Suivez-nous

Médias & Pub

MSN va remplacer des dizaines de postes éditoriaux par une intelligence artificielle

Microsoft va se séparer de plusieurs rédacteurs et curateurs de son service d’actualité MSN pour les remplacer par un algorithme.

Il y a

  

le

 

Par

Siège Microsoft
© https://en.wikipedia.org/wiki/Microsoft_Redmond_campus#/media/File:Building92microsoft.jpg

L’immixtion de l’intelligence artificielle dans les rédactions ne date pas d’aujourd’hui. Déjà en 2015, Le Monde publiait plus de 35 000 articles rédigés par un robot-journalisme à l’occasion des élections départementales.

De nombreuses autres expériences sont menés, et des rubriques entières, notamment autour de l’information financière ou des résultats sportifs, sont désormais rédigées, ou plutôt produites par des intelligences artificielles. Mais jusqu’à présent il s’agissait plutôt de « listes à trous » alimentées par la data dans des secteurs spécifiques.

Or l’on sait que l’IA progresse fortement aussi dans le domaine sémantique et éditorial, et que certaines entreprises comme Narrative Science s’en sont fait une spécialité.

Des robots pour sélectionner et hiérarchiser l’information

C’est dans ce mouvement que s’inscrit la nouvelle initiative de Microsoft avec son portail d’actualités MSN. Plusieurs personnes proche du dossier au siège de Seattle confirment que le géant du logiciel va se séparer début juin de cinquante contributeurs aux USA et de 27 au Royaume-Uni. Les collaborateurs concernés – qui travaillaient sous contrat de régie en sous-traitance – ont été informés cette semaine que leurs services ne seraient plus nécessaires au-delà du 30 juin.Des collaborateurs dont la mission consistait à sélectionner les sujets, les hiérarchiser, réécrire les titres et programmer leur publication sur MSN. En revanche, les postes des salariés de Microsoft exerçant la même fonction ne sont pas remis en cause.

Selon le Seattle Times, un porte-parole de Microsoft se serait exprimé dans un communiqué : « Comme toutes les entreprises, nous évaluons régulièrement notre activité. Cela peut entraîner une augmentation des investissements dans certains départements et, de temps en temps, un redéploiement dans d’autres. Ces décisions ne sont pas le résultat de la pandémie actuelle ».

Un travail de curation qui sera désormais en partie réalisé par des algorithmes, comme le confirment des personnes s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, déclarant que MSN utilisera l’intelligence pour remplacer le travail de production qu’ils effectuaient. Un travail qui comprend l’utilisation d’algorithmes pour identifier les nouvelles tendances de dizaines de partenaires d’édition et pour aider à optimiser le contenu en réécrivant les titres ou en ajoutant de meilleures photos d’accompagnement, ou des diaporamas.

Le remplacement des journalistes et curateurs par des algorithmes d’intelligence artificielle est un sujet qui occupe les rédactions, mais également d’autres entreprises de production de contenus, depuis quelques années. Ainsi avons-nous vu récemment que Netflix faisait appel à des algorithmes pour organiser la présentation de ses contenus, mais que, a contrario, l’un de ses concurrents comme HBO Fox privilégiait l’intervention humaine. En fait, contre toute attente, la question est de savoir ce qui est plus adapté à l’intervention d’un algorithme, entre la rédaction pure et intégrale de contenus et la sélection pertinente de contenus produits par les autres.

La curation est un vrai métier, complexe et subtil, faisant notamment appel à l’intuition, à plus forte raison quand il s’agit d’un portail visant l’audience la plus large. Écrire les bons titres pour attirer des clics est par exemple un art difficile. Des caractéristiques éminemment humaines, dont il n’est pas certain que ce soient les plus faciles à émuler par une intelligence artificielle.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. MarketBull

    1 juin 2020 at 11 h 07 min

    J’aime de moins en moins les sites qui utilisent des applications qui s’utilisent avec des langages de programmation qui n’est qu’un interpréteur qui reçoit des conditions et qui ordonnent une réponse à une solution d’un problème qu’on demande parce qu’il y a toujours des problèmes non solvable par le bout de codes que nous concevons. La preuve est que les sites marchand n’offrent même plus l’option (Téléphonez nous direct avec un employé au premier coup, l’adresse du siège central de l’entreprise pour contacter les haut-fonctionnaires de l’entreprise, j’en passe).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests