Le PDG d’Apple justifie sa réunion avec Donald Trump

La réponse de Tim Cook à une question concernant sa réunion avec Donald Trump.

un-ordinateur-apple-et-un-iphone

La nouvelle est tombée il y a quelques heures. Donald Trump sera bien le nouveau président des USA. Le collège électoral américain, le seul obstacle qui pouvait encore l’empêcher d’accéder à la Maison Blanche, a voté pour le républicain.

Quelques jours plus tôt, Donald Trump s’était déjà réuni avec l’élite de la Silicon Valey. Des personnalités comme Elon Musk, PDG de Tesla, Jeff Bezos, PDG d’Amazon ou encore Sheryl Sandberg, directrice des opérations de Facebook, y étaient présentes, ainsi que Tim Cook, le patron d’Apple.

Ce dernier, d’ailleurs, a en quelques sortes été tenu de répondre aux questions de ses employés concernant cette réunion avec le nouveau président des Etats-Unis. Il faut savoir que les rapports entre Trump et la Silicon Valley sont assez compliqués. Et ceux entre Trump et Apple le sont encore plus.

Durant sa campagne, les attaques verbales dirigées contre la firme de Cupertino ont été assez nombreuses. En février, il avait appelé au boycott des produits Apple, parce que la firme n’avait pas aidé le FBI à débloquer l’iPhone du tireur de San Bernardino. Donald Trump avait également déclaré qu’il souhaite forcer Apple à fabriquer ses « satanés ordinateurs » aux Etats-Unis.

« Cela est très important »

Selon des documents auxquels TechCrunch et Re/Code ont pu accéder, voici la question concernant cette réunion à laquelle Tim Cook a répondu : « La semaine dernière, vous avez rejoint d’autre leaders des nouvelles technologies pour rencontrer le président élu Donald Trump. A quel point cela est-il important pour Apple d’engager avec les gouvernements ? ».

« Cela est très important, lit-on dans la réponse du patron d’Apple. Les gouvernements peuvent toucher notre aptitude à faire ce que nous faisons. Ils peuvent l’affecter de manière positive et ils peuvent l’affecter de manière négative ». Tim Cook a évoqué les engagements d’Apple en matière politique (les questions de vie privée et les droits de l’homme), son engagement pour l’environnement, les créations d’emplois, les réformes fiscales ou encore la régulation concernant les brevets, parmi ces enjeux.

Mais en substance, ce que Tim Cook a essayé de transmettre, c’est qu’il faut engager avec ce gouvernement pour avoir son mot à dire. « Personnellement, je n’ai jamais pensé qu’on peut aller loin en restant sur le banc de touche. C’est en étant au milieu de l’arène qu’on peut influencer ces problèmes », ajoute-t-il.

En tout cas, Apple fait partie des entreprises américaines qui se sont engagées à ne pas soutenir le projet de Donald Trump de créer une base de données des personnes de confession musulmane aux Etats-Unis.

(Source)


Nos dernières vidéos

Un commentaire

Répondre