Suivez-nous

Startups

Pour remplacer le glyphosate, Bill Gates investit dans une startup de l’agritech

Enko, l’agritech américaine en question, sera-t-elle la remplaçante du Roundup ?

Il y a

  

le

 
Herbicide Bill Gates Startup
© Pixabay / Wuzefe

« La protection des cultures est une industrie de 60 milliards de dollars », expliquait avec intérêt Jacqueline Heard, la fondatrice d’Enko. Sa startup, opérant sur le marché de plus en plus prisé des « agritech », vient de lever 45 millions de dollars à l’occasion d’un tour de table en série B. Trois ans après son lancement, l’entreprise poursuit son développement et compte s’attaquer à un objectif de taille : après le scandale du Roundup par Monsanto, comment proposer une alternative saine, efficace et accessible ?

Malgré les difficultés, le marché n’en reste pas moins concurrentiel. La semaine précédant la levée de fonds de la startup née à Boston, une autre agritech rapportait avoir réussi à obtenir plus de 100 millions de dollars d’argent frais. Les biopesticides durables se font concurrence, et Enko n’a encore jamais rien commercialisé.

Pourtant, aux yeux de Jacqueline Heard, l’avenir semble tout tracé. Il faut dire que son second tour de table a été mené par la fondation Bill et Melinda Gates, un gage de sérieux et une occasion unique pour pouvoir à l’avenir, déployer une solution de biopesticide accessible jusque dans les coins les plus isolés.

Le besoin urgent d’une alternative

De l’autre côté de l’Atlantique, en France, le problème du glyphosate devient une plaie. Ce mardi, accompagné de la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne, le président Emmanuel Macron a dû une nouvelle fois rester vague sur la date de sortie du Roundup dans l’usage des agriculteurs français. « Avant la fin du quinquennat », normalement, ou « dès qu’une alternative aura été trouvée », comme l’indiquait le président au début de son mandat.

Cette alternative au Roundup devient urgente. La molécule herbicide, utilisée par le groupe Monsanto depuis 1974, s’est rapidement érigée comme le caractère central d’un problème plus large : comment continuer à produire en grande quantité, avec un rendement efficace, tout en utilisant des produits sains pour l’environnement et pour les hommes.

Chez Enko, la startup dans laquelle Bill Gates a choisi de faire confiance, la solution passera par une recherche de nouveaux procédés moléculaires grâce à l’intelligence artificielle, pour rendre les pesticides plus durables et sûrs. « Les problèmes de résistance affligent la production agricole depuis des années, mais l’industrie a mis du temps à innover. Fournir des produits plus sûrs et à faible taux d’utilisation qui offrent de bons rendements aux agriculteurs doit être la règle et non l’exception », rapportait la fondatrice d’Enko.

Quel rôle pour la fondation Gates ?

L’agritech compte se faire épauler par la fondation philanthropique de Bill Gates pour assurer le déploiement du prochain procédé. Car Enko en a conscience : mis à part le besoin de transparence auprès du grand public, la diffusion du produit devra être à faible coût, et toucher l’ensemble des agriculteurs, jusqu’aux plus reculés.

La startup compte sur son IA pour accélérer la recherche et le développement de son alternative au Roundup, alors qu’il est estimé que la planète terre comptera plus de 9,8 milliards d’êtres humains d’ici 2050. Le marché pourrait donc continuer à prendre de l’envergure. À ce jour, un tiers de la production mondiale est perdu ou gaspillé chaque année, et les récoltes jetées à cause des mauvaises herbes ravageuses y contribuent fortement.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Bob

    1 juillet 2020 at 19 h 23 min

    Du rêve des promesses mais …. C est tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests