Suivez-nous

Tech

Les algorithmes seraient meilleurs que les humains pour prédire les risques de récidives

Le logiciel démontre sa supériorité mais une surveillance humaine reste plus que jamais nécessaire.

Il y a

  

le

 
prison
© Unsplash / Emiliano Bar

Nous ne sommes pas encore dans le film Minority Report où une IA est capable de prédire les crimes avant qu’ils ne surviennent mais on s’en rapproche. Le logiciel d’évaluation des risques COMPAS est un outil utilisé par la justice américaine pour prévenir les risques de récidives des détenus en vue de leur possible libération.

Lors d’une précédente étude menée en 2018, il avait fait preuve d’une efficacité très limitée. Des scientifiques avaient en effet comparé ses prédictions avec celles d’humains sans aucune expérience juridique. Ces derniers obtenaient de meilleurs résultats avec 67 % de bonnes prévisions contre 65 % pour les algorithmes.

Une aide précieuse pour le système judiciaire

Deux ans plus tard, les choses semblent avoir changé. Des chercheurs de l’Université de Stanford et de l’Université de Berkeley ont renouvelé l’expérience en donnant d’avantage de données aux décideurs, pour se rapprocher des conditions du réel. Dans certains tests, le système a approché les 90% de réussite contre environ 60% chez les humains.

Interrogée par Technology Networks, Jennifer Skeem, chercheuse à l’Université de Berkeley est revenu sur la portée de ces résultats :

L’évaluation des risques fait depuis longtemps partie de la prise de décision dans le système de justice pénale. Bien que le débat récent ait soulevé des questions importantes sur les outils basés sur des algorithmes, notre recherche montre que dans des situations ressemblant à de vrais contextes de justice pénale, leur évaluation des risques est souvent plus précise que le jugement humain pour prédire la récidive.

Quoi qu’il en soit, l’étude révèle aussi une information essentielle : humains comme algorithmes se trompent assez souvent dans leurs prédictions. Mais, comme l’explique le MIT Technology Review, il est bien plus facile de contester une décision humaine qu’une décision prise par un logiciel.

Dès lors, les chercheurs voient ces instruments comme une aide précieuse pour la justice mais celle-ci ne peut pas se passer d’une surveillance humaine.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests