Microsoft Mix 10 : ce que j’en ai retenu

Je suis rentré de Las Vegas hier soir tard après une correspondance via Londres et c’est l’esprit encore un peu embrumé par le manque de sommeil et le décalage horaire que je vais tenter de rédiger ce compte-rendu sur le Microsoft Mix 10 qui s’est tenu à Sin City de lundi à mercredi. Le Mix

Je suis rentré de Las Vegas hier soir tard après une correspondance via Londres et c’est l’esprit encore un peu embrumé par le manque de sommeil et le décalage horaire que je vais tenter de rédiger ce compte-rendu sur le Microsoft Mix 10 qui s’est tenu à Sin City de lundi à mercredi.

intro02

Le Mix de Microsoft se tient traditionnellement à Las Vegas chaque année et c’était ma première participation. Cette conférence réunit des développeurs venus du monde entier, soit près de 3500 personnes hautement expertes en programmation dans un environnement Windows. J’étais pour ma part invité par Microsoft France dans le pack « presse et média », petit privilège qui nous donnait accès à toutes les conférences et au silence feutré de la salle de presse, richement dotée en connexions web, muffins et café américain.

Côté impressions, ma première fut celle du gigantisme des lieux. Dans une ville où le problème de l’espace ne se pose pas (encore) puisque plantée en plein désert du Nevada, l’unité de mesure de base semble être l’hectare (y compris pour les chambres suites d’hôtel), et le complexe hôtelier et loisirs dans lequel se déroulait le Mix en compte exactement vingt-quatre, d’hectares. L’autre impression est le paradoxe entre l’image corporate et assez peu fantaisiste de Microsoft et le choix du lieu, même si Las Vegas est devenue en quelques années une grande ville de congrès, ce qui en banalise fortement le côté joyeusement déluré (voire dépravé). La dernière sensation est celle procurée par l’ambiance de ce Mix, particulièrement cool et bon enfant, où rien n’est imposé, et où vous pouvez naviguer au gré de vos affinités et de vos centres d’intérêt pour picorer ici et là de l’information au fil des keynotes ou des sessions. Impression renforcée par la musique d’introduction ou d’attente entre les keynotes, à forte dominante rock (et du bon).

Les développeurs sont à la fête dans ce type de conférence, et nombre de sessions – trop techniques pour moi et sans grand intérêt pour la plupart d’entre vous – ont certainement fait le bonheur des programmeurs.

Côté annonces, même si aucun scoop fracassant ni aucune présentation ne fut de nature à provoquer un séisme dans le monde de l’informatique et du web, plusieurs nouveautés ont été présentées. Vous avez déjà certainement lu de nombreuses choses sur le sujet, aussi vous donnerai-je simplement mon point de vue sur ce que j’ai retenu :

Silverlight 4

Ce fut le premier sujet de la première keynote, mais aussi la première grosse surprise pour moi. A votre avis quel est le taux de pénétration mondiale du player Silverlight dans les ordinateurs, autrement dit, quel est le pourcentage d’ordinateurs équipés de Silverlight ? 5% ? 10% ? Vous n’y êtes pas du tout : près de 60% ! Rappelons pour ceux qui sont moins au fait que Silverlight est un environnement de développement et de lecture de fichiers multimédia dans le navigateur web directement concurrent de Flash (qui lui équipe 98% des ordinateurs). L’environnement Silverlight est composé d’un outil de développement, Expression Blend, lui-même intégré à Expression Studio et du player, un plugin à installer dans son navigateur web. Le taux d’équipement a connu une très forte croissance depuis que certains grands médias ont délaissé Flash pour signer un accord avec Microsoft en vue de la diffusion de leur contenu multimédia. Ce fut le cas notamment avec des chaînes de TV américaine, canadienne et norvégienne lors des derniers JO de Vancouver. Chez nous, c’est par exemple France TV qui propose notamment la vidéo à la demande dans un player Silverlight, comme ses journaux télévisés.

La keynote fut donc l’occasion d’annoncer la disponibilité immédiate de Silverlight 4 (applaudissements de l’assistance) en version développeur, la version définitive arrivant d’ici fin avril.

Pour l’internaute, quel est l’avantage d’installer le player Silverlight si l’on possède déjà Flash ? Ce n’est pas véritablement une question d’avantage mais de choix : si vous voulez accéder au contenu multimédia d’un site en Silverlight, vous devrez installer le plugin sinon vous aurez droit à une jolie page vide. Pour les avantages il faut voir du côté des éditeurs de site : la technologie Silverlight serait plus évoluée et plus flexible que Flash (smooth streaming HD, deep zoom… ) et consommerait moins de ressources. Côté versatilité des applications, Silverlight représente un avantage incontestable car il sera nativement intégré dans Windows Phone 7 Series : les applications du futur Windows Phone seront en Silverlight, et les sites proposant du contenu Silverlight seront normalement compatibles avec les Windows Phone de prochaine génération. Un exemple nous a été fourni avec Seesmic pour Twitter sur Windows Phone présenté par Loïc Le Meur.

Windows Phone 7 Series

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler ici de Windows Phone 7, lors de sa présentation officielle au MWC de Barcelone le mois dernier. Nous avons pu cette fois prendre en main un prototype de mobile Windows Phone 7 et, pour un proto et un OS en version beta qui a encore un bon semestre de développement devant lui, la bonne impression de départ est confirmée. A ce sujet je voudrais en profiter pour tordre le cou à une affirmation un peu simpliste que je lis régulièrement : Windows Phone 7 Series n’est PAS une copie de l’OS de l’iPhone, et c’est même tout l’inverse. Microsoft, contrairement aux autres, a compris in extremis que s’il tentait de faire un énième iPhone killer (ou iPhone like) il allait droit dans le mur (un mur sans fenêtres cette fois, hahaha). Les équipes de Windows Phone, largement renouvelées par rapport à celles qui avaient conçu les versions précédentes, sont donc parties d’une feuille blanche et ont tenté de repenser complètement ce que devait être l’interface utilisateur d’un mobile. D’ailleurs le résultat n’a pas grand chose à voir avec l’iPhone puisqu’ici nous avons affaire à une logique de hubs (les grands thèmes, People, Music, etc…) et non plus à un choix par icônes. Je reviendrai dans un article séparé et complet sur la session à laquelle j’ai assistée sur la genèse du design de l’interface utilisateur de Windows Phone 7 (nommée « Metro »), un moment passionnant au cours duquel j’ai pu récupérer un document riche en informations dont je publierai quelques extraits scannés. Maintenant on ne pas nier que l’iPhone ait imposé un nouveau standard de fait dans le mobile. Un standard qui est devenu en un peu plus de deux ans l’ABC de l’interface mobile, comme les quatre roues et le volant pour l’automobile. Difficile dans ce cas de se démarquer complètement. Nous verrons si Microsoft va réussir en faisant de cette alternative un nouveau paradigme.

L’accueil de l’assistance et des grands éditeurs semble en tout cas très encourageant, et de nombreuses applications ont déjà été développées, et présentées au Mix, comme notamment une version très convaincante de FourSquare mais encore une application Shazam pour Windows Phone ou des jeux et même une fonction de télécommande pilotant un robot-canon qui catapulte des missiles en carton-pâte dans le public (applaudissements).

Les outils de développement pour Windows Phone 7 Series sont disponibles immédiatement et sont gratuits ici : http://developer.windowsphone.com/ (applaudissements).

Internet Explorer 9

Je vais être direct : pour moi Internet Explorer est mort depuis longtemps. Je n’utilise plus jamais ce navigateur sauf dans deux cas bien précis : pour tester une page web et quand j’y suis contraint et que je n’ai pas d’autre choix (PC d’entreprise sans navigateur alternatif principalement). Aujourd’hui je partage mon surf entre Firefox la plupart du temps et Google Chrome, sans oublier bien sûr Safari sur iPhone ou… Opera sur Windows Mobile [1].

Je ne suis évidemment pas un cas isolé puisque les parts de marché d’Internet Explorer, largement préservées par une forte présence d’origine dans Windows et en entreprises, se sont fortement dégradées au cours des cinq dernières années, passant de plus de 90% à moins de 60% (source).

Internet Explorer 9 va-t-il changer la donne et permettre à Microsoft de reconquérir une partie du terrain perdu ? En tout cas là aussi on sent le vent du renouveau, qui consiste surtout ici en une mise à niveau. En substance, la keynote sur IE9 a principalement consisté à démontrer que cette nouvelle version allait faire à peu près aussi bien qu’un Firefox, qu’un Chrome ou qu’un Safari, démonstration comparative à l’appui (applaudissements). Aussi bien, c’est tout ? Non : mieux. Microsoft, décidément en mode reconquête semble vouloir faire un peu mieux et a introduit dans Internet Explorer 9 un traitement GPU, soit une accélération matérielle via un traitement par la carte graphique des données rendues par le navigateur, ce qui promet normalement un affichage optimisé et plus fidèle mais surtout un temps de chargement des pages très fortement réduit.

Le reste de la démo a donc consisté à mettre en exergue la bonne intégration de SVG et de HTML5 et CSS3 dans Internet Explorer 9, à tel point que cette présentation ressemblait davantage à un inventaire des progrès et avantages de HTML5 plutôt qu’à une démo du futur navigateur de Microsoft. Pour vous faire une idée vous pouvez télécharger une version de preview ici : http://ie.microsoft.com/testdrive/. Attention, cette preview n’est pas compatible avec Windows XP ni avec Vista première version. Il vous faudra au moins Vista SP2 ou Windows 7 pour l’installer.

Tous ces arguments, qui montrent là aussi que Microsoft tente de se remettre en question, seront-ils suffisants pour inciter les internautes qui ont déserté Internet Explorer à le réutiliser ? L’avenir le dira. Pas gagné pour autant…

En vrac

D’autres annonces et démonsttations ont été faites lors de ce Mix 10, et je vous les livre en vrac car toutes ne justifient pas à mon sens un développement détaillé :

  • le code source du player vidéo de Silverlight 4 va être prochainement publié en open source
  • présentation de Pivot, un outil en Silverlight de gestion de de manipulation d’images (notamment pour les archives de presse) aux effets étonnants. Je vous conseille de regarder la démo ici : http://www.getpivot.com/
  • présentation de Bing Maps qui propose un mode Street View à base de photos retraitées en 3D (possibilité de tourner autour d’un bâtiment) avec une technologie empruntée à Photosynth.
  • démonstration d’un widget eBay « eBay Simple Lister » en Silverlight qui permet aux vendeurs de scanner par exemple directement le code-barre ISBN d’un bouquin pour le mettre en vente. Toutes les données ISBN seront alors incluses automatiquement dans son annonce avec notamment la couverture du livre.
  • présentation des dernières avancées sur JQuery par son créateur, John Resig.
  • hormis les applications Silverlight, Windows Phone 7 supportera les jeux multi-plateformes : vous pouvez commencer une session de jeu sur votre XBox360 chez vous et la continuer sur votre Windows Phone si vous devez partir en déplacement. Voir la démo dans cette vidéo.

Ce que je n’ai pas vu au Mix 10

Au rayon des petites déceptions, et contrairement à ce que certains, dont je faisais partie, envisageaient, nous n’avons pas vu trace ni du Slate de HP et encore moins du Courier, pour lequel le blackout d’information semble être total chez Microsoft. Sauf si j’ai raté quelque-chose, rien non plus sur Office 10 et sa version Online, mais nous en saurons certainement plus d’ici fin avril.

En conclusion

Le vent tourne et après des années de domination écrasante sur l’informatique mondiale, Microsoft apparaît dans une nouvelle posture de challenger dans des domaines ou le marché et les utilisateurs l’attendent au tournant, notamment le mobile, la navigation web et le respect des standards. Concernant le mobile, à une époque où l’on commence à assister à des querelles de chiffonniers entre Adobe, Google et Apple, notamment dans le débat autour de Flash, Microsoft se démarque et va proposer une solution avec un avantage concurrentiel incontestable : l’intégration de Silverlight dans Windows Phone. Un avantage énorme pour les développeurs mais aussi pour les consommateurs, qui risque de rendre très vite obsolètes les questions existentielles sur Flash et les applications mobiles riches.

Enfin je ne pourrai pas finir ce billet sans remercier l’équipe de Microsoft France pour son accueil, sa sympathie et sa bonne humeur tout au long de cet évènement, et notamment un super poke au camarade David Cohen, aux petits soins avec nous.

(applaudissements)

Pour en savoir plus (vidéos et autres compte-rendus) :

[1] A quoi sert Internet Explorer ? A télécharger Firefox. A quoi sert Internet Explorer Mobile ? A télécharger Opera Mobile 🙂

Et maintenant les photos :

01

02

03

04

06

07

08

fred01Frec C. en plein taff 🙂

09

10

11

12

13

14

15

16

17



Nos dernières vidéos

30 commentaires

  1. « quel est le pourcentage d’ordinateurs équipés de Silverlight ?…près de 60% ! »

    Totalement improbable comme chiffre.
    Ou alors commercial : si par « ordinateurs » ils ne comptent que ceux sous Windows. 7. Premium.
    Et encore.

  2. Eric

    @Murphy : c’est ce que je pensais aussi (j’aurais dit aux alentours de 5%) mais j’ai une certaine tendance à faire confiance à ce qui est dit dans ce genre de rassemblement et à ne pas prendre les orateurs pour des menteurs ou des baratineurs, donc oui le chiffre indiqué par Microsoft est bien « environ » 60%

  3. Bonjour à tous,

    ce chiffre des 60% est probablement lié au fait que Silverlight est proposé via Windows Update, lui-même activé en mode automatique par défaut.

    Et puis il suffit de tomber sur un site connu et hop l’utilisateur est obligé de l’installer.

    Pour autant, des vidéos en HTML 5 serait tout aussi intéressant…

  4. « Silverlight est proposé via Windows Update, lui-même activé en mode automatique par défaut »

    Ah oui, c’est plus crédible.

    Donc 40% des autres Windows sont piratés ? 🙂

  5. Bon, c’est le post de trop …

    Après qques années, je vais me désabonner du flux rss de presse-citron … 😉

    ça fait trop « post sponsorisé » …

    Soit tu as été gravement piquouzé (chose que je comprendrai après ton trip), soit tu délires …

    « Silverlight à 60 % » … windows phone 7 top … et « IE9 html5 » … c’en est trop pour moi 😉

    C’est trop en dehors de la réalité … je n’arrive plus à y croire 😉

  6. Pour silverlight par rapport au flash ce serait pas la partie gestion des droits (les fameux DRM) qui serait un plus ? C’est clairement côté distributeur que cela arrange mais beaucoup moins du côté du consommateur du coup la firm à la pomme risque aussi d’être ennuyée finalement ils feraient peut-être bien d’adopter flash rapidement eux aussi non ?

  7. Pour la nouvelle version d’Internet Explorer, pas de nouvelles fonctions révolutionnaires, juste une accélération du temps de chargement des pages ? Arf…

  8. @Murphy: A savoir aussi que Silverlight est disponible pour Mac OS X et que pour les JO de Vancouver beaucoup de personnes ont dû le télécharger afin de pouvoir suivre les vidéos.

    Ce chiffre de 60% ne m’étonne donc pas tant que cela. Flash est en déperdition depuis quelques temps déjà

  9. unouveaucompte on

    c’est toujours sympa vos compte-rendus de conférence
    merci!
    le reste je lis mais je ne suis pas geek! mais pas du tout!

  10. Petites précisions sur ton post.
    Windows Phone 7 ne permettra pas de voir des sites web en silveright dans sa première version. Silverlight est utilisé seulement pour créer des applications sur le téléphone.
    Pour ce qui est de l’installation de silverlight, elle est proposée en optionnelle dans Microsoft Update et non pas Windows Update.
    Effectivement, silverlight permet une gestion de la DRM sur Mac et PC, ce qui l’avantage par rapport à flash.

  11. un truc qui pourrait être sympa pour tous les blogueurs, et du fait que tu es l’un des rares blogueurs « pro », c’est aussi de nous raconter un peu l’envers du décor de ce type de voyage.

    Par exemple : y es tu invité ? (vol, hotel ?) : à ce moment là : qui, pour quoi etc… Ou alors, tu y vas à tes frais ? comment on s’organise un truc comme ça : où trouves tu les entrées ? Comment trouves tu ton billet d’avion ? Comment réserves tu ton hotel ? Quel ROI attends tu vis à vis de ton blog ? quel audience en plus sur ce genre de billet etc…

    Une sorte de billet « l’envers du décor » : je suis sûr qu’il y a là un très chouette créneau : intérêt + audience qui devrait intéresser du monde, et toi le premier évidemment… :-), sachant que tu es l’un des rares à pouvoir le faire…

  12. Eric

    @vicnent : c’est exactement dans ma todolist. J’ai deux billets en préparation qui sont précisément :
    – un voyage de presse, c’est quoi ?
    – être blogueur « pro » en 2010, c’est quoi ?

    Sur le premier sujet, je peaufine car je pense que c’est un sujet à trolls (enfin de la part de la minorité d’imbéciles habituels qui prétendent qu’on « mange des petits fours » et qu’on est achetés par les marques) et je ne suis pas sûr qu’il soit possible de tout dire 🙂

  13. @Eric :

    Parfait !

    Pour ta remarque, je reste néanmoins persuadé qu’il ne pourra jamais t’être reproché de la jouer transparent. (dans la limite évidemment de ton éventuel devoir de réserve professionnelle)

    Quant aux imbéciles comme tu dis, je reste également persuadé que
    1/ ne jamais nourir le troll
    2/ répondre poliment mais uniquement sur le fond sur le pb qu’ils soulèvent
    3/ un petit filtre IP pour les plus stupides,
    et ça sera parfait…

  14. Pingback: Windows Phone 7 : genèse d'une interface | Presse-Citron

  15. Pingback: WES 2010 BlackBerry : ce que j'en ai retenu | Presse-Citron

  16. Pingback: Avec WebsiteSpark de Microsoft, les petites entreprises ne connaissent pas la cris

  17. Juste une précision : Silverlight n’est pas un simple plugin permettant d’afficher du multimedia dans le navigateur (pas plus que Flash). On peut l’utiliser pour n’importe quel type d’application Internet. D’autre part Expression Blend est optionnel, l’environnement de développement primordial de Silverlight est Visual Studio.

  18. Pingback: Test HTC Mozart Windows Phone 7

  19. Pingback: Microsoft Mix 2011

Répondre