éventuelles informations concernant leurs vacances…

    C’est l’utilisateur qui devrait d’une manière ou d’une autre obtenir une information (formation ?) lui permettant de comprendre l’importance et les éventuelles conséquences de ce qu’il publie…

  2. Je suis d’accord avec les autorités norvégiennes. Ce système de reconnaissance facile est tout de même assez limite. Je me demande bien ce qui pourra bien arrêter Facebook.

  3. C’est ce qui attend Facebook dans les années à venir, de gros problèmes concernant le respect de la vie privée. Ce que Facebook sait sur chacun de ses membres est quand même impressionnant, je suis même sur qu’il stocke encore les infos et photos de profils supprimés depuis très longtemps. Après chacun est responsable de ce qu’il publie, mais bon tout ça est quand même dérangeant.

  4. Je n’ai pas trop compris l’article si vous pouvez expliquer plus clairement merci.

    En quoi consiste cette reconnaissance faciale?

    Est ce pour trouver toutes les photos mise a l’insu des personnes ou bien est ce juste pour taggué la personne..je ne comprends pas trop merci de m’expliquer plus simplement

  5. Ils veulent leur mettre la pression mais c’est un coup d’épée dans l’eau.

    La seule chose à laquelle ils pourraient arriver c’est la désactivation de l’option par défaut, comme il se passe à chaque fois que qqn gagne contre facebook (si on peut appeler ça ‘gagner’…)

  6. Depuis le temps que je dis que facebook est un site fasciste, parce que les utilisateurs y sont traités comme du bétail, et qu’ils aiment cela.

    Je suis de plus en plus heureux de ne pas y être.

Répondre