Suivez-nous

Startups

Payer en 3x dans une boutique physique ? Alma prépare une solution

Après avoir bouclé une levée de fonds de 3,3 millions d’euros, Alma peut préparer l’avenir sereinement. Après s’être lancé sur le créneau des boutiques en ligne, la fintech travaille sur une solution pour faciliter le paiement en 3x dans les boutiques physiques.

Il y a

  

le

 
Paiement en 3x avec Alma
© Alma

Alma est une jeune pousse qui a été fondée en 2017, et qui offre aujourd’hui une solution d’échelonnement des paiements à des petits marchands en ligne. Elle se greffe sur des CMS (Content Management Systems) comme Magento, Prestashop ou Woocommerce et permet ainsi aux petits commerçants d’offrir une facilité de paiement à leurs clients.

Louis Chatriot, fondateur d’Alma et ancien directeur général de Stripe Italie, se félicite d’offrir une solution à un segment abandonné par les acteurs traditionnels : « Aujourd’hui, les acteurs du paiement en trois fois sont des banques et des organismes de crédit ; et j’ai pris conscience qu’ils ne voulaient pas travailler avec de petits commerces : il y avait trop de contraintes, de risque », explique-t-il à nos confrères des Échos.

Ce service a évidemment un prix : 3,8% de commission sur les transactions. Toutefois, Alma offre à ses clients commerçants une assurance contre les impayés. En mettant en place la solution, la société affirme par ailleurs que les clients voient leur chiffre d’affaires augmenter de 20% en moyenne grâce à une hausse du panier moyen et un meilleur taux de conversion.

Tous les clients ne sont pas éligibles à cette offre, et chacun devra passer par le système de scoring d’Alma (qui s’appuie par défaut sur l’adresse mail, le numéro de téléphone ou l’historique des transactions) pour obtenir cette facilité de paiement. La jeune pousse souhaite limiter un maximum ses risques : « en cas de doute, il peut être demandé au client de partager ses données bancaires ». Elle n’est toutefois pas soumise à la stricte régulation des établissements de crédits ou les banques en ligne puisque le paiement « fragmenté » n’est pas considéré comme un crédit classique.

Une levée de fonds de 3,3 millions d’euros

Depuis son lancement en 2017, Alma a déjà réussi à conquérir 90 clients en ligne – du vendeur de trottinettes électriques en passant par une boutique en ligne de mode ou un opérateur de voyages. Le potentiel est là : « un peu moins de 2.000 entreprises en ligne proposent aujourd’hui cette option, alors que 200.000 veulent le faire. Cela augmente leurs ventes de 20 % » et la récente levée de fonds de 3,3 millions d’euros devrait lui permettre de passer à la vitesse supérieure. Parmi ses investisseurs, on compte les prestigieux fonds français Idinvest, Isai ou Kima Ventures.

Au niveau du développement, Alma travaille en ce moment sur une solution pour les boutiques physiques – qui aujourd’hui ne proposent pas d’échelonnement des paiements à leur clientèle. La fintech est dans une phase d’expérimentation, et sa plateforme à destination des commerçants traditionnels devrait être disponible « dans les mois à venir ».

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests