Suivez-nous

Auto-Moto

Les réglementations européennes évoluent en ce qui concerne Tesla et son Autopilot

L’European Association for Electromobility revoit les réglementations européennes à l’égard de Tesla et son Autopilot.

Il y a

  

le

 
Tesla couple endormi
© Unsplash / Vlad Tchompalov

Jusqu’à présent, Tesla était contrainte de restreindre quelques fonctionnalités de l’Autopilot sur le territoire européen. En effet, le constructeur américain se doit d’obéir à la règle UN/ECE R79 à propos de la régulation des véhicules dans l’Union européenne. Ce règlement empêche notamment Tesla de déployer des fonctions comme SmartSummon, et bien d’autres encore. Cependant, l’European Association for Electromobility (Avere) pourrait bien proposer des changements intéressants à ce propos.

The Telegraph révèle que les législateurs envisageraient d’assouplir leur position sur les véhicules autonomes et les fonctions d’assistance à la conduite. Si l’Europe respecte les règles utilisées par les Nations unies, ces directives empêchent clairement cette technologie de fonctionner et de s’améliorer considérablement. Par exemple, les lignes directrices et les règles actuelles obligent les véhicules équipés de l’Autopilot à changer de voie dans les cinq secondes suivant le début de la manœuvre assistée.

À première vue, cela semble être une idée qui favoriserait une conduite plus sûre et plus efficace, mais si le véhicule n’exécute pas le changement de voie dans un délai de cinq secondes, les règles imposent au véhicule d’abandonner la tentative de changement de voie. Cependant, si le véhicule prend la décision de se rabattre si le délai est dépassé en pleine manoeuvre, cela pourrait être très dangereux.

Du changement attendu

La décision prise par l’Avere reconnaît très clairement cette fonction visant à changer de voie. L’European Association for Electromobility prévoit de multiplier par 4 ce délai en le passant de 5 à 20 secondes. Le porte-parole de la Commission économique pour l’Europe de l’ONU, Thomas Croll-Knight, a déclaré que « plusieurs représentants de Tesla » étaient présents à une réunion du groupe de travail de l’ONU, afin d’aider à préparer une présentation des améliorations proposées.

Autre problématique, lorsqu’une Tesla est en pilote automatique, ce dernier se désactive lors de certains virages jugés trop serrés, de cette façon le conducteur se doit d’être attentif et de garder les mains sur le volant pour ne pas perdre le contrôle de son véhicule. Cette fonction n’est présente que sur le territoire européen, et les législateurs réfléchissent à l’améliorer davantage.

En ce qui concerne Smart Summon, l’Europe n’a pas encore approuvé la fonction permettant aux propriétaires d’appeler leurs véhicules depuis leur emplacement via l’application pour smartphone Tesla. Dudley Curtis, porte-parole du Conseil européen de la sécurité des transports, a déclaré que son organisation « estime que ce type de dispositifs automatisés doit faire l’objet d’essais et d’approbations réglementaires indépendants fondés sur une liste commune d’exigences de performance et de normes de sécurité ».

 

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Okpane

    24 octobre 2019 at 3 h 27 min

    Merci Presse Citron d’avoir fait un article qui en dit enfin sur l’avenir de nos Tesla et de l’addon qui coute cher du FSD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests