L’administration américaine ne veut plus du monopole de BlackBerry pour ses employés

Une nouvelle difficulté à gérer pour RIM BlackBerry : dans une note publiée récemment, le responsable d’une agence gouvernementale américaine indique vouloir changer progressivement de politique en matière de nouvelles technologies.

Une nouvelle difficulté à gérer pour RIM BlackBerry : dans une note publiée récemment, le responsable de l’information de la GSA, une puissante agence gouvernementale américaine, qui a en charge la gestion d’un budget de 500 milliards de dollars incluant télécoms, technologies de l’information et programmes fonciers, indique vouloir changer progressivement de politique en matière de nouvelles technologies.

BlackBerry Bold 9900

Cette agence n’est pas la seule à gérer les affaires de l’état, mais ses initiatives peuvent servir de tests et influer sur les décisions d’autres agences. Il faut savoir en effet que RIM, maison-mère de BlackBerry, dispose d’un quasi-monopole au sein des administrations et agences gouvernementales américaines, puisque près de 95% des employés sont équipés de BlackBerry, connectés au serveurs de la firme, dont la réputation de sécurité lui ont permis de s’imposer de façon écrasante dans ce type de contexte.

Sans pour autant chasser BlackBerry, qui restera probablement majoritaire pendant encore de longues années, le nouveau programme ouvrira donc la porte à la concurrence, à savoir principalement iPhone et Android, et probablement aussi Windows Phone, puisque Microsoft est aussi très présent dans le secteur professionnel.

Ce n’est d’ailleurs pas le premier revers de BlackBerry dans ce secteur : le géant pétrolier Halliburton a indiqué également récemment qu’il prévoyait de remplacer sa flotte de 4500 BlackBerry par des iPhone, qui selon lui correspondent mieux à ses besoins.

(source)


Nos dernières vidéos

12 commentaires

  1. Pingback: L’administration américaine ne veut plus du monopole de BlackBerry pour ses employés | TheNewsChef

  2. Pingback: L’administration américaine ne veut plus du monopole de BlackBerry pour ses employés | Veille Techno "Autrement" | Scoop.it

  3. Pingback: L’administration américaine ne veut plus du monopole de BlackBerry pour ses employés « L'info "Autrement" cftc hus

  4. À quoi bon remplacer un monopole par un autre… Car d’après le dernier paragraphe c’est se que Halliburton a fait…
    Après tant que les OS propriétaires ne seront pas suffisamment interopérables, si une entreprise doit choisir un OS (mobile ou non) cela sera forcément un monopole…
    Après c’est aussi aux entreprises d’utiliser des solutions interopérables, car même si ces solutions ne sont pas présents nativement sur iOS, sur BlackBerry, ou sur Windows Phone, je suppose que des applications existent pour pallier à ce problème…

  5. @Vince : Sur Android on peut chiffrer les données du smartphone, utiliser une liaison VPN, utiliser les protocoles de chiffrement SSL/TLS pour les mails, etc.
    Dis moi se qu’il manque à Android pour qu’il soit « aussi » sécuriser qu’un BlackBerry ?

  6. Je ne comprendrai jamais. COMMENT des iPhone peuvent correspondent à des besoins ?
    Si, bien sûr, ils recherchent de vieux téléphones auxquels les employé ne s’attacheront pas trop afin qu’ils s’appliquent au travail, alors en effet, un iPhone est un très « bon » choix.

    (Le fond est sincère, mais ne prenez pas la forme trop au sérieux hein, ça évitera de tomber dans le troll)

  7. Tout se chiffre et se déchiffre, si blackberry était l’initiateur de ce système je doute qu’il soit facilement remplaçable et qu’il doit en avoir sous le pied.

  8. Il y a derrière cette manoeuvre du protectionisme… Apple, Android = US.
    Rim BlackBerry = Canada.

    Ce n’est pas un hasard si Rim a droit à une floppée de pseudo revers aux US (desinformation d’ailleurs la plupart du temps dénoncée sur le marché d’autres pays)

  9. Pour Se7h : ce qui manque à Android ? Les serveurs Rim 🙂 là est le secret de la securité. Ce n’est pas pour rien si Apple et Android attendent avec une certaine impatience le système « Fusion » de Rim qui permettra de connecter des iPhones ou autres Android sur ces serveurs. Les outils de sécurité que tu cites n’ont rien à voir et sont loin d’être suffisants pour bon nombre d’administrations ou sociétés.

  10. @Anonyme : Pourquoi ? Les serveurs de Google ne sont pas assez sécurisés ? D’autres services extérieurs utilisant des standards et/ou étant compatibles avec Android, iOS, ou Windows Phone ne sont pas non plus assez secure ?

    Les entreprises se repliant sur BlackBerry, ou sur d’autres monopoles du genre, est plus un choix de flemmards qui se contante de la solution la plus réputé qu’autre chose… En se creusant un peu la tête, je suis certains que des solutions plus souples exsites, et moins coûteuses…
    Après je suis peut-être naïf, vu que je ne connais pas les services que propose BlackBerry…

Répondre