Suivez-nous

Internet

Le ministère des Affaires étrangères ciblé par un piratage informatique

Le Ministère a confirmé que la base de données Ariane avait été la cible d’un piratage permettant le vol de plusieurs données personnelles appartenant aux utilisateurs recensés.

Il y a

le

ministère des Affaires étrangères Ariane

Dans un communiqué daté du 13 décembre, le Quai d’Orsay a confirmé que le ministère des Affaires étrangères avait bien été la cible d’un piratage, déjà préalablement signalé par plusieurs internautes.

Le ministère des Affaires étrangères a saisi la CNIL

En effet, des utilisateurs français ont indiqué avoir reçu un email envoyé par Ariane, un service du ministère qui permet de se signaler facilement et gratuitement auprès du ministère dans le cadre d’un voyage ou d’une mission, explique la plateforme. De fait, les internautes concernés ont déclaré que le message annonçait : « Madame, Monsieur, à la suite d’un piratage informatique, certaines de vos données personnelles confiées au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ont été dérobées ». Les prénoms, les noms, les numéros de téléphone ainsi que les adresses électroniques des personnes ayant reçu cet email sont concernés par le vol.

Dans son communiqué, le Quai d’Orsay précise à raison que ce piratage informatique pourrait entraîner « des utilisations détournées, mais limitées dans leur effet ». Néanmoins, il ajoute que les données des cartes bancaires ou des destinations des voyages ne sont pas concernées. En termes d’utilisation, il se pourrait que les victimes du vol de données soient la cible de spam ou de spear phishing, c’est-à-dire un email dans lequel l’attaquant se base sur des informations qu’il connait et les utilise contre sa victime. Dans ce cas, le message sera personnalisé afin qu’il atteigne son objectif.

Le service Ariane « reste en fonction » et assure toujours la sécurité des voyageurs. Le Quai d’Orsay n’a pas communiqué sur le nombre de personnes touchées par le piratage.

La Commission nationale de l’informatique et les libertés (CNIL) a été saisie par le ministre et une enquête semble actuellement ouverte. Le Quai d’Orsay indique avoir « pris immédiatement les mesures qui s’imposaient pour éviter que des événements de ce type ne se reproduisent ».

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests