Suivez-nous

Tech

La ville de San Francisco interdit l’utilisation de la reconnaissance faciale

San Francisco est la toute première ville américaine à interdire l’utilisation de la reconnaissance faciale. Une décision qui ne devrait pas plaire à Amazon.

Il y a

le

Reconnaissance faciale
© NC

San Francisco est la toute première ville américaine à avoir totalement interdit la technologie de reconnaissance faciale malgré l’adoption du gouvernement américain.

San Francisco interdit l’utilisation de la reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale est de plus en plus utilisée dans les villes, notamment par les forces de l’ordre. De nombreuses personnes sont très sceptiques face à la fiabilité d’un tel système qui, de plus, pose des problèmes de libertés individuelles. La ville de San Francisco aux États-Unis a décidé de purement et simplement interdire l’utilisation publique de cette technologie sur son territoire. Une décision qui ne devrait pas plaire à des groupes comme Amazon.

Le conseil des autorités de surveillance de la ville de San Francisco vient de voter à 8 voix contre 1 pour l’interdiction de l’utilisation de la reconnaissance faciale dans sa ville. L’ordonnance interdit aux autorités municipales (ce qui inclut la police) d’utiliser cette technologie. La municipalité a, en outre, exigé également un organisme de surveillance publique pour les achats de technologies de surveillance, tels que les lecteurs de plaques d’immatriculation et les « spoofers Stingray ».

Cette décision fait donc de San Francisco la toute première ville des États-Unis à interdire totalement l’adoption de la technologie de reconnaissance faciale pourtant adoptée par le gouvernement américain. Le superviseur, Aaron Peskin, a proposé cette mesure afin de protéger les droits et libertés civils tout en garantissant aux personnes de « vivre à l’abri de toute surveillance gouvernementale permanente ». Cela signifie également, pour le responsable, de réduire les risques d’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale pour « exacerber l’injustice raciale », à la fois par des biais techniques et des abus systémiques.

Une interdiction qui ne devrait pas plaire à Amazon

La décision de San Francisco pourrait faire grincer des dents du côté des forces de l’ordre et du géant américain de la vente en ligne, Amazon. L’entreprise de Jeff Bezos est effectivement grosse pourvoyeuse de cette solution auprès des forces de police et de gouvernement. Si d’autres villes venaient à prendre une décision similaire, le géant américain verrait alors son marché se réduire.

 

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Patrcik

    19 mai 2019 at 18 h 38 min

    Bravo à tous les responsables de San Francisco pour cette décision.
    J’espère que les autres villes s’en inspireront pour agir de même dans leur commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests