Les rock-stars font allégeance à YouTube

En plein débat sur l’HADOPI, cette histoire, passée quelque peu inaperçue par ici, est assez révélatrice des relations ambigües qu’entretiennent les artistes et ceux qui sont chargés de veiller sur leurs droits avec internet et les sites de partage vidéo. En Grande-Bretagne, YouTube avait jusqu’à ces derniers jours un accord avec la Performing Rights Society,

En plein débat sur l’HADOPI, cette histoire, passée quelque peu inaperçue par ici, est assez révélatrice des relations ambigües qu’entretiennent les artistes et ceux qui sont chargés de veiller sur leurs droits avec internet et les sites de partage vidéo.

En Grande-Bretagne, YouTube avait jusqu’à ces derniers jours un accord avec la Performing Rights Society, la société des auteurs anglais, soit l’équivalent de la SACEM britannique, qui lui permettait, en accord avec 4 grandes majors et plusieurs labels indépendants de diffuser les clips musicaux de la plupart des artistes anglais dans un cadre légal, moyennant une rétribution au titre des droits d’auteurs.

Le contrat arrivant à échéance, la PRS a mis le couteau sous la gorge de Google (qui détient YouTube) en exigeant une très forte revalorisation des droits, au prétexte que Google a encore enregistré des bénéfices records en 2008.

Une demande inacceptable selon Patrick Walker, responsable des partenariats chez YouTube Europe, qui, en riposte (non graduée) aux exigences de la PRS, a tout simplement décidé de couper tout accès à l’ensemble des vidéos musicales d’artistes britanniques sur YouTube en Angleterre.

Steve Porter, patron de la PRS, s’est déclaré choqué par cette méthode, certes un peu brutale, qui selon lui pénalise les artistes mais aussi et surtout les internautes et tous les amateurs de clips vidéo en Angleterre.

Du coup, un collectif d’artistes emmené entre autres par Radiohead et Annie Lennox, le Featured Artists Coalition, entre dans la bataille et entend obtenir le plus rapidement possible le rétablissement de l’accès aux vidéos sur YouTube, reconnaissant ainsi implicitement que les sites de partage vidéo sont devenus incontournables dans leur arsenal de promotion.

Initiative assez difficilement imaginable en France, dans cette vidéo, le collectif demande à ce que les droits des artistes soient « mieux représentés », sans attaquer frontalement internet. Ce qui peut laisser penser en creux qu’il est reproché à la PRS de mal faire son boulot. Comme si de ce côté du channel une association de chanteurs français se dressait à demi-mots contre la SACEM et l’accusait de mal les défendre.

Les artistes ont besoin de YouTube, autant que YouTube a besoin des artistes, mais il semblerait aujourd’hui que ce soit plutôt Google qui se trouve en position de force dans ce bras de fer, ce qui ne réjouira pas forcément ceux qui protestent déjà contre son omnipotence dans tous les domaines du web.

Une confrontation quelque peu stérile dans laquelle il semblerait que les différents acteurs n’aient pas tiré les enseignements de la méthode Monty Python, qui avait annoncé récemment une augmentation de 23000% de leurs ventes de DVD suite à la mise en ligne de leur canal officiel sur YouTube


Nos dernières vidéos

11 commentaires

  1. C’est vrai qu’Hadopi a phagocyté la blogosphère française et qu’on a été que peu de blogs français à la relater… Ceci dit vu la promptitude des acteurs de tout ce business de la musique à se copier les uns les autres, surtout dans les initiatives les plus malheureuses, je ne serai pas étonné que la SACEM tente la même chose que la PRS…
    Mais après tout ce n’est peut-être qu’un coup de bluff de la part de google pour ramener la PRS à un accord plus raisonnable!!

    Le truc le plus drôle dans tout ça, c’est qu’en ce moment on a l’impression que ça tire à vue partout dans le secteur de la musique… Too bad!

  2. En tout cas ca fait plaisir de voir ca… même si ca ne risque pas d’arriver en France… quel artiste français serait capable de se mouiller un peu ?

  3. En même temps Youtube c’est une énorme pub pour les artistes je comprends pourquoi youtube devrait payer pour offrir une pub gratuite.
    Les auteurs sont rémunérés par la radio/télévision ect..
    ça va un moment ils gagnent assez bien leur vie pour offrir quelques clip gratuitement sans que youtube paye des droits d’auteur.
    Youtube plateforme de publicité pour le monde entier même un artiste inconnu peut se faire connaître par ce site la mais l’argent est le centre de l’histoire

  4. AMHA y a de fortes chances que cette revendication du collectif d’artistes anglais finisse par déteindre chez nous…
    Réfléchissons 2 minutes : si je prends d’un côté les grandes stars en mal de maisons de disques et de l’autre les petits groupes myspaciens en quête d’audience… au final j’aurai les mains bien pleines 🙂
    Après cette démarche semble légitime !

  5. Youtube ou peu importe je vois pas pourquoi les TV, les radios devraient payer des droits et pas ces grosses machines que sont youtube et autres dailymotion. Sauf que vu la qualité misérable du son et des vidéos mises à dispo cela devrait être pris en compte et nous devrions plus considérer qu’il s’agit selon moi de promotion que de diffusion. Après il y a les cas des artistes à part comme les humouristes qui ne devraient pas être mis dans le même sac, dévoiler des sketchs ou des parties de spectacles comme on peu trouver facilement (exemple Mado la Niçoise) cause certainement un gros préjudice à ces artistes.

  6. « au prétexte que Google a encore enregistré des bénéfices records en 2008. »
    C’est une blague? Depuis quand YT est rentable? Ils crament 1 million de dollar PAR JOUR rien qu’en bande passante!

  7. « une association de chanteurs français se dressait à demi-mots contre la SACEM et l’accusait de mal les défendre » : ça va finir par arriver.. 🙂
    Connaissant les casseroles que traîne cet organisme depuis plusieurs années (étouffées principalement grâce à son monopole), il y a fort à parier qu’ils vont finir par tomber (ne comptez pas sur la SACEM pour s’adpater à Internet, c’est pire que les majors).

  8. Et NIN, un des meilleurs albums vendus sur Amazon malgré qu’il soit disponible gratuitement (sous licence CC) sur le site. Radiohead va en effet suivre le même modèle, gratuité, petit prix pour satisfaire les fans qui en veulent ainsi toujours plus et seront prêts à débourser plus pour des DVD, raretés, etc…

  9. Pingback: Un plugin pour faciliter la lecture à l'écran | Presse-Citron

  10. Pingback: Hadopi : le téléchargement gratuit ne ruine pas forcément l’artiste au contraire | Zik’n'Blog

Répondre