Suivez-nous

Tech

Le Royaume-Uni va suivre des milliers de criminels avec des bracelets GPS

Le Royaume-Uni semble prêt à se lancer dans la logique du bracelet électronique pour le suivi des criminels.

Il y a

le

Chine prisons drones

Un suivi 24h/24 avec le traceur GPS

En France, nous sommes habitués aux bracelets GPS. Ils constituent une alternative crédible à l’emprisonnement surtout pour des peines de courte durée ou pour des situations dans lesquelles les criminels ne sont pas perçus comme un danger.

C’est désormais au Royaume-Uni qu’un nouveau système s’apprête à être déployé. En Angleterre et au Pays de Galles, des milliers de criminels vont désormais être suivis en permanence par les forces de l’ordre. Le système qui était en place avant se contentait d’alerter si les criminels n’étaient pas à leur domicile durant certaines heures. Désormais, ils seront suivis en permanence. Les forces de l’ordre sauront n’importe quand où se trouve la personne.

Une alternative pensée comme une solution large

L’idée est avant tout de protéger les victimes de violences domestiques ou de harcèlement. Si l’auteur des faits se rapproche de leur domicile, les forces de l’ordre pourront intervenir.

Les systèmes pourront être définis afin de créer des zones interdites, vérifier qu’un criminel participe à son programme de réhabilitation, lui interdire de se rapprocher à une certaine distance d’une adresse… Les plus optimistes considèrent même que le système pourrait bloquer certains, tentés par le retour dans un gang.

A l’heure actuelle, 60.000 personnes portent un bracelet classique au Royaume-Uni. On ignore combien de personnes exactement pourraient être touchées par le nouveau système. Le chiffre de 4.000 par an est avancé dans un premier temps, mais pas plus de 1.000 pourraient être surveillés de façon efficace. En cause, le prix aussi qui serait de 10 euros par bracelet et par jour.

Deux profils majeurs se dégagent : le suivi des prisonniers les plus dangereux quand ils sont libérés ou encore pour faire de l’aménagement de peine. L’Écosse pourrait aussi suivre dans quelques mois…

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests