L’ICANN révèle ses 1930 demandes de TLD reçues

La Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) a révélé hier la liste colossale des 1930 demandes de TLD (domaines de premier niveau) qu’elle a reçue suite à sa volonté en janvier dernier de diversifier le paysage des domaines en donnant la possibilité à qui pouvait se le payer de s’offrir un TLD personnalisé.

La Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) a révélé hier la liste colossale des 1930 demandes de TLD (domaines de premier niveau) qu’elle a reçue suite à sa volonté en janvier dernier de diversifier le paysage des domaines en donnant la possibilité à qui pouvait se le payer de s’offrir un TLD personnalisé.

L’ICANN devrait retenir entre 500 et 1000 nouveaux TLD parmi les dossiers déposés, qui entraîneront leur enregistrement, et dont la mise en application sera par la suite effective dès le premier trimestre de 2013. « Il s’agit d’un jour historique pour l’Internet« , a affirmé le CEO de l’ICANN, Rod Beckstrom. « L’Internet tel que nous le connaissons est sur le point de changer pour toujours« .

Jusqu’ici, Internet regroupait 22 domaines génériques (tels que les célèbres .com, .net et .org), auxquels s’ajoutaient 280 domaines nationaux (.fr, .de, .uk…). Les internautes vont donc bientôt devoir revoir leurs habitudes et élargir leur dictionnaire (les .lol et .pizza semblent assez prometteurs 😉 ).

Beckstrom a ajouté que le processus de validation des TLD devrait durer environ 60 jours, au cours desquels n’importe qui dans le monde peut apporter son commentaire, voire son objection (les possibles contestataires ont 7 mois pour monter leur dossier), au sujet des domaines. Ces remarques seront par la suite prises en considération par les équipes d’évaluation de l’ICANN.

Allez, c’est parti pour quelques chiffres et statistiques sur les différents dossiers remis à l’ICANN depuis le lancement de son opération, qui constitue au passage la plus grosse expansion dans l’histoire du système des noms de domaine, après près de sept ans de consultations et de débats internationaux avec de nombreux acteurs d’Internet. Sur les 1930 propositions reçues, 911 (soit 47%) proviennent de l’Amérique du Nord (884 pour les US), 675 (35%) d’Europe, 303 de la zone Asie/Pacifique, 24 d’Amérique latine et seulement 17 d’Afrique — il s’agit des premières demandes de TLD pour ces deux dernières régions. Les entreprises françaises ne se sont de leur côté pas trop mouillées, avec un total de 54 demandes seulement (on retiendra le .paris).

Une des particularités de cette liste, c’est la présence de 116 noms de domaines internationalisés, comportant des caractères qui ne répondent pas au standard ASCII (alphabets arabe, chinois et cyrillique).

La liste regroupe 1409 TLD uniques, 230 d’entre eux étant demandés par plus d’un candidat. Parmi les plus demandés : le .app (13 dossiers), le .home (11 dossiers) et le .art (10 dossiers). Le prix du plus gros joueur revient bien évidemment à… Google, avec la demande de 101 nouveaux TLD, répertoriés ci-dessous (source : blog de Google).

Amazon arrive quant à lui en deuxième position, avec 76 demandes, dont 21 en commun avec la firme de Mountain View — autant vous dire que ça risque de fighter sec entre ces deux géants du Web. FairWindsPartners a fait le tri dans la liste afin de faire ressortir les différents points de collision entre les deux compagnies, et le moins qu’on puisse dire, c’est que les extensions concernées sont stratégiquement très intéressantes :

Pour finir, rappelons que le dépôt d’une demande revient à 185 000 dollars, sans garantie que celle-ci soit ensuite validée. L’ICANN, société à but non lucratif, aura donc avec cette démarche atteint un chiffre d’affaires de 357 millions de dollars pour gérer les appels d’offres. Les demandeurs qui verront leurs TLD acceptés devront par la suite verser 25 000 dollars par an à l’organisation.


Nos dernières vidéos

15 commentaires

  1. Petite question de newbie. Les futurs propriétaires de ces TLD seront-ils ensuite les seuls en mesure de vendre des domaines avec ces extensions là ? Si c’est le cas, on peut imaginer la rentabilité rapide des tld même à 185000/pièce ! Surtout si ils sont libres de pratiquer les tarifs qu’ils veulent…

  2. j’ai eu peur de ne pas voir de .sex mais il y en a bien 2 =)

    il y a sfr qui demande le .sfr !
    5 demandes du .free mais c’est pas free 😉

  3. Payer une redevance 25 000 dollars par an pour s’offrir un TLD personnalisé, c’est un peu cher non !
    enfin cela concerne le opérateurs et apparemment
    avec le nombre dossiers déposés ce n’est pas un problème.

  4. Sans déconner quoi, qui veut vraiment acheter un .zip ?!
    Je veux pas dire mais quand même, quel est l’intérêt pour un truc « légal » ? ;o)

  5. Pour une région (la Bretagne avec le .bzh), c’est un collectif qui est à la base de cela, il y a déjà des régions qui ont leur extension (en Espagne par exemple) j’espère qu’ils seront sélectionnés et qu’ils auront les finances nécessaires s’ils ne sont pas subventionnés par la région

    En tout cas j’attends de pouvoir remplacer mon .fr par un .bzh pour mon site sur un coin de Bretagne (vu que le reste du nom est déjà en breton)

  6. Pingback: L'ICANN révèle ses 1930 demandes de TLD reçues - Presse Citron - par Nicolas Lecointre | Economie numérique et digitale | Scoop.it

  7. @bob très franchement, à part les bretons, qui retiendra le .bzh?

    Mais aussi, se référencera t’il aussi bien que le .com ou .fr?

    Ne perdras tu pas simplement des visiteurs du reste de france?

  8. le .alsace déposé par la région Alsace, 
    le .aquitaine par la Région Aquitaine, 
    le .bzh par une association pour la région Bretagne, 
     le .paris par la Mairie de Paris 
     le .corsica par la collectivité territoriale de Corse. 

    on va bien se marrer avec certains noms 🙂

  9. J’ai vu pas mal de critiques dans les commentaires: je me dois de réagir.
    Tout d’abord, je ne pense pas que 20 extensions de domaines soient suffisantes, le « .com » et « .info » commencent gentiment à être saturé. Il est donc bon d’avoir des alternatives.
    De plus, les « .shop » ou « .music » permettront aux moteurs de recherche de mieux analyser l’origine d’un site et ainsi le placer dans les résultats adapter.

  10. Pingback: L’ICANN révèle ses 1930 demandes de TLD reçues | Communication web professionnelle | Scoop.it

  11. C’est la fin du commencement… et un changement historique dans le paysage Internet. Un véritable enjeu pour les marques qui ont besoin d’avoir un plan. Le vrai travail commence aujourd’hui pour les propriétaires de marques car ils pourront contester l’attribution des nouvelles extensions qui les concernent. Ils doivent mettre en place des stratégies pour se protéger face à une zone d’abus potentiel considérablement élargie.

    Lors de la conférence de presse, nous avons enfin découvert les nouvelles extensions gTLD, même si nous devons encore attendre pour voir lesquelles seront approuvées. Le premier lot de résultats sera disponible en janvier l’année prochaine et les nouveaux noms de domaines gTLD de ces nouvelles extensions vont commencer à émerger au cours du premier trimestre de 2013.

    L’enregistrement défensif était un problème-clé discuté : un des gTLDs mentionnés pendant la conférence était .sucks. Il est possible que si les propriétaires de marque n’enregistrent pas leur nom sous .sucks, quelqu’un d’autre le fasse à leur place, en ne leur laissent aucun recours…

    MarkMonitor va annoncer dans les prochains jours un certain nombre de mécanismes pour aider les propriétaires de marques à faire face à ces nouveaux défis.

  12. @Benoit : Cela dépend des demandeurs et surtout des futurs gestionnaires. Certains choisiront certainement, pour les plus fortunés, de se réserver l’extension, mais d’autres pourraient l’ouvrir de façon plus ou moins large.

    Il y a une infographie sur le sujet à cette adresse http://sketchlex.com/18/06/201.....e-domaine/

Send this to a friend