Le triomphe du minimalisme

Google a discrètement fêté ses 7 ans cette semaine. Putain 7 ans ! Hier, mais une éternité en temps internet. Ce qui est intéressant dans cette success-story c’est que Google se soit détaché du peloton des moteurs de recherche principalement ces deux ou trois dernières années. Car il n’est pas le plus ancien : Yahoo

Google a discrètement fêté ses 7 ans cette semaine. Putain 7 ans !
Hier, mais une éternité en temps internet.
Ce qui est intéressant dans cette success-story c’est que Google se soit détaché du peloton des moteurs de recherche principalement ces deux ou trois dernières années. Car il n’est pas le plus ancien : Yahoo et Altavista étaient là avant (1995 pour Yahoo et à peu près en même temps pour Altavista).
Rappelez-vous : quel moteur de recherche faisait toutes les unes il y a seulement trois ans ? Quel moteur utilisiez-vous ? Pour ma part, je n’utilisais pas Google, mais deux autres moteurs : Voila.fr pour les recherches dans le web français (essayez, les réponses sont toujours assez pertinentes et font ressortir des pages qu’on ne trouve pas ailleurs) et AllTheWeb pour le reste. L’histoire de Google ressemble un peu à un marathon (ou un cent mètres en temps internet, donc) pendant lequel tous les concurrents sont au même niveau et s’observent sans oser se détacher. Puis il y en a un qui peu à peu accélère pour finir par laisser sur place tous les autres. Sans que ceux-ci, épuisés, ne trouvent le ressources nécessaires à contrer l’attaque. Sauf que là, il n’y a pas de ligne d’arrivée, et que la course sera longue.
Si l’on met de côté la puissance des algoritmes de recherche Google, je crois le moteur doit aussi son succès en grande partie à son extrême simplicité. Google a su rester un moteur de recherche, juste un moteur de recherche, sans fioritures, en se concentrant sur sa mission première : apporter la bonne réponse à la question de l’internaute.
Une sorte de Porsche 911 de la recherche web : immuable, simple, la même ligne générale depuis les débuts, mais la plus efficace quand il s’agit de taquiner un peu le chrono.
Regardez la page d’accueil (?) Google : elle n’a pratiquement pas changé depuis le début : un dépouillement extrême et une rapidité d’affichage toujours égale quelque soit le support utilisé (y compris sur un téléphone mobile dans une zone mal couverte).
C’est peut-être cela, le nouveau web : simplicité, ultra-spécialisation et facilité d’utilisation.
Et à chaque service son usage.
Si vous avez des nouvelles d’Alatavista et les autres…


Nos dernières vidéos

5 commentaires

  1. C’est vrai que Google est vraiment le moteur incontournable rapide et pratique. Toutefois, j’utilise tout de même Yahoo de temps en temps pour des recherches de classement de domaine, car il a plus de pages référencés et il est souvent plus juste dans les résultats.

  2. Google n’est plus du tout ultra-spécialisé : Google WiFi, Google Earth, Google Desktop, Google "Nasa"…
    Il cherche à se diversifier pour diversifier ses sources de revenus.

  3. Bien sûr, j’ai déjà parlé à plusieurs reprises de Google Earth ici, et on pourrait aussi citer Picasa et Blogger, mais il n’empêche que la clé de voûte de Google reste le moteur de recherche, et que celui-ci reste identique à ce qu’il était à l’origine. D’ailleurs, Goggle Earth n’est pas mentionné sur le portail Google.

  4. On peut considérer que Google est un modèle d’efficacité pour le web. Simplicité d’utilisation et rapidité, une réelle tendance dont bon nombre de webmaters devraient s’inspirer.

Répondre