Le test de la semaine : Lenovo Moto Z, le smartphone modulaire presque parfait

Hellomoto ! On a testé cette semaine le Moto Z, le smartphone haut de gamme et modulaire de Lenovo.

Présentation

“Préparez-vous, Moto est de retour”, la dernière campagne de publicité de Lenovo donne le ton, la marque chinoise veut ramener Motorola au sommet et ne cache pas son ambition comme nous l’expliquait Hélène fin novembre.

Un projet ambitieux qui passe par la sortie d’un smartphone haut de gamme et modulaire. Un concept déjà vu chez LG avec le G5, le smartphone du sud-coréen voulait bousculer le marché des smartphones et si le G5 est un excellent smartphone, la promesse d’avoir un appareil innovant n’était pas tenue avec une partie modulaire trop en retrait.

Avec le Moto Z, Lenovo s’essaye à l’exercice difficile du smartphone modulaire avec ses Mods mais pas seulement, le Moto Z est avant tout un smartphone haut de gamme sous Android comme le montre sa fiche technique.

Constructeur :Lenovo
Modèle :Moto Z
Dimensions :153,3 x 75,3 x 5.19 mm
Taille d’écran :5,5 pouces
Technologie d’écran :AMOLED
Écran :2 560 x 1440 (535 ppp)
Poids :136 grammes
Capacité de la batterie :2 600 mAh
Appareil photo principal :13 Mégapixels (ouverture f/1,8, stabilisation d’image optique, mise au point laser automatique)
Appareil photo avant :5 mégapixels (ouverture f/2.2)
Version Android :7.0 Nougat
Interface utilisateur : /
RAM :4 Go
Mémoire :32/64 Go + microSD (jusqu’à 2 To)
Processeur :Hisilicon Kirin 960
Nombre de cœurs :Snapdragon 820
Fréquence d’horloge maximale :2 x 1,8 GHz Kryo

2 x 1,6 GHz Kryo

Connectivité :Connecteur Moto Mods, port USB-C (adaptateur de port audio USB-C de 3,5 mm inclus), Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac, Bluetooth 4.1, double SIM
Couleurs :Blanc et Or fin, Noir et Gris lunaire

Sortie fin 2016, la fiche technique du Moto Z est à la hauteur des attentes, avec son écran AMOLED de 5,5 pouces à la résolution Quad HD (2 560 x 1 440), son SoC Snapdragon 820 et son Adreno 530 pour la partie graphique couplés à 4 Go de RAM, le Moto Z confirme être un modèle haut de gamme.

Pour la partie stockage, on a droit à 32 ou 64 Go et un port microSD. A noter que le Moto Z est double-SIM mais il faudra choisir entre une seconde nano-SIM et une carte micro SD, une pratique courante chez les constructeurs proposant des modèles double-SIM.

Côté photo, on retrouve un capteur 13 mégapixels à l’arrière (ouverture f/1.8, stabilisation d’image optique et mise au point laser automatique) et un capteur 5 mégapixels à l’avant.

Enfin, on retrouve une batterie de 2 600 mAh, un port USB-C et le smartphone est compatible 4G LTE (Cat 6), Wi-Fi 802.11 ac, Bluetooth 4.1 et NFC.

Sur le papier, le Moto Z n’est pas révolutionnaire mais propose une fiche technique haut de gamme et compte se démarquer avec ses modules. Alors Lenovo a-t-il réussi son pari de proposer un smartphone modulaire convaincant ? Réponse dans ce test.

Design

Le design du Moto Z est étonnant à biens des égards. Le smartphone surprend par sa finesse avec seulement 5,2 mm d’épaisseur et se montre plutôt léger (136 grammes) pour un smartphone de 5,5 pouces.

A l’avant, on retrouve un lecteur d’empreintes digitales avec une forme carré qui rappelle le bouton accueil/touche home mais ce dernier ne sert qu’à la reconnaissance d’empreintes. A l’usage, ce lecteur se révèle particulièrement efficace pour verrouiller/déverrouiller son Moto Z, si bien que le bouton on/off situé sur la tranche droite se fera rapidement oublier. A noter qu’on retrouve également sur la tranche droite, les traditionnels boutons de volume tandis que l’emplacement pour les cartes nano-SIM et micro SD est situé sur la tranche supérieure.

Outre sa finesse, la partie la plus intéressante et surprenante de ce Moto Z se situe à l’arrière où l’on retrouve un capteur photo qui dépasse du reste du smartphone. La protubérance surprend mais ne gène pas pour la prise en main et permet surtout de maintenir les modules aimantés.

Sans module, on a l’impression qu’il manque quelque chose à ce Moto Z entre son capteur qui dépasse et ses connecteurs magnétiques. Côté prise en main, l’arrière est sujet aux traces de doigts et les bords plutôts tranchants ne sont pas très agréables.

Heureusement, Lenovo propose une coque arrière agréable au toucher, qui permet une meilleure prise en main et donne un côté « fini » au smartphone. De plus, cela masque la différence d’épaisseur entre le terminal et le capteur photo et protège les connecteurs magnétiques.

Lors du test, j’ai rapidement préféré conserver cette coque arrière qui apporte de nombreux avantages en échange d’un Moto Z légèrement plus épais.

Enfin, la finesse du Moto Z le prive d’une prise mini-jack 3,5 mm. Il faudra utiliser un casque sans-fil, le connecter à la prise USB-C ou utiliser l’adaptateur inclus dans la boîte.

Lenovo a choisi de proposer des modules “plug and play” qui viennent se connecter à l’arrière de l’appareil, un choix intéressant mais qui oblige le constructeur à faire des concessions sur la partie design et le Moto Z s’en sort bien.

En effet, le smartphone est très fin, une caractéristique qui permet au Moto Z de conserver une taille convenable lorsqu’on lui greffe un Mod (module). Sans surprendre, le smartphone est plutôt agréable à l’oeil avec des finitions de qualité, une réelle sensation de robustesse malgré sa finesse et sa prise en main est agréable avec une coque arrière. De plus, Lenovo propose différentes coques qui permettent de personnaliser son smartphone.

A noter que le Moto Z est également livré avec un bumper en plastique, ce dernier n’est pas indispensable mais renforce encore la prise en main et offre une sensation différente.

Sans la coque arrière, on gagne en finesse mais on a l’impression qu’il manque quelque chose au smartphone et le fait de voir les connecteurs magnétiques ainsi qu’un capteur photo qui dépasse n’est pas des plus élégants.

Ecran

Lenovo a sortie l’artillerie lourde côté écran avec une dalle AMOLED de 5,5 pouces à la définition Quad HD (2 560 x 1 440), ce qui nous donne une résolution de 535 ppp. Ce type d’écran nous offre un excellent taux de contraste avec des noirs très profonds et une très bonne luminosité qui permet d’utiliser le Moto Z à l’extérieur sans soucis de lisibilité.

Concernant les couleurs, un passage par les réglages pour basculer du mode vif, un peu trop flatteur pour être honnête, au mode standard permet d’avoir des couleurs fidèles. Seul bémol, on notera une température des couleurs un peu froide mais cela ne gâche pas l’expérience utilisateur.

Interface

Le Moto Z est livré avec Android 6.0.1 Marshmallow mais Motorola a la réputation d’être l’un des constructeurs les plus réactifs et le confirme une nouvelle fois puisque nous avons pu tester le Moto Z avec Android 7.0 Nougat.

Dans le monde d’Android, deux écoles s’affrontent, les amateurs d’une expérience stock (Nexus/Pixels) et ceux qui préfèrent les surcouches comme le propose Samsung ou Huawei.

Lenovo/Motorola se range dans la première catégorie et ne propose pas de surcouche, on a donc droit à un Android sans fioritures et sans applications préinstallés, hormis celles de Google, ce dernier point est particulièrement agréable.

En contrepartie, on pourra reprocher à Lenovo de ne pas se démarquer de la concurrence et de ne rien offrir de plus sur la partie logicielle.

La navigation est agréable et fluide, le smartphone ne souffre d’aucun ralentissement et c’est plutôt logique.

Performances

En effet, avec un Snapdragon 820 et 4 Go de RAM, le smartphone se positionne sur le segment haut de gamme et a répondu à nos attentes durant son test. En jeux, avec des applications lourdes ou en utilisation courante (navigateur internet, réseaux sociaux…), le Moto Z offre de très solides prestations et reste fluide en toutes circonstances.

Multimédia

  • Photo

Le Moto Z est équipé d’un capteur 13 mégapixels à l’arrière, il propose une ouverture à f/1.8 avec stabilisation optique et autofocus laser. Premier bon point, l’appareil photo est réactif et sa mise au point est rapide.

On est revanche moins impressionné par les prestations photos du Moto Z, le smartphone de Lenovo est capable de prendre de beaux clichés lorsque les conditions de lumière sont bonnes mais reste en dessous des meilleurs modèles sous Android ou d’un iPhone.

En effet, les clichés manquent de détails ce qui est dommage pour un modèle haut de gamme. Sans surprise, le Moto Z ne rattrape pas son retard en basse luminosité.

Petite déception donc pour la partie photo qui ne permet pas à notre Moto Z de rivaliser avec les meilleurs photophones et notamment le G5, le smartphone modulaire de LG.

Note : nous n’avons pas pu tester l’appareil photo Hasselblad avec un zoom optique x10, le Mod (module) photo proposé par Lenovo pour ses smartphones Moto Z.

(également disponible sur Dropbox)

  • Son

Le haut parleur du Moto Z situé sur la face avant s’en sort plutôt bien avec un son précis.

Concernant la prise mini-jack, elle est absente mais Lenovo inclus un adaptateur USB-C vers mini-jack 3,5 mm. On peut donc profiter de son casque (sauf lors de la recharge du smartphone) pour un résultat satisfaisant.

  • Vidéo

Avec un écran QHD de 5,5 pouces, le Moto Z est taillé pour la vidéo et les accros à YouTube seront comblés.

Concernant l’enregistrement vidéo, le Moto Z permet d’enregistrer des vidéos en 4K à 30 pfs mais aussi en Full HD 1080p à 30 et 60 fps.

Autonomie

Ultra fin, le Moto Z est limité à une batterie de 2 600 mAh, une capacité qui laisse dubitatif surtout avec un écran QHD.

Dans les faits, Lenovo s’en sort plutôt bien et le Moto Z sera capable de tenir une journée avec une utilisation assez soutenue. L’utilisateur modéré pourra espérer jusqu’à une journée et demie d’autonomie.

On est donc agréablement surpris par l’autonomie du Moto Z même si ce dernier ne s’impose pas comme une référence dans ce domaine.

Les Mods (modules)

Maintenant que nous en savons un peu plus sur le Moto Z, il est temps d’aborder sa principale curiosité : les Mods.

Comme le G5, le smartphone de Lenovo se présente comme un appareil (semi)-modulaire et nous avons pu tester 3 des 4 modules proposés par le constructeur. Pour rappel, Lenovo propose :

L’utilisation des Mods est très facile puisqu’il suffit d’approcher son Mod de l’arrière du smartphone pour que ce dernier se fixe. La partie aimantée du capteur photo assure un maintien solide et les connecteurs permettent aux Mods d’être reconnus par le Moto Z, une utilisation en “plug and play” appréciable et efficace. De plus, il n’est pas nécessaire d’éteindre et de rallumer son smartphone.

  • La batterie Incipio

Commençons par le module le plus simple et le moins cher de la gamme, la batterie Incipio. Cette batterie de 2 200 mAh vient gonfler l’autonomie de votre Moto Z et elle le fait bien, on peut en effet espérer tenir 3 à 4 jours loin de la prise.

Le Mod propose deux modes, un mode par défaut qui garde la batterie du téléphone à 100% mais réduit l’autonomie du Mod et un mode économie qui conserve la batterie du Moto Z à 80 % et prolonge ainsi l’autonomie de la batterie du Moto Mod.

Sur le plan de l’ergonomie, l’Incipio offGRID Power Pack ajoute environ 80 grammes au Moto Z pour un rendu plutôt élégant, on comprend ici tout l’intérêt d’avoir un smartphone très fin au départ.

La prise en main est efficace, le Moto Z est tout en rondeur et conserve un poids et des dimensions raisonnables (220 grammes au total) même si l’arrière de la batterie est un peu glissant.

Le principal défaut de ce Mod concerne l’obligation de le connecter à son smartphone pour le recharger, il est en effet impossible de le recharger seul.

Le bilan du Mod batterie de Lenovo est largement positif, on a ici une solution intéressante, performante et plutôt esthétique pour augmenter l’autonomie de son smartphone.

  • L’enceinte JBL Sound Boost

On s’intéresse ici à un module qui vient améliorer la partie son du Moto Z. Si ce dernier ne s’en sort pas si mal sur ce point, on est évidemment loin de ce que pourrait proposer une enceinte nomade par exemple et l’enceinte JBL espère bien combler ce manque.

La qualité est au rendez vous et comme la batterie, le Mod vient se connecter très facilement au Moto Z. Il faudra toutefois faire avec un smartphone bien plus épais et lourd mais ce type de module n’est de toute façon pas amener à rester connecté à son appareil.

Forcément, en le connectant au dos, le module vous oblige à retourner votre smartphone à moins d’utiliser la béquille de l’enceinte.

Une béquille pas si utile que ça pour la musique puisqu’elle dirige le son vers le bas, elle est par contre appréciable si on utilise le Moto Z pour regarder une vidéo YouTube par exemple.

Concernant la qualité audio, l’enceinte de JBL améliore (sans surprise) considérablement le son du smartphone et se révèle être une solution d’appoint intéressante et puissante ! Si on ne rivalisera pas avec une enceinte nomade proposée à un prix équivalent, la solution proposée par Lenovo et JBL est pratique et simple d’utilisation.

Côté autonomie, il faut compter en 5 et 6h d’écoute et l’enceinte embarque un port USB pour être rechargé (ou se recharge en même temps que le Moto Z). A noter que la batterie du smartphone prendra le relais lorsque celle de l’enceinte est à plat.

  • Le pico projecteur Insta-Share

Dernier modèle que nous avons pu tester, le pico projecteur, un module onéreux (349 euros) mais qui attise la curiosité. Le projecteur est très compact et comme pour les précédents, il n’y a aucun soucis pour le connecter et qu’il soit reconnu par le Moto Z.

On retrouve un bouton on/off et une molette pour régler la netteté de l’image, une petite gymnastique qu’on maîtrise assez rapidement.

L’intérêt de ce module est évidemment de profiter de ses vidéos sur une surface plus grande que celle du smartphone (jusqu’à 70 pouces de diagonale).

Sans surprise, avec un appareil de cette taille et à ce prix, on ne s’attendait pas une qualité époustouflante et le module est d’ailleurs limité à une résolution 854×480 (480p). Avec une luminosité de 50 lumens, il faudra l’utiliser dans le noir pour un meilleur rendu. Malgré ses limites techniques, on prend plaisir à utiliser ce module et à enchaîner les vidéos. Le contrat est rempli avec un beau rapport qualité/prix.

Concernant l’autonomie, le module embarque une batterie de 1 100 mAh et pourra tenir environ 1h30 avant de puiser sur la batterie du Moto Z.

Lenovo s’est risqué à proposer un smartphone modulaire et a réussi son pari. Le choix d’une fixation magnétique apporte une solution simple, facile à utiliser et qui ne nécessite pas un redémarrage pour passer d’un module à l’autre.

Concernant les modules proposés, les idées sont là mais on sent malgré tout que le concept est jeune et demande à être amélioré. Sans surprise, le module batterie était le plus simple à mettre en place et se montre très efficace tandis que le module de JBL et le pico projecteur ne manquent pas d’atouts mais peuvent encore être améliorés. Le module audio ne rivalise pas avec une enceinte nomade malgré le savoir faire de JBL et le pico projecteur se montre très intéressant mais doit faire avec des limitations techniques.

Le rapport qualité/prix

Lancé à 699 euros, le Moto Z peut aujourd’hui se négocier entre 600 et 650 euros, un prix élevé mais le smartphone de Lenovo se positionne sur le segment du haut de gamme.

Ses limites sur la partie photo et l’autonomie ne lui permettent pas de bénéficier d’un rapport qualité/prix exceptionnel. Il faudra également débourser entre 70 et 350 euros pour bénéficier d’un Moto Mod.

Conclusion

Le Moto Z est une belle réussite et démontre qu’il est possible de faire un smartphone modulaire de qualité. Le système de fixation magnétique des modules rend leur utilisation facile et pratique (plug and play, pas besoin de redémarrer son smartphone).

Outre sa modularité, le Moto Z est un smartphone haut de gamme doté d’un bel écran QHD et qui offre d’excellentes performances. L’autonomie du smartphone est correcte malgré une batterie de 2 600 mAh et le smartphone offre une expérience proche d’Android Stock.

La partie photo est sans conteste la déception de ce Moto Z, ce dernier n’est pas un mauvais photophone mais il ne rivalise pas avec le Galaxy S7, le LG G5 ou l’iPhone d’Apple par exemple.

Hormis la photo, le Moto Z se révèle être un smartphone très agréable à utiliser au quotidien et il se distingue de la concurrence avec ses Mods (modules).

Le Lenovo Moto Z est proposé au prix de 649 euros.

J’aime

  • la finesse du smartphone et la qualité de conception
  • l’écran AMOLED QHD
  • l’interface efficace
  • les performances
  • la modularité
  • la personnalisation (différents modules, coques arrières…)

J’aime moins

  • la partie photo en retrait
  • la quasi-obligation d’utiliser au moins la coque arrière
  • le concept des modules Moto Mods est ambitieux mais encore jeune


Nos dernières vidéos

4 commentaires

    • Thomas-Estimbre on

      Il ne faut pas être aussi pessimiste 🙂 Le concept modulaire du Moto Z est très intéressant et mérite de s’y intéresser, Lenovo prouve qu’il est possible de faire un excellent smartphone de ce type et ce n’est peut-être que le début.

      Lorsque Samsung a proposé le Note, de nombreux observateurs étaient sceptiques sur les chances de voir réussir un smartphone qualifié de « géant » et le sud-coréen a réussi a démocratiser les phablettes. Il faudra surtout voir si Lenovo/Motorola insiste et transforme l’essai 🙂

Répondre