Suivez-nous

Tech

Même s’ils sont vides à cause du coronavirus, les avions sont obligés de continuer à voler

Cela peut sembler étrange, mais de nombreux avions « fantômes » continuent de voler alors même qu’il n’y a personne à bord. Voici pourquoi.

Il y a

  

le

 
avions coronavirus
© Unsplash / William Hook

Depuis la révélation de l’existence du coronavirus, environ 100 000 cas ont été signalés dans plus de 101 pays du monde entier au moment où nous écrivons ceci. Si les autorités sanitaires appellent à ne pas céder à la panique, les répercussions de l’épidémie sont tout de même conséquentes dans de nombreux domaines.

Outre les événements technologiques annulés, les concerts reportés ou les matchs de football voués au huis clos, les compagnies aériennes font état d’une forte baisse des réservations. Plusieurs entreprises du secteur sont dans une situation économique compliquée faute de demandes de voyages.

Ce qui ne les empêche pas de continuer à faire voler les avions… à vide.

Les conséquences d’une réglementation vieillissante

La législation indique que les compagnies aériennes sont effectivement dans l’obligation de réaliser au moins 80% de leurs vols si elles ne veulent pas perdre leurs créneaux de décollage et d’atterrissage l’an prochain. Autrement appelée la “règle des 80/20”, cette contrainte débouche donc sur des trajets d’avions fantômes dans lequel il n’y a aucun voyageur – ou presque. Autant dire que la consommation de carburant est à mille lieues d’être rentabilisée, sachant que l’avion reste le moyen de transport le plus polluant (au monde même lorsqu’il est rempli de passagers).

Compte tenu de la catastrophe écologique induite par le coronavirus et les baisses de demande, le Secrétaire d’État britannique aux Transports, Grant Shapps, a fait part de sa volonté de changer la réglementation. Il a écrit à ce sujet : « Un tel scénario n’est pas acceptable. Il n’est pas dans l’intérêt de l’industrie, des passagers ou de l’environnement et doit être évité ». Toutefois, les instances aériennes européennes a qui il a adressé ces mots n’ont toujours pas répondu à ses interrogations, ce qui laisse à supposer que la règle « use it or lose it » ne sera pas assouplie de suite.

De son côté, l’AITA (Association internationale du transport aérien) a fait part de sa volonté de voir cette règle temporairement suspendue.

Les compagnies aériennes espèrent un retour à la normale au début de l’été. Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les pertes de l’industrie de l’aviation sont estimées à plus de 113 milliards de dollars.

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Olivier Durante

    10 mars 2020 at 7 h 43 min

    Une blague ce monde
    après ils font les choqué quand on amènne de la neige par hélico sur les pistes de ski
    mais la pour faire voler des 100aines d’avions pour rien on les entends pas….

    • Raton

      10 mars 2020 at 14 h 39 min

      L’homme est complètement IDIOT, c’est rien de le dire, on a ce que l’on mérite

  2. Eric

    10 mars 2020 at 11 h 12 min

    C’est le moment de négocier des places gratuites en Business ou en First 🙂

  3. max242

    10 mars 2020 at 15 h 09 min

    C’est une vraie aberration dans le monde actuel ! Notamment du point vue environnemental.
    Après je donne raison à Eric ; vu le contexte actuel c’est pas une si mauvaise idée de tester les classes business/first en négociant le prix si on en a l’opportunité. Quand il n’y a que quelques dizaines de passagers dans un A380 les compagnies sont sans doutes prêtes à faire quelques gestes, mais pour combien de temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests