Portraits d’influenceurs : Etienne Deloraine, de la publicité à l’influence

Fondateur du site web Le Geek c’est Chic et créateur de contenu d’influence, Etienne Deloraine s’intéresse aussi à la photographie via Instagram, réseau sur lequel il rassemble presque 15 000 abonnés.

Si Le Geek c’est Chic existe aujourd’hui, sa création est l’histoire d’un enchevêtrement de cause à effet imprévus. Alors qu’il est à Bordeaux pour ses études, l’école demande à Étienne et ses camarades de créer un journal papier qui se veut innovant tout en traitant des sorties cinéma et web. Là où il pense que le journal papier est déjà mort, qu’à cela ne tienne, il répond à la demande avec du 100% web. Autant dire que l’école n’y était pas sensible.

Néanmoins, la page Facebook est consultée par ses amis qui lui font des retours, lui posent des questions. Il se prend au jeu « par plaisir » et rédige quand il le peut. Puis la fermeture de Megaupload marque un temps fort. Le Geek c’est Chic traite le sujet et les internautes affluent très rapidement. Les dizaines de lecteurs se transforment en 500 puis passent le cap des 1 000, puis des 10 000. Il y trouve là un intérêt à partager « avec des inconnus qui partagent des intérêts communs ». Il se rappelle en riant de cette fois où il a partagé un court-métrage de Pixar en exclusivité sur son site web avant que l’article ne soit ressorti en cours par l’un de ses profs. Ce dernier ne savait absolument pas qu’Étienne était à l’origine de l’article et du site. Il décroche ensuite un contrat avec Vice. Le projet prend de l’ampleur, de la vitesse. C’est là qu’il se pose la question : publicité ou entrepreneuriat ?

Âgé de 27 ans, Etienne vit désormais à Paris, ville dans laquelle il a finalement fait le choix de l’entrepreneuriat en 2015. Depuis, il alterne entre ces différentes activités. Si le média Le Geek c’est Chic reste son occupation principale, il travaille aussi en freelance « pour des marques, des agences ou des potes » et officie sur Instagram. S’il s’est formé seul au poste de fondateur sur Le Geek C’est Chic, il a aussi suivi une Licence d’Infographie et Multimédia à L’ESTEI de Bordeaux, cursus durant lequel il a créé son média en ligne. Par la suite, il a alterné ses journées entre Le Geek c’est Chic et son job de Directeur Artistique Digital (vidéo et motion design) chez Publicis Conseil. Par la suite, il a alterné ses journées entre Le Geek c’est Chic et son job de Directeur Artistique Digital chez Publicis Conseil, une partie des budgets d’Orange et de Coca-cola entre les mains, avant de faire un passage chez Marcel en qualité de motion designer.

Processed with VSCO with hb1 preset

La liberté de l’entrepreneuriat et « les expériences »

Ce qui lui plait le plus dans ses multiples activités c’est ce qu’il appelle l’expérience : rencontrer des gens, vivre des choses et surtout « le fait qu’aucune journée ne se ressemble ». Dernièrement, il a collaboré avec Peugeot à propos du SUV 5008. S’il a mis en avant le véhicule, il a aussi profité de l’expérience pour réaliser une vidéo, support qu’il apprécie particulièrement.

En ce moment, le quotidien professionnel d’Etienne se dirige plutôt vers de l’affiliation, via des tests produits ou des partenariats avec des grands noms du e-commerce. Concernant son activité de créateur de contenu d’influence, il se charge de raconter une histoire, celle d’une marque ou d’un produit, au travers de différents supports.

Quant à son compte Instagram, Etienne y partage régulièrement des photos aux couleurs travaillées, presque précieuses. Il explique que le réseau « coupe la distance mise par le média entre les lecteurs et lui ». Ainsi il peut communiquer plus personnellement sur ce qu’il souhaite et répondre directement aux questions de sa communauté.

Dans ses objectifs pour l’année à venir, il cite un nouveau site dont le contenu est encore bardé de secrets. Les « sides projects lui plaisent ». Une année, il a intégré une catégorie « Musique » au média, puis a détaché celle-ci pour en créer un site à part intitulé « Le Beat C’est Chic » pour le vendre quelques années plus tard. Il se laisse porter en fonction des années finalement, selon ce qui l’attire et lui plait. Il réfléchit aussi à intégrer une agence créative au sein de son site afin de ne plus avoir à passer par un tiers et de renforcer le travail et les compétences internes.

Ce qui l’anime, ce sont tous ces projets et les compétences qui gravitent à ses côtés. C’est aussi comme il le dit, « se donner la force de créer des choses ».

Vous êtes influenceuse ou influenceur avec au moins 10.000 followers sur Instagram, YouTube ou Twitter, et vous souhaitez figurer dans cette rubrique ? Contactez-nous.


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. Par curiosité sur quoi vous basez-vous pour qualifier quelqu’un d’influenceur parce qu’avec 500 abonnés Youtube et 15.000 Instagram on peut pas dire qu’il soit très suivi…

    • etienne deloraine on

      Hello, Je me permet de répondre à votre commentaire afin de vous éclairer sur le terme d’influenceur qui est quelque part subjectif… Disons que je peux être considérer comme tel dans le sens ou j »ai une certaine expertise du web et des nouvelles tech’ grâce à mes expériences. Par conséquent on peut parler ici d’influence car les lecteurs de mon média vont suivre mes conseils pour un futur achat ou simplement se divertir.

      Très belle soirée à vous.
      Etienne

Répondre