Suivez-nous

Tech

Microsoft étend ses programmes de sécurité à Linux et Android

Microsoft ne pense pas seulement à Windows et décide de sécuriser d’autres plateformes comme Linux ou Android.

Il y a

  

le

 
Siège Microsoft
© Microsoft

Microsoft tient sa promesse concernant les mesures de sécurité des entreprises même sur des plateformes non Windows. Désormais, la firme de Redmond propose des protections pour les utilisateurs Linux et Android, afin de réduire les risques de présence de logiciels malveillants.

Pour le moment, seuls les utilisateurs disposants de Windows 10 Enterprise Édition peuvent prétendre à ces offres. Si les tarifs ne sont pas très transparents, il semblerait que les prix varient entre 30 et 72 dollars par appareil et par an.

En février, lorsque Microsoft a présenté son offre concernant Linux, la firme de Redmond a détaillé diverses fonctionnalités relatives à des alertes antivirus, ainsi que de nombreuses autres capacités préventives. Grâce à une simple ligne de commande, les administrateurs ont la possibilité de gérer les machines des utilisateurs, lancer et configurer des analyses antivirus, surveiller le réseau et gérer diverses menaces.

Dans l’annonce publiée à l’occasion de la présentation du service compatible avec Linux on peut lire : « Nous ne sommes qu’au début de notre voyage vers Linux et nous ne nous arrêterons pas là ! Nous nous sommes engagés à étendre continuellement nos capacités pour Linux et nous vous apporterons des améliorations dans les mois à venir ».

Qu’en est-il d’Android ?

En ce qui concerne les utilisateurs Android, voici ce que Microsoft propose :

  • « Le blocage des sites de phishing et autres domaines et URL à haut risque accessibles par SMS/texte, WhatsApp, e-mail, navigateurs et autres applications. Ces fonctionnalités utilisent les mêmes services Microsoft Defender SmartScreen que ceux déjà disponibles pour Windows, de sorte que les décisions de blocage de sites suspects s’appliquent à tous les appareils d’un réseau.
  • Analyse proactive des applications et des fichiers malveillants ou potentiellement indésirables pouvant être téléchargés sur un appareil mobile.
  • Des mesures visant à bloquer l’accès aux ressources du réseau lorsque les appareils montrent des signes d’être compromis par des applications ou des logiciels malveillants.
  • Intégration au même centre de sécurité Microsoft Defender que celui qui est déjà disponible pour Windows, macOS et Linux. »
1 commentaire

1 Commentaire

  1. Patrick Huet

    25 juin 2020 at 13 h 04 min

    C’est une catastrophe, oui !
    Des systèmes libres, comme linux, vont désormais être soumis au filtre de Microsoft.
    Autrement, dit, il va être au courant de tout ce qui se déroule sur cet ordinateur (ou smatphone) et de toutes de ses interactions avec l’extérieur (Internet, objets connectés, impression d’imprimante).

    Quand j’ai appris l’année dernière que Microsoft subventionnait Linux, je savais qu’en fait, c’était un achat à moyen terme ou qu’il allait en prendre la direction à un moment ou un autre. Et là, la direction de Microsoft le souligne « Nous ne sommes qu’au début de notre voyage vers Linux et nous ne nous arrêterons pas là ! »

    Quant à l’histoire des « protections », il suffit de prendre un anti-virus habituel, et c’est tout.
    On n’a pas besoin de Microsoft pour protéger nos ordinateurs, ni de leurs autres logiciels pour nous protéger tout cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests