Ou sont les flammes ?

Échec des Jeux Olympiques à Paris : un souci de nom de domaine ?

Après l’annonce du CIO sur la ville organisatrice des JO de 2012 (vous êtes au courant ?), je me suis amusé aujourd’hui à rechercher en bon pro du web les sites concernés.

Et j’ai constaté avec étonnement, voire une pointe d’affliction que le nom de domaine le plus « évident » pour Paris2012 ne pointait pas du tout sur le site de la candidature française aux JO. Si vous tapez www.paris2012.com, vous arrivez sur une page d’attente de registrar (société spécialisée dans le dépôt de domaines web).

En revanche, si vous faites www.london2012.com, vous arrivez bien à destination. M’occupant moi-même de noms de domaines, je suis obligé de constater que les entreprises françaises, même les plus importantes, ont encore du mal à intégrer le réflexe nom de domaine dans leur stratégie de marque. Dernier exemple en date : le groupe Danone annonce l’abandon de la marque BIO au profit de ACTIVIA.

Vous savez quoi (avis aux spéculateurs…) ? Ben voui, le domaine activia.fr est disponible à la vente au premier venu pour une poignée d’Euros…

Bien sûr, il n’est pas question d’attribuer l’échec de Paris2012 à ce genre « d’oubli », mais on peut quand même se dire que tout n’était pas si bordé que cela dans cette candidature.

Comme disait je ne sais plus qui, le diable se cache dans les détails…


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. interressant !
    Et très sincèrement (ayant ce reflex) j’aurai pas cru que des grosse boite (danone) oublie ce genre de chose …

  2. Ben si malheureusement (pour elles). On pourrait multiplier les exemples tant il y en a, même si les choses ont quand même tendance

  3. …et les budgets sous-estimés consacrés au developpement web, pas encore intégré comme une gestion de projet informatique à part entière

  4. Tiens, marrant, c’est une boite située dans l’Isère (un voisin ?) qui a déposé activia.fr…
    Des lecteurs de ton blog ?

Répondre