Le bal des profiteurs

Sur le web, tout est gratuit. Sauf ce qui est payant, bien sûr. Je ne compte plus le nombre de services, logiciels et applications que j’utilise depuis que je travaille dans ce secteur, pour lesquels je n’ai jamais déboursé le début d’un centime, et qui pourtant constituent les fondations de ce que je suis et

Sur le web, tout est gratuit. Sauf ce qui est payant, bien sûr.

Je ne compte plus le nombre de services, logiciels et applications que j’utilise depuis que je travaille dans ce secteur, pour lesquels je n’ai jamais déboursé le début d’un centime, et qui pourtant constituent les fondations de ce que je suis et de ce de quoi je vis aujourd’hui. A commencer par WordPress, et ses nombreuses extensions. Sers-toi mon frère, c’est cadeau.

chat01

Je parle bien évidemment des logiciels gratuits, dont certains libres, qui ont façonné le web tel que nous le connaissons aujourd’hui, mais également les mentalités : si payer pour une prestation (et la payer à son juste prix sans discutailler comme un marchand de tapis) est pour moi une évidence incontestable[1], il semble plus difficile d’ouvrir sa bourse pour un script ou un logiciel open source.

Du coup, je m’aperçois, un peu honteux, que lorsqu’un logiciel « gratuit » dont le principe de diffusion est fondé sur un système de don volontaire propose un bouton Paypal, la force de l’habitude fait que je ne le vois même plus (pas le logiciel, le bouton). Ou que je me suis auto-formaté pour ne pas le voir. La culture du tout gratuit, ça s’appelle. Qui a converti jusqu’à ceux comme moi qui ne sont pas nés avec le web. On prend très vite de mauvaises habitudes, même après 30 ans (ce n’est pas mon âge mais à peu près l’âge auquel j’ai commencé à entendre parler d’internet et à l’utiliser). Surtout quand elles nous arrangent.

Et pourtant j’achète sans hésiter des applications pour iPhone, dont certaines sont tellement futiles que je ne les utilise qu’une fois. A croire que la force du branding l’emporte sur notre pingrerie. Et pourtant je suis le premier à défendre l’idée que toute création, notamment lorsqu’il s’agit d’un logiciel que l’on pourrait qualifier « d’utilité publique », doit être rémunérée, ce qui me vaut d’ailleurs de me faire régulièrement fumer dans les forums remplis de talibans du toutgratuit. Mais le branding ou le packaging sexy ne sont pas le fort des éditeurs de logiciels open source.

Et du coup, quand on n’est pas obligé de payer, ben on ne paie pas. Et on profite. Et on prospère, même, sur la grande et généreuse idée du logiciel libre, ou gratuit, ou les deux. Sans donner grand chose en retour. C’est mal. Ouais c’est mon quart d’heure d’auto-flagellation. Ne cherchez pas, parfois j’aime ça.

Tenez par exemple : essayons un instant d’imaginer ou de transposer dans le monde matériel ou industriel la valeur que représente pour un blogueur ou un éditeur de sites web un logiciel open source gratuit comme WordPress ou Joomla (ou un autre) : en mettant de côté le coût en ressources humaines, quel serait le coût pour une PME industrielle des machines et de l’infrastructure pour atteindre un chiffre d’affaire équivalent à celui d’un TechCrunch.com ? Certainement un peu plus qu’un PC et un WordPress… Le raisonnement vaut également pour une entreprise de services, même si à moindre échelle.

Le logiciel libre repose sur un principe de partage et d’amélioration collective : encore faudrait-il que ceux qui les utilisent aient les compétences pour participer. J’utilise WordPress mais à part quelques lignes de code et une poignée de bouts de scripts PHP que je sais écrire ou modifier, je serais bien incapable d’apporter une quelconque amélioration et contribuer ainsi au développement de la plateforme, et encore moins de créer une extension. Devrais-je pour autant m’interdire de l’utiliser ? (vous aurez compris que je parle à la première personne mais que ceci concerne, euh, beaucoup de monde).

Alors ? Alors, si l’on n’a pas les compétences suffisantes pour coder, on peut essayer de contribuer à sa manière. En proposant des idées d’amélioration, en inventant des plugins que l’on fait développer par d’autres, en participant un peu à l’évangélisation, en donnant son avis sur les forums, en aidant ceux qui rament quand on a la solution.

C’est un peu ce que j’essaie de faire, très modestement à mon petit niveau. A défaut de coder. Ou de payer. Histoire de ne pas trop faire tapisserie dans le grand bal des profiteurs. Mais je vais aussi essayer de penser un peu plus souvent à cliquer sur les boutons Paypal.

Faut savoir s’acheter une conscience, parfois.

[1] je le fais régulièrement avec les partenaires qui interviennent ponctuellement sur ce blog ou d’autres sites


Nos dernières vidéos

67 commentaires

  1. Tu sais Eric, il ne faut pas culpabiliser plus que de raison. Pour ne citer qu’un « petit » exemple, 99% du business très lucratif de Google repose sur des outils open source. Et ça n’a pas l’air de choquer grand monde finalement, puisque Google est évidemment le leader, et de très loin, des services Internet.

    Ceci étant, OK pour apporter une contribution financière, quand la qualité rejoint totalement celle de l’alternative payante, ou apporte à mes yeux une grande valeur. Autrement, je préfère acheter un logiciel commercial ou payer un service à péage.

  2. C’est vrai que les dons paypal sur les logiciels sont plus que rares… La plupart viennent des pays anglo saxons qui ont plus la mentalité de la reconnaissance et du don. En France, si c’est gratuit, faut surtout pas faire un don car sinon c’est plus gratuit. Il ne faut pas oublier que la France est l’un des pays où le téléchargement illégal est le plus développé…

  3. J’essaie d’appliquer moi aussi ce que tu décris dans tes deux derniers paragraphes : en participant sur les forums (on trouve toujours plus débutant que soit), expliquant les solutions aux problèmes que j’ai rencontrer… j’espère rendre une petite partie de ce que les logiciels libres m’ont apporté, et de plus me sent investit dans la communauté, ce qui est assez motivant pour poursuivre son auto-formation.

    (j’allais oublier le « participer à l’évangélisation » => vive Drupal ! Si vous vous sentez à l’étroit dans vos CMS actuels ou si vous hésitez sur l’outil à utiliser pour la création de votre futur site, jetez-y un oeil !)

  4. Ton post est très intéressant.
    Etant un des développeurs du CMS e-commerce THELIA, je suis confronté régulièrement à ce type de situations.

    Il faut savoir que lorsqu’on décide de passer un produit sous licence GPL par exemple, on est conscient de ce que cela impliquera derrière.

    Oui certains ne feront que profiter sans rien reverser. C’est comme ça et ça le sera toujours. Et il y a plein de raison à ça. Il y a le « mauvais esprit » certes mais pas seulement. Manque de temps, de compétences, de motivation et sûrement d’autres raisons qui ne me viennent pas à tête de suite.

    Cependant, il y aura toujours quelques (ou beaucoup suivant le projet) personnes qui feront avancer l’application et finalement c’est toujours bénéfique (d’après mes différentes expériences en tout cas).

    On peut citer le code comme contribution (développement de plugins par exemple) mais il y a aussi la documentation, des idées …
    Rien que le fait de remonter un bug précisément c’est une contribution très importante.
    Parler du projet et le faire connaitre c’est aussi contribuer à son épanouissement.

    Merci pour ce post en tout cas qui j’espère lancera un débat autour d’un sujet qui me passionne.

  5. Bonjour,

    Utiliser, c’est aussi participer à la vie d’un logiciel libre. Par exemple, les simples faits d’en faire la promotion, de remonter un bug ou une difficulté aux développeurs aident.

    Enfin, sans être développeur, on peut participer à la rédaction d’un manuel, d’une traduction.

    Bien sûr le bouton PayPal aide financièrement, mais ce n’est pas tout 😉

  6. Bonjour Eric,

    Je t’ai justement fait parvenir un plugin wordpress hier soir sur ton email (XSAL) qui j’espère te sera bien utile.

    Il est vrai qu’on profite beaucoup du gratuit en générant de l’argent, parfois on profite aussi du payant, il faut savoir sortir le porte monnaie parfois mais pas toujours, j’ai acheté des applications, scripts, etc qui m’ont beaucoup servi et qui m’ont permis de gagner beaucoup d’argent, beaucoup plus que si j’avais pris du gratuit, d’un autre côté le contraire est aussi vrai, j’ai payé pour des choses vraiment inutiles ou dont je n’avais pas l’utilité réelle.

    Avant wordpress, du moins avant que je ne n’utilise je devais développer mes propres sites tout seul et cela me prenait des semaines entières, j’utilise presque exclusivement wordpress maintenant, tant bien pour les blogs que pour les cms ou les PDV.

  7. Très bon sujet, souvent mis de coté!
    Je me reconnais dans votre « déviance » à profiter de l’open source gratuitement (même si j’en fais largement la promotion!). Je suis toujours embêté de voir qu’un vide bien packagé se vend beaucoup plus (et + cher) qu’un bon produit mal packagé. Vista en est un bon exemple :o) Imaginer le web aujourd’hui sans open source sera difficile…

  8. Eric

    @Targhan : telles que tu présentes les choses, la « philosophie » du libre ressemble davantage à de l’idéologie. C’est fâcheux ces gens qui mettent de la politique partout. Enfin, pour moi le libéralisme n’est ni un gros mot ni une tare donc tout va bien 🙂

  9. C’est quoi ce grand baratin ? La moindre des chose avant de parler de payer ou contribuer en développant serait de laisser la référence du logiciel libre utilisé..

    Je t’interpelais sur Twitter (sans réponse) il y’a 2 jours de ça :
    http://twitter.com/salyame/status/5371178437

    Concernant Fuzz.fr qui utilise le système OpenSource Pligg.com. Fuzz est un parfait copié/collé de Pligg.. aucun changement par rapport au thème de base, le seul élément qui n’a pas été copié/collé ?

    C’est (bizarrement) la mention du logiciel libre utilisé.. Même pas un petit lien dans le CG :/

  10. Je ne pense pas que les français soient moins payeurs que d’autres nationalités, au contraire. Je gère un site au modèle freemium et les français ont plus tendance à payer pour le service sans en faire tout un plat, alors que les anglo-saxons – minoritaires sur le site – soit se plaignent en disant que tout devrait être gratuit sur internet (sacré foutaise, j’y reviens après), soit payent mais du coup s’imaginent que ça leur donne limite un droit décisionnel sur ce que le site fait/devient.

    Dans le même ordre d’idée les éditeurs « world of goo », un jeu vidéo on récemment fait une opération où les gens pouvaient payer la somme qu’ils voulaient pour le jeu. http://2dboy.com/2009/10/26/pa.....e-wrap-up/ Les français faisaient partie de ceux qui ont payé le plus en moyenne, les nord-américains étaient loin derrière.

    À mon avis un facteur qui nuit très fortement à la concurrence et qui développe ce comportement d’éxiger le tout-gratuit est l’existence de sites qui offrent des services qui coûtent très cher d’un point du vue infrastructure et salariés et qui perdent volontairement de l’argent pendant des années, voire pour toujours. Youtube continue certainement de faire perdre beaucoup d’argent à Google et il n’est même plus la peine de démontrer le gouffre financier qu’est Twitter ou la difficulté que Facebook a à perdre moins d’argent au bout de plusieurs années d’activité. Ces services, formidables pour leurs utilisateurs, sont l’équivalent d’ouvrir une chaîne de supermarchés où tout est gratuit. La concurrence qui ne dispose pas de milliards d’euros de financement permettant d’encaisser les pertes meurt instantanément et le consommateur lui, s’habitue pendant des années à ne rien payer. Ce contexte rend les services payants sur le web plus difficiles à vendre pour des PME qui sont obligées, sous peine de mettre la clef sous la porte, de faire payer certains de leurs services.

  11. Eric

    @Salya : toi apparemment tu débarques. Avant d’aboyer et de dire n’importe-quoi il vaut mieux se renseigner un peu. Il est de notoriété publique que la version actuelle de Fuzz (celle relancée après le procès, donc, en juillet 2008) est bâtie sur Pligg, je l’ai expliqué en long en large et en travers ici :
    http://www.presse-citron.net/fuzz-reloaded
    Mais aussi dans de nombreux billets consacrés à Fuzz ou à Pligg (il t’aurait suffi de faire une recherche ici avec le mot « Pligg » pour voir le nombre d’articles que j’ai publiés sur le sujet).
    Il semblerait que tu sois bien la seule à ne pas le savoir 🙂
    D’autre part j’ai un autre site avec Pligg : http://www.sportscafe.fr/ Regarde bien la signature dans le footer, Pligg est mentionné.
    Maintenant, pourquoi j’ai supprimé la mention Pligg dans Fuzz ? Tout simplement parce-que ce CMS est très attaqué par les spammers et les hackers, qui utilisent cette signature pour identifier et cibler leurs attaques.
    C’est expliqué dans le forum de Pligg, et ce sont les auteurs de Pligg eux-mêmes qui ont recommandé de supprimer la signature afin que les sites utilisant Pligg puissent être moins facilement identifiables (même s’ils le sont encore).
    Dernière chose : tu ne vois pas la mention WordPress ici sur Presse-citron ?
    Maintenant je ne t’ai pas répondu sur Twitter car comme tu l’as dit si bien tu m’as « interpellé » à plusieurs reprises, de façon très agressive, ce qui t’a valu d’être bloquée. Je préfère les conversations, je laisse les interpellations à la maréchaussée.

  12. Eric

    Autre précision :
    Quand je dis que je contribue à ma façon, c’est concret. Je n’ai pas mentionné d’exemples dans mon article, mais voici 2 plugins (entre autres) qui ont été créés et développés à mon initiative, c’est facile, il suffit de lire les articles correspondants :
    http://www.presse-citron.net/p.....s-demander
    http://www.presse-citron.net/m.....s-dun-blog
    Et un autre en cours de gestation :
    http://www.presse-citron.net/i.....ire-bloque
    Bon pour les deux premiers je ne les mentionne plus car celui qui les a développés s’est avéré être un parfait abruti, en plus d’une personne assez peu loyale (ni fiable), mais cela ne change rien à la démarche.

  13. C’est (en partie) la mentalité européenne (entendez latine) ! Aux Etats-Unis, le don est très ancré dans les habitudes. On apprend dès l’école aux enfants à faire des dons à des associations ou des organismes.

  14. Voilà un billet fort juste.
    Je rajoute que parfois, quand certains initient un don, une communauté peut suivre, ça fait boule de neige.
    Perso pour le projet wapcam qui représente une quantité de travail énorme, je ne me paye qu’avec les remerciements des gens. C’est déjà pas si mal, non ?

  15. C’est pas les remerciements qui vont payer l’école de mon fils, par exemple j’ai fait développer XSAL et cela m’a coûte beaucoup d’argent, je ne peux pas offrir ça contre rien, ce n’est pas possible.

    Si ton métier c’est le web tu ne peux pas vivre de remerciements.

  16. Ah mais y’a pas de soucis, j’avais déjà vue un article sur presse-citron qui mentionne que tu utilise pligg..

    Désolée mais je n’aboie pas sans avoir fait un minimum de recherche, sous google recherche « fuzz pligg » j’étais tombée sur cet article de ton blog :

    http://www.presse-citron.net/f.....-digg-like

    Donc ok très bien tu en a fait la promotion à ta façon, mais je vois aussi que tu parle énormément de plugins wordpress dans ton blog ce qui ne t’empêche pas de laisser la référence WP sur PC..

    Maintenant tu utilise l’argument connu du « hacking par mention » c’est un grand débat qui est pareil pour tous les OpenSource que cela soit joomla, wp, magento et même Thelia.. un peu facile quand on fait un billet intitulé : le bal des Profiteurs de l’OpenSource, et que l’ont nous donne des leçons (pistes de réflexion) sur comment contribuer à notre manière. :/

    Il n’y aucune attaque qui t’es personnelle, comprend bien, je défend juste le partage.. Je me suis par ex. battue pour que le Twalendrier (Calendrier des Twittos) utilise la solution ecommerce française Thelia (de @Yoan ci-dessus) et comme je le mentionne en accueil de mon site perso j’aime l’OpenSource.. donc je réagis quand ça en parle. Je n’aboie pas méchamment c’est toi qui montre les crocs.

    P.S Personnel : Je t’ai interpellée plusieurs fois de façon agressive, ah bon ??? o_O J’ai uniquement souvenir de t’avoir dis il y’a 2 jours que Fuzz ne mentionne pas Pligg. Et mon seul autre tweet à ton égard était un RT d’un #ff #joke expriment que toi, korben et stagueve n’aviez pas des blogs libre de leurs contenu compte tenu de leur popularité.

    Rien de bien méchant quand ont sait que dans ton interview (de 45min.) sur TechToc.Tv tu avoue toi même modérer tes propos et n’être pas totalement libre d’expressions.

    Traitée de noOb et bloquée pour si peu ? C’est dommage 🙁

  17. Ton article, qui traite surtout des outils, me fait aussi penser aux jeux et albums musicaux qui ont été mis à disposition depuis quelques temps sur le net, pour un prix choisi par l’utilisateur.

    Et à voir les résultats de ces campagnes, les groupes (je pense notamment à Radiohead) ne se plaignent pas des montants obtenus. Alors pourquoi moins payer pour un logiciel que pour un album?

    A mon avis, une partie de la réponse se trouve dans la façon de payer: pour l’album on paye AVANT (0€ ou plus, mais il faut payer pour avoir le titre), pour WordPress ou autres on donne APRÈS. Et ça, ça ne dépend que d’un choix de l’entreprise… Radiohead pense business, WordPress non (ou moins). Et payer pour accéder à quelque chose, c’est relativement naturel, alors que donner pour avoir pu accéder à quelque chose l’est beaucoup moins…

    Personnellement, je pense que si pour télécharger une MAJ WordPress ou un plugin (ou pour l’activer) on me demandait un don, je donnerai plus facilement que de faire la démarche après utilisation de payer pour.

    Et enfin, pour répondre au cas Google que j’ai vu dans les commentaires, c’est autre chose. Je pense que Google se paye déjà laaargement en proposant de la publicité ciblée à l’aide des données qu’il collecte sur nous via ses outils…

  18. C’est un problème intéressant pour quelqu’un qui démarre un projet et doit faire face à l’équilibre de son budget car il est évident qu’un simple bouton pay-pal ne peut suffire à couvrir les frais de fonctionnement d’une entreprise. Je suis personnellement favorable au mouvement open-source et un fidèle utilisateur (Linux, Firefox, Eclipse, etc…), mais en temps que porteur d’un projet ambitieux, ce modèle ne me convient pas pour la raison évoquée.

  19. Najoh: mon propos était à moitié ironique 😉 Heureusement que le projet wapcam n’était pas mon activité principale. Les remerciements, c’est le maximum que les gens daignent donner. Souvent, tu devrais remercier toi-même qu’on ait porté de l’attention sur ton travail.
    A côté de ça, comme l’a bien dit Eric, les gens dépensent n’importe comment quand il s’agit d’iPhone. Ca ne permet pas aux petits éditeurs passionnés d’espérer un petit complément de ressources. C’est triste.

  20. Pingback: Sebastien Carrillo (opensmooth) 's status on Thursday, 05-Nov-09 13:33:17 UTC - Identi.ca

  21. @Eric : La politique est partout, tout est politique. D’ailleurs la création du Libre est une impulsion politique au départ : partager, rendre accessible et parfois gratuit, progresser ensemble et ne rien exclure. Même si ce n’est pas de la politique au sens politicien, c’est un choix qui a un impact social fort.

    Mais surtout je voulais dire que ces questions n’existent pas pour les personnes habituées depuis des années au Libre. Ce sont plutôt des questions que se posent les individus habitués au commerce global et qui d’un coup perdent leurs repères : je consomme donc je paye en fonction des « unités » consommées.
    Là c’est différent c’est libre et y compris libre d’utiliser sans retour. Ensuite, c’est à chacun de participer en fonction de ses moyens, ses capacités mais aussi de ses envies. C’est aussi la liberté de ne pas rétribuer.

    Tu n’y vois qu’un nouveau modèle économique et tu t’inquiète pour le retour sur investissement et le pillage de ces richesses. C’est bien plus que ça même si malheureusement la vision du Libre change au fil du temps.

    Pour parler précisément du don. La preuve que tu t’interroge monter que ça peut fonctionner. Quand on utilise un logiciel gratuit et qu’on gagner de l’argent avec, une personne moralement juste se sentira forcée de faire un don.
    Bien sur c’est miser sur l’intelligence et la sagesse des individus et c’est ce qui est superbe. Il y aura toujours des personnes comme mon patron qui demande d’installer sur plusieurs postes des licences monoposte (failli me faire virer pour avoir refusé) ! Ces personnes là n’iront jamais faire un don volontaire mais tant pis ! Cocu mais content !

  22. @wapcamer : Tu as tout à fait raison, j’aurai peut-être du faire développer des applications iPhone… il est vrai que parfois on dépense gros sans tilter mais quand il s’agit d’internet et du gratuit… Les choses changent et le tout gratuit ne peut pas durer éternellement, par exemple j’utilise souvent themeforest pour mes achats de themes wordpress et je suis plutôt content de la qualité comparé à du gratuit qui me donne envie de pleurer tellement c’est moche.

  23. « J’utilise WordPress mais(…)je serais bien incapable d’apporter une quelconque amélioration (…). Devrais-je pour autant m’interdire de l’utiliser ? »

    Ben, en tant que développeuse, je diraisq que c’est aussi intéressant de pouvoir avoir des utilisateurs.
    Et n’oubliez pas que vous pouvez aider en parlant du logiciel autour de vous mais aussi en relisant/traduisant de la documentation, en rapportant les bugs.

  24. Je ne savais pas que la France était un des pays ou il y avait le plus de téléchargements illégaux. N’est-ce pas les Etats Unis? En tout cas très bon article. J’ai du comprendre que ceci et un blog do-follow, donc je laisse mon lien, merci encore pour ce très bon article.
    photo retouches

  25. Sans des outils en open source, je n’aurais jamais eu la possibilité de me faire ma toute petite place sur le net, alors oui, je me rend compte que je fais partie des profiteurs. Oups 🙁

  26. J’aime bien cet article mais je pense qu’il serait intéressant de différencier l’utilisation (et la participation financière) de l’open-source chez une entreprise et chez un particulier.

    PS : Je ne pense pas que la France soit un des pays où le téléchargement illégale soit le plus développé (c’est uniquement ce que l’on ou bassine pour justifier Hadopi)

  27. Eric

    @Targhan : vu comme ça, un peu plus développé, je préfère, merci pour ces précisions sur ta façon de voir les choses.
    Cependant si je suis d’accord avec l’essentiel, je ne partage pas ton point de vue sur « La politique est partout, tout est politique ». Ou enfin je refuse de l’admettre. C’est justement en politisant tout et n’importe-quoi (spécialité tellement française) que l’on pollue, voire que l’on pourrit les débats et que l’on corrompt des idées qui étaient intéressantes au départ. Je me fiche de savoir si le libre est de gauche ou de droite (même si j’ai bien compris que tu entends la notion de politique dans une acception bien plus large, je caricature volontairement). L’idée me plait et je me sens parfois un peu redevable, même si comme tu le dis ce n’est pas l’esprit. Mais je ne suis pas convaincu que le développeur d’extension WordPress ait vraiment l’impression d’accomplir un acte politique quand il code son application, tu vois ce que je veux dire ? 🙂

  28. Dans l’esprit des gens il y a une large confusion entre ce qui est libre d’accès et ce qui est gratuit.
    Et ca ne touche pas seulement le monde de l’informatique.

    En tant qu’ex-organisateur de concerts underground avec mon asso, on avait assez souvent le réflexe de mettre sur les affiches « entrée libre »( avec contribution au bon vouloir des spectateurs).
    Et plus c’était écrit en gros et plus il y a avait de monde.
    En fait il se passait toujours la même chose : quelques uns qui crachaient bien et la grande majorité qui ne donnait meme pas un euro !!! Et c’est pas par faute de moyens vu comment tournait la buvette !

    Ca devenait débile, les gens venaient en masse et la moitié en avait rien à faire du concert. Ils venaient là juste parce que c’est gratos.

    Résultat : on ne s’y retrouvait jamais et on a été obligé de restaurer une entrée payante (1-2-3e).
    Alors il y a certes moins de monde mais au moins on est pas ultra déficitaire.
    Je pense que le modèle du gratuit est bien dans l’idéal… dans un monde où les gens auraient un minimum de considération pour le travail d’autrui (les musiciens ici qui ne demandaient qu’à être défrayés sans rénumération, les concepteurs dans cet article).

    Mais on est loin du compte en fait si on force pas les gens à payer, ça ne marche pas.
    Je me souviens d’une fois où je vois débarquer un groupe des jeunes l’air plutot bobo-friqués, on leur demande gentimment de faire un geste pour les zikos qui viennent de loin et là :
    « – bah c’est quoi cette connerie ? Moi je lache rien c’est écrit entrée libre…
    – libre oui mais bon un petit geste, vous êtes au moins 10… pas grand chose ça serait cool ! »
    Le gars me fait un doigt.

  29. D’un autre côté tu peux pas demander de l’argent si c’est marqué libre, libre c’est libre.

    Je me suis fait avoir aussi comme ça, j’ai eu que très peu de retours, alors le libre c’est terminé.

  30. Arretez l’amalgame open source = gratuit.

    Le modele gratuit a ses limites. Google ca marche parcequ’ils ont le volume.
    Mais faut pas rever, rien n’est gratuit, un bandeau de pub qui s’affiche et vous avez contribué sans me vouloir.

    L’open source et le « gratuit » c’est formidable pour les gens qui connaissent, c’est un bon moyen de se faire c***lles en or. Pourquoi, parceque tu l’as dit toi meme, l’utilisateur lambda n’y piche rien et demandera à un pro de faire la moindre modif. => facturation !

    C’est tellement plus rapide de prendre une base saine et de la modifier que de developper un site de A à Z.
    Mais par contre, niveau facturation, c’est pareil !

    Y a un marché derrère tout ça.

  31. Pierre-Henri, ce que tu dis est vrai pour les pro. POur le grand public, ça ne s’applique pas.
    Sinon, contre l’amalgame libre=gratuit=libre, moi je fais du gratuit mais pas du libre.
    Enfin Najoh, pour ce qui est des appli iPhone, tu as bien raison. J’ai un nouveau projet d’appli mobile (pas gratuite cette fois) … mais pour Java. Vu le conditionnement market d’Apple, je n’ose même pas la sortir car tout ce qui n’est pas iphone (ou android à la rigueur) c’est de la m**** 🙁

  32. Et pourquoi finalement, on ne mettrait pas un système de royaltie.
    Par exemple, tu décides de reverser un % sur la publicité générée. comme c’est du GPL, tu décides ce que tu veux. Tu gagnes de l’argent grâce au soft, tu reverses, tant que tu ne gagnes rien, tu ne le fait pas.

  33. Tout d’abord merci beaucoup Eric pour ce billet !

    Il a beaucoup de choses à dire autour de cette thématique, nous avions récemment abordé cela dans un billet nommé Web 2.0 la fin de l’illusion du Gratuit qui tentait de sensibiliser les internaute au point de vue de Kevin Kelly (ex-rédacteur en chef de Wired) qui à récemment publié un article intitulé « better than free » qui propose de s’interroger sur ce qui nous engagera à payer un service qui peut être gratuit par ailleurs.
    Mais il faut bien avouer que nombreux sont ceux qui ne feront jamais le pas et cela pour de nombreuses raisons.

    La principale raison à cela c’est que nous (je dis nous car cela englobe une grande majorité des internautes) ne sommes pas aidé par les très (voir trop) gros acteurs du web US qui usent et abusent du Business Modèle du gratuit.
    Mais pour leur défense, on ne peut pas nier que nous leurs facilitons bien la tache en s’extasiant régulièrement sur les nouveautés d’outre-atlantique au risque de sous-médiatiser nos propres réalisations/innovations.

    C’est dans cette optique que Jean-David (Co-fondateur de Womzone) proposait dans son article « Ils sont trop forts ?! » quelques actions intéressantes à mener pour aider les jeunes entreprises innovantes européennes à pénétrer des marchés qui sont cannibalisés par de gros acteurs étranger sur un Business Modèle du gratuit. Comme tu le souligne dans ton article chacun peut y contribuer à sa manière que ce soit les grands acteurs européens, les médias, les blogueurs et les entrepreneurs français.

  34. les Français c’est tous des cons de communistes de chomeurs au RMI pour qui la notion de travail, de rémunération ou de biens personnels leur échappent: en France on considère que tout est gratuit, tout doit être libre et tout le monde doit y avoir droit, aucune obligation ni aucune responsabilité, aucun devoir.
    le Français considère que tout commerçant, tout producteur est un voleur qui ne fait que lui racketter ses sous, un flingue sur la tempe, (oui en France, les magasins, en fait ce sont des systèmes très complexes pour pièger et kidnapper des gens qu’on appelle clients) quant aux patrons ce ne sont que des voyous, des ogres mangeurs d’enfants et violeurs de femmes.
    les héros d’aujourd’hui quand on est Français, ce sont les gentils racailles de banlieu qui traficotent et qui dépouillent les vieilles dames, gare aux flics quand ces derniers ont la mauvaise idée de venir les contrôler, c’est le moyen assuré de mettre le feu, « nique ta mère qu’ils disent »! les flics c’est les méchants! 3 afghans expulsés et c’est le drame !!!
    ça ne choque personne quand un sportif qui coure après le ballon 2 soirs par semaine pendant 3H gagne des dizaines de millions mais quand il s’agit d’un artiste qui essaie de vivre en vendant son album à 10 Euros (qui deviennent en 20 Euros avec la conversion en monnaie geek), on le traite de mafia suceur de sang parce qu’il a supposément signé avec un major, donc c’est permis de le voler et de dire que de toute façon il ne fait que de la merde, il avait qu’à faire un vrai métier.

    hum désolé pour cette petite dérive…

    c’était juste pour dire que j’emmerde les Français et leur sale mentalité…

  35. Le web c’est le web, que tu sois américain ou français ça change rien, mais pour percer il va falloir lancer la machine là où sa marche, il suffit de voir comment ont été lancés les 50 plus gros sites « buzzés » pour s’en rendre compte, tu peux pas faire partir un buzz mondial depuis la France, ou alors c’est très rare et très dur.

  36. @Najoh pas tout à fait d’accord, le web US et francophone n’ont pas les mêmes particularités.

    En prenant l’unique exemple du Business Modèle du gratuit on peut observer cette différence.

    Dans un contexte US il est possible d’atteindre la masse critique d’utilisateur nécessaire pour rentabiliser le service beaucoup plus simplement que dans le web français. Cela oblige les initiatives françaises à opter pour des Business Modèle moins avantageux, aux yeux des consommateurs, et les places dans une situation de concurrence vraiment difficile à tenir sur le long terme.

  37. Maintenant je commence à comprendre pourquoi le web français est et restera à des années lumière derrière le web américain.
    Dire que 99% du bisness de google repose sur des outils open source est complètement débile. Sinon on aurait vu des moteur de recherches COMPARABLE fleurir par millions, ce qui n’est pas le cas. Donc Google a d’autre lapins dans son chapeau le premier c’est la FOI en ce qu’ils font. Chose dont les français manquent énormément. L’esprit cartésien c’est bien mais il faut laisser l’hémisphère droit fonctionner un peu DE TEMPS EN TEMPS

  38. Whaou ! Chapeau Eric ! 😉

    Etant moi-même développeur d’applis que je diffuse en FREEWARE (aussi bien pour une utilisation perso que pro) je ne peux que plusoyer devant un tel article !

    Pour ma part, ce n’est que récemment – il y a à peine 2 ans – que j’ai décidé de placer un lien « Faire un don » sur mon site. L’élément déclencheur, bizarrement, c’est la forte demande de certains de « mes » utilisateurs/visiteurs qui souhaitaient participer à leur façon à la vie de Dipisoft.

    Pour être transparent, j’ai aussi choisi de faire apparaître chaque don (après accord du donateur) – qu’il s’agisse d’argent, de matériel ou de service (traductions notamment) – dans un tableau récapitulatif accessible à tous. La moyenne s’élève entre 10 et 15€, et un généreux donateur m’a même versé 100€ ! Le total des dons en près de 2 ans s’élève à environ 200€, ce qui paye largement l’hébergement de mon site et me permet à mon tour de faire des dons.

    Mais nombre d’utilisateurs découvrent et téléchargent mes créations ici ou là sur le Web et ne connaissent finalement pas mon site. Devant ce constat, j’ai récemment testé l’ajout d’un lien dans la boite « A propos de » de mes applis. Jusqu’alors, ça n’a rien changé. Il faut dire que personne ne s’y rend dans cette fenêtre ! Prochaine étape : j’envisage d’ajouter un splashscreen au lancement des applis, à la première ouverture (le faire systématiquement représenterait à mon sens une nuisance pour l’utilisateur)… Histoire de lui rappeler qu’il utilise le fruit d’un travail souvent conséquent, ensuite il fera ce qu’il voudra : car après tout il s’agit de FREEWARE , pas de SHAREWARE.

    Cordialement,

    damien.

  39. « Et du coup, quand on n’est pas obligé de payer, ben on ne paie pas. Et on profite. […] C’est mal. »

    j’avoue ne pas comprendre le raisonnement. Si c’est gratuit, c’est … gratuit, non ? Le fait qu’on aide ou pas via un don suggéré, quel rapport ?

    Quant au paypal, j’avoue être entre les deux. Je ne les vois pas souvent, et je donne peu (mais de façon conséquente quand c’est vraiment bien)

  40. Salut Eric,
    C’est mon 1er commentaire ici, alors félicitations pour ce blog que j’aime plus que d’autre car il y a comme une Marque qui s’en dégage.
    Le billet parle de techno & de marketing. Sur cette partie mkg, il est vrai que le « paquet cadeau » des appli développées en open ne sont pas vraiment sexy.
    Il y aurait-il un moyen d’organiser des rencontres online entre devlper / mkter / créa, et où chacun pourrait proposer de donner un coup de main sur la mise en avant du soft ? Tu vas dire que ça existe peut-être déjà ! Mais la rencontre serait intéressante à observer 😉
    … mais trève de tergiversation & venons-en au fait de cette délicate missive digitale …. je cherche le sacro-saint-back-link !! Oui, j’ai lu un de tes billets sur la promo de son blog & tu évoques les commentaires sur un blog influent, alors je joue le coup.
    http://www.ludovic-baumgartner.com, le blog s’appelle Simply Blogging.
    Allez, je presse le citron !

    amicalement,
    Ludo

  41. Excellent article !

    Et le pire c’est ce qui suit mon exemple personnel, je diffuse des logiciel gratuit de ma création depuis plus de 5 ans. En tout je comptabilise + de 500 000 download. En tout est pour tout j’ai reçut 2 mails de remerciement. oui je ne plaisante pas 2 malheureux mails, pour me dire « Merci de faire des logiciels gratuit et en français ». Alors tu sais, moi je vais pas te mentir le bouton PP je ne le met pas dans les softs je sais qu’il ne servira à rien !

  42. Je n’ai pas pour habitude de parlais de mes affaires sur les affaires des autres, mais comme tu parle de soft gratuit je me permet de parler de bTweet : Je viens de diffuser un nouveau soft gratuit si ça peu intéresser (beta). C’est un client de bureau automatique pour Twitter, vous pouvez programmez vos tweets à l’avance, à une heure ou une date précise en personnalisant chaque message etc.. J’en avais besoin je l’ai fait pour tous. Le lien est sous mon pseudo 😉 Thk’s

  43. Pingback: TwittLink - Your headlines on Twitter

  44. Pingback: Jean Lançon » Archives » Quand Google s’immisce dans nos vies

  45. Complètement HS. C’est quoi ce petit chat qui squatte ton bureau ? Ce n’est pas le même que celui que tu avais mis en photos sur ton blog il y a un bout de temps déjà ? On peut changer de femmes mais on doit fidélité à son greffier.

  46. J’adore l’article…c’est bon les remises en question!! Internet permet des bulles démocratiques il faut pas les dégonflés sinon elles seront vites reprises par l’intérêt privé et impériale lol mais avec mes beaux discours j’ai pas encore appuyer sur le fameux bouton paypal aussi…faut dire que j’ai pas de visa lol la grande excuse!!

  47. Et si une partie de nos impôts allaient par exemple au developpement libre en France ?
    Par exemple au lieu de jeter dans le projet Hadopi qui ne sert à rien, on pourrait créer une taxe pour les entreprises qui déclarent utiliser du libre.
    Cette taxe s’échelonnerait sur un % du CA et serait redistribuée aux acteurs du libre qui investissent du temps et de l’énergie.
    Il faudrait voir ensuite combien pour chacun mais techniquement cela à l’air faisable.

    Je rappelle qu’en 2007 le seul à avoir parlé du libre (c’est sur son tract) c’est Bayrou.
    Je dis çà je dis rien 🙂

    Plus sérieusement c’est un moyen de rétribution qui me semble juste.

  48. Pingback: Le blog d'Arnaud Vallière Comment en sommes-nous arrivé là ?

  49. Eric

    @labilbe : ça reviendrait donc à « nationaliser » partiellement le développement d’applications libres ? Je ne crois pas que ce soit une très bonne idée

  50. @Eric : A partir du moment où ces applications sont disponibles et ouvertes à tous, je trouve normal que l’Etat participe.
    Pourquoi tu ne trouves pas que l’idée soit bonne ?
    Après tout les associations sont subventionnées et tout le monde trouve çà normal.

  51. Je trouve que c’est une excellente idée.

    J’ai pu voir de très nombreuses fois des demandes identiques pour des communautés de communes différentes.
    C’est assez logique puisque leurs besoins sont proches.

    Certains partent sur des développements sur mesure, propriétaires.
    C’est franchement idiot non ?

    Si à la place cet argent était correctement investi entre les communautés de communes, les coûts de développement pourraient être mutualisés et le tout reversé dans le domaine du libre.

    C’est clair que c’est un poil plus complexe à gérer au niveau des budgets mais ce serait tellement plus efficace ! et surtout l’argent serait bien moins gaspillé.

    C’est un exemple et je ne prétends pas avoir LA solution miracle. Cependant, je suis persuadé que de très belles choses pourraient être réalisées via le budget de l’état en terme de logiciels libres.
    Les dirigeants français seraient peut-être ouverts à ça mais sont-ils correctement informés ?

  52. Eric

    @labilbe : je ne crois pas que ce soit le rôle de l’état de gérer ce genre de choses, et encore moins aux citoyens de subventionner le développement du logiciel libre avec leurs impôts. Nous sommes dans un pays où l’état se mêle déjà de trop de choses pour ne pas en ajouter encore. Le logiciel libre doit être libre de toute tutelle justement. Si ça devient un truc subventionné ce ne sera plus du libre, mais un truc dépendant du pouvoir politique. Pour moi c’est un non sens et même une aberration.

  53. Très bon commentaire Eric…Il faut prouver qu’il est possible de se réunir sous une autre bannière qu’un drapeau, une marque ou un patriotisme renfermé et vendu, mais plutôt la solidarité, l’entraide sauvage et non planifié. Suis-je excessif ?

  54. Bonjour,

    merci pour cette réflexion. Sur mon site je donne des images gratuites, et je pense que je gagne plus avec les clics que j’ai sur les pubs autour, que si je vendais ces images dans une banque photo…
    Je me suis fait engueuler une fois sur un forum par un photographe qui me reprochait de bosser gratos.

  55. au sujet des outils que j’utilise le plus souvent, je participe ou fais des dons de 5 à 10 $…

    c’est rien mais si tout le monde fait pareil, ca serai bcp pour des soft/script diffusé à des milliers voire millions d’exemplaires !

    ca s’appelle le savoir vivre, et le fait qu’il est une distance entre les interlocuteurs rend le manque de respect encore plus simple …

    Seb

Répondre