Suivez-nous

Crypto-monnaies

Le Portugal devient le paradis du bitcoin

Le Portugal, le nouvel eldorado du Bitcoin en Europe.

Il y a

  

le

 
Bitcoin décentralisé
© NC

En 2016, la Commission européenne entamait une procédure pour « déficit excessif » à l’encontre du Portugal. Après avoir frôlé une lourde amende, le gouvernement a réussi en moins de deux à donner un second souffle à l’économie du pays. Le Portugal n’a presque plus de déficit budgétaire, il bénéficie également de l’une des meilleures croissances de la zone euro, tout en ayant réussi à faire baisser son chômage.

Cette année le Portugal a été l’une des destinations touristiques les plus prisées en Europe, et dans le monde. En plus du tourisme, ce pays de la péninsule ibérique pourrait bien devenir un véritable paradis fiscal pour les détenteurs de bitcoins. Les autorités fiscales portugaises ont récemment annoncé que les paiements en bitcoin ne seront plus taxés dans tout le pays. Cette information a été confirmée par la Jornal de Negócios : « l’administration fiscale et douanière portugaise a confirmé que les transactions ou paiements cryptés sont exonérés de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). »

Une décision mûrie depuis des années

En plus d’exonérer de la TVA les transactions de bitcoins en monnaie fiduciaire, les utilisateurs du bitcoin n’auront pas à payer d’impôts sur le revenu.

Pour prendre une telle décision, le Portugal s’est inspiré du jugement rendu en 2015 par la Cour de justice des Communautés européennes lors de l’affaire comprenant Bitcoin.se ainsi que son modérateur David Hedqvist contre les autorités fiscales suédoises. Suite à ce procès, voici la décision qu’avait pris le tribunal : « L’article 135, paragraphe 1, sous e), de la directive 2006/112 doit être interprété en ce sens que des prestations de services […] qui consistent en l’échange de devises traditionnelles contre des unités de la devise virtuelle « bitcoin », et inversement, effectuées contre le paiement d’une somme correspondant à la marge constituée par la différence entre, d’une part, le prix auquel l’opérateur concerné achète les devises et, d’autre part, le prix auquel il les vend à ses clients, constituent des opérations exonérées de la taxe sur la valeur ajoutée, au sens de cette disposition. »

Cette décision devrait évidemment attirer de nouveaux investisseurs, et ainsi propulser encore plus le pays qui connaît depuis quelques années une croissance fulgurante.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Arth

    30 août 2019 at 6 h 03 min

    ça fais 3 ans quel scoop

  2. Rio

    30 août 2019 at 11 h 55 min

    Qui dit « paradis fiscal » dit enfer fiscal ! Les pays montrant du doigts les sois disant « paradis fiscaux » admettent eux mêmes en faisant cela qu’ils sont des enfers fiscaux pour les investisseurs. Tout est une question de logique. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests