Les routes du rock

Pour certains, le rock mène à tout à condition d’en sortir.
C’est ce qu’ont dû se dire un jour quelques rock-critics (en français "journalistes spécialisés dans la musique et la culture rock qui ont contribué à leur façon à façonner la légende en n’hésitant pas parfois à payer de leur personne par l’utilisation de substances illicites"), qui ont compris que malgré leur talent ou leur plume ils n’atteindraient jamais le dixième de la gloire des stars qu’ils côtoyaient quotidiennement.
Frustrant, forcément.

Rock n Folk

Pour certains, le rock mène à tout à condition d’en sortir.
C’est ce qu’ont dû se dire un jour quelques rock-critics (en français "journalistes spécialisés dans la musique et la culture rock qui ont contribué à leur façon à façonner la légende en n’hésitant pas parfois à payer de leur personne par l’utilisation de substances illicites"), qui ont compris que malgré leur talent ou leur plume ils n’atteindraient jamais le dixième de la gloire des stars qu’ils côtoyaient quotidiennement.
Frustrant, forcément.

Rock n Folk

C’est ainsi que les plus ambitieux (ou talentueux) d’entre eux ont vite lâché l’affaire, partiellement ou totalement, pour se consacrer à des carrières plus rémunératrices et davantage en accord avec leur standing et leur soif de reconnaissance par le grand public.
Des iconoclastes chez qui on retrouve toujours ce petit grain de folie rock’n’roll, quelque soit leur statut et leur activité actuels, parfois très éloignés de leurs premières amours.
Petit florilège en forme de le saviez-vous ?

Saviez-vous qu’avant d’être le génial animateur de Rapido, puis le bouffon de Philippe Gildas avec José Garcia sur Canal +, puis acteur au look de jeune premier et enfin réalisateur de films ennuyeux, Antoine de Caunes a commencé sa carrière comme rock-critic à Rock’n’Folk ? Détail croustillant, il tenait la rubrique spécialisée sur le… Jazz-rock et la musique progressive ! Et oui, ne riez pas, Magma et Fairport Convention n’avaient aucun secret pour lui. Pour nous, si, je vous rassure : Magma reste toujours un mystère.

Saviez-vous qu’avant d’écrire des bouquins (l’énorme Fuck, entre autres) des scénarii, des dialogues et des paroles de chansons pour les autres (et parfois les pires, comme Sardou), Laurent Chalumeau fut aussi rock-critic à Rock’n’Folk, où il sévissait plutôt dans le hard-rock et le métal US ? Ca fait drôle non ?

Saviez-vous que, avant de se lancer éphémèrement dans une carrière de chanteur beau gosse qui hurlait J’aime regarder les filles de sa voix travaillée au Jack Daniels, Patrick Coutin fut également critique musical. Ou ça ? A Rock’n’Folk bien sûr ! Une pépinière, vous dis-je.

Saviez-vous qu’avant d’être la pseudo-méchante de service dans Le maillon faible, Laurence Boccolini officiait en duo avec l’un des plus vénérés des journalistes-rock Bernard Lenoir, mythique animateur de Feedback sur France-Inter pendant presque deux décennies, dans Les Inrockuptibles sur Europe 1 ? Et oui, Laurence Boccolini est aussi une enfant du rock et sa culture musicale est absolument impressionnante.
Vous ne saviez pas, vous êtes le maillon faible, au revoir.

Enfin à tout seigneur tout honneur : saviez-vous qu’avant d’être celui que maintenant tout le monde connait, et même bien avant d’avoir créé Les enfants du Rock à la télé, Philippe Manoeuvre fut dès ses vingt ans journaliste à Rock’n’Folk ? Rock’n’Folk qu’il secoua de son énergie délirante et communicative à tel point qu’il finit par en prendre les commandes et devenir le boss du vénérable mensuel quelques années après son arrivée fracassante dans la rock-critique française. L’arrivée de Manoeuvre fut dans le petit monde de la critique musicale tricolore un électro-choc qui n’eut jamais d’égal. Souvent imité, jamais égalé le Phil.
Vous vous en foutez sûrement mais je le dis quand même : si je blogue aujourd’hui, je le dois certainement en partie à Manoeuvre.

La liste serait encore longue des stars du PAF qui ont fait leurs premières armes dans la presse rock :  Thierry Ardisson, Olivier Assayas, Patrice Blanc-Francard (l’oncle de Sinclair) entre autres ont tous commencé leur parcours médiatique en usant leurs fonds de culotte chez Rock’n’Folk.
Ne cherchez plus, la vraie Starac, c’est la presse rock !


Nos dernières vidéos

26 commentaires

  1. Rock’n’Folk, une référence jamais égalé dans la presse rock…
    Faudrait qu’on monte Rock’n’Flock, le mag des geek rockeurs, ça peut le faire non ?!

    Manoeuvre, c’est une encyclopédie du rock à lui tout seul, c’est clair ! Il n’y en a pas des masses, des gars comme lui…

  2. Le rock mène à tout à condition d’en sortir.

    Il n’est pas obligé de sortir du rock pour être célebre, les groupes de rock sont plus connus que les journalistes.
    Même si pour moi, Lenoir et Manoeuvre sont deux grands monsieurs du rock

  3. @Luxepower, c’est une formule bien sûr, heureusement que les rock-stars sont plus connues que les rock-critics 🙂

  4. Rock’n’Folk et Manoeuvre ont quand même perdu de leur superbe depuis 10 ans, en voulant faire du NME avec du n’importe quoi … Naast les Artic Monkeys français ? Quelle blague ! Enfin de toutes façons perso, j’ai toujours été plus Lenoir/Inrocks que Manoeuvre/Rock’n’Folk

    Sinon, en parlant de Route du Rock, l’autre fait appel à son public pour ne pas disparaître:
    http://www.laroutedurock.com/

  5. ce bon vieux phil manoeuvre a reussi a éléver un peu le niveau d’une daube simiesque ( la nouvelle star) où les participants ont le QI d’un pot de moutarde, alors rien que pour ca et pour l’ensemble de son savoir et son integrité ,phil merite tout le respect du monde

  6. @Sylvain : Tu as bien raison de rappeler que la Route du Rock est en train de disparaitre, parce que en tant que breton,, je sais que c’est surement les gros festivals qui vont nous faire découvrir les nouveaux talents.
    Vive la Rdr et les Trans !

  7. Ah Feedback, que c’était bien cette émission. Y’avait également Patrice Blanc-Francard. M’ont fait découvrir : Police, Dire Straits, Garland Jeffreys et bien d’autres

  8. Je vous conseille la lecture du bouquin de Benoît Sabatier ("Nous sommes jeunes, nous sommes fiers") pour en apprendre plus sur le lien entre rock et culture jeune en France ces 50 dernières années : Canal + (la fameuse phrase de De Greef à la création du Top 50, "on n’avait pas prévu que les français avaient un tel goût de merde), rock & folk, Best, le palace, Yves Adrien, Pacadis, le service culture de Libé, les radios libres, l’omniprésence de la variété insupportable, etc, etc.

  9. pour le coup manoeuvre…je me demande quand meme un peu ce qu’il fait a la nouvelle star…
    Il casse un peu son image, je trouve. Anyway.

  10. Superbement écrit, comme dab, Pfff tu m’fatigues 😉
    Pour ce qui est de Magma, c’est surtout la révélation d’un batteur hors normes, et fils de son père ( ça arrive ) Maurice Vander, pianiste de première bourre, et arrangeur et " responsable " du succés de la carrière " in a jazz way " de C Nougaro etc …
    @+ 🙂

    PS j’ai horreur des captchas, et tu t’en fous, et t’as bien raison 😀

  11. @shyboy, tu n’as pas lu jusqu’au bout, c’est ce que je dis dans mon dernier paragraphe 😉

  12. Bon travail "journalistique"!
    Le rock n’est pas mort. Aucune musique ne meurt vraiment. Elle se transmet toujours, au moins dans l’influence d’une autre qui elle-même… d’une époque à l’autre…

  13. citron mecanic on

    karl zero aussi fut critique à Rock & folk, surnommé le chroniqueur de l’impossible car il se tapait tous les groupes dont les autres ne voulaient pas s’occuper!

    jacques pradel (!!) fut aussi journaliste aux enfants du rock et il est l’un des derniers à avoir interviewé le voyageur en solitaire et habituellement perdu de vue gérard manset

    sans oublier l’inimitable Bayon (prix interallié avec ‘les animals’) qui fut à rock & folk, manitou de Libé

  14. Héhé moi je lisais les deux bien sûr mais il n’en reste qu’un, et puis Manoeuvre il était pas chez Best (là-bas y avait Eudeline mais je n’ai jamais accroché)

  15. J’ai adoré cet article , merci!!

    @Sylvain, c’est clair que la Route du Rock doit continuer! J’ai fait l’édition 2001, et malgré les trombes d’eau, que de bons souvenirs! Notamment la première fois que je voyais BRMC et The Coral sur scène. Une tuerie..

  16. Moi je demande pourquoi le mec de Rock’n’Flock se paume au milieu de la recherche de la nouvelle star (accompagné par un chanteur français au 2 musiques drageur de petite minette a ses temps perdus !)
    C’est vraiment la loose…

    (déjà que manu katché a perdu tout crédibilité a mes yeux…)

  17. Eric

    @Greg c’est aussi la question que je me suis posée quand j’ai vu ça et puis je me suis ravisé, c’est l’inverse qui se passe : Manoeuvre met au vrai coup de pied au cul de l’émission et la charge en bonnes vibrations rocknroll, c’est lui le boss, il s’est imposé en quelques répliques bien senties. Je trouve qu’il est parfaitement complémentaire de Manoukian en fait.