Le 11 février, des milliers de sites internet s’opposeront à la surveillance massive

Exercer une pression sur les législateurs pour mettre fin à la surveillance de masse sur internet : voici l’objectif des sites web qui vont protester le 11 février.

The day we fight back

Une coalition de sites web, de groupes, d’entreprises et d’internautes compte manifester contre la surveillance de masse et la politique de la NSA, le 11 février prochain. Parmi les participants, on retrouve Mozilla, Greenpeace, Reddit, Fight For The Future, Free Press, Open Media, etc.

Le mouvement s’appelle “The Day We Fight Back” ou “le jour où nous ripostons”. Le 11 février, ils vont non seulement manifester contre la surveillance massive effectuée par l’agence de renseignement, mais aussi célébrer la « victoire » du mouvement anti-SOPA de 2012 et rendre hommage au militant Aaron Swartz, décédé au mois de janvier 2013.

Rappelons qu’en janvier 2012, une mobilisation massive (qui avait dépassé les frontières des Etats-Unis) était parvenue à exercer une pression sur le Sénat américain au sujet d’un projet de loi jugé liberticide baptisé SOPA ou Stop Online Piracy Act. Même Google avait participé en affichant « S’il-vous-plaît, ne censurez pas le Web ! » sur son moteur de recherche.

Aujourd’hui, suite aux révélations d’Edward Snowden, le mouvement “The Day We Fight Back” veut de nouveau mobiliser internet pour s’opposer à cette surveillance de masse pratiquée par les Etats-Unis et ses alliés dans le monde, qui menace le web.

« Ensemble, nous allons repousser les puissances qui cherchent à observer, collecter et analyser toutes nos actions numériques. Ensemble, nous allons faire comprendre que ce comportement n’est pas compatible avec la gouvernance démocratique », peut-on lire sur le site internet du mouvement.

Néanmoins, il est probable que cela se fera sans de nombreux services qui ont été tenus (par une loi américaine) d’aider la NSA dans son travail.

Mais que va-t-il se passer ? Pas d’attaque informatique prévue, sauf peut-être si des groupes plus agressifs se rallient à cette cause. Le mouvement invite les participants à s’inscrire sur le site pour recevoir des mises à jour par courrier électronique. Les 4.000 sites web qui se sont déjà inscrit vont intégrer une bannière et des widgets qui vont inviter les visiteurs à participer au mouvement, c’est-à-dire envoyer un e-mail ou appeler le Congrès américains (histoire de flooder). Les visiteurs non-américains seront également invités à contacter leurs représentants.

Sur les réseaux sociaux, “The Day We Fight Back” invite les internautes à insérer un logo #STOPTHENSA sur leurs photos de profil ou à partager des liens et des photos comme celles-ci.

#stopthensa 1

(Source)


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. Presse-Citron va t’il y participer ? Je pense que c’est essentiel les amis, les libertés sur Internet s’amenuisent, Le gouvernement Francais actuel comme l’ancien jouent dans ce jeux malsain. Manuel Valls a mis une équipe de gendarmes spécialisés dans Internet pour traquer les écrits des internautes, il a meme dit sur RTL qu’il soutenait l’action de hackers pour hacker les sites des opposants au gouvernement (a verifier la véracité de la vidéo qui tourne car cela serait grave), il souhaite controler la source des journalistes,… et au meme moment, Arnaud Montebourd souhaite que les données soient hébergés en France et pousse Google a le faire ou sinon il pourrait etre sanctionné.
    Tout cela fait beaucoup, vraiment beaucoup et si tout est vérifié dans mes dires (car je ne peux y croire) j’ai peur, mais vraiment peur.

  2. Bonjour,

    Le net est le seul rempart, bastion quasi imprenable que le gouvernement mondial ne pourra éradiquer.

    C’est justement cela qui leur fait peur car ils en ont conscience.

    De nos jours le net véhicule des informations à la vitesse de la lumière, bien plus vite que les journalistes avant qu’ils n’aient le temps d’écrire leurs torchons émaillés de mensonges.

    OUI, le net fait peur aux salauds de tous poils. La vérité a toujours fait peur aux enfoirés !

    Nous devons rester vigilants pour que cet espace d’expression qui véhicule l’information soit toujours présent dans nos vies.

    Vive le net !…

    Cordialement.
    Richard

Send this to a friend