Suivez-nous

Réseaux sociaux

Pourquoi Facebook va être la cible d’une nouvelle enquête antitrust

La justice américaine s’apprête vraisemblablement à ouvrir une enquête antitrust contre Facebook pour déterminer si le réseau social se plie à des pratiques anticoncurrentielles.

Il y a

  

le

 
Facebook, logo, oeil
© Pixabay / geralt

Facebook s’apprête à être la cible d’une nouvelle enquête antitrust lancée par la justice américaine, rapporte Reuters dans un récent article. Cette enquête sera la quatrième de cette nature à viser le réseau social, qui est également la cible d’entités comme la Federal Trade Commission (FTC), la Commission judiciaire de la Chambre des représentants et un groupe de procureurs généraux des États dirigé par New York. Cette dernière rassemble également des États comme ceux de la Caroline du Nord, du Colorado, du District de Columbia, de la Floride, de l’Iowa, de l’Ohio et autres.

Facebook suscite les interrogations de la justice

Pour ce qui est de l’enquête que s’apprête à lancer la justice américaine, l’on ne sait pas précisément ce que celle-ci visera, outre le fait qu’elle s’intéresse aux pratiques anticoncurrentielles auxquelles Facebook pourrait se plier. Néanmoins, l’on peut se douter que les interrogations seront similaires à celles des autres enquêtes.

Celle du groupe de procureurs cherche par exemple à déterminer si le réseau social a mis ou non en danger les données personnelles des utilisateurs de la plateforme, mais aussi si cela avait réduit la qualité des choix de ces derniers. La question de l’augmentation potentielle de la publicité est également au centre des débats.

En août, la justice américaine avait déjà fait part de sa volonté de s’intéresser de près à Facebook en matière d’antitrust, jugeant particulièrement les acquisitions faites par l’entreprise, surtout Instagram et WhatsApp.

Il y a quelques jours, le patron du groupe, Mark Zuckerberg, avait d’ailleurs été catégorique sur le sujet en expliquant qu’il ne vendrait pas ces deux plateformes, même si elles posent question, justement par rapport à ces fameuses potentielles pratiques anti-concurrentielles.

Rappelons que Facebook a le projet de fusionner Instagram, Messenger et WhatsApp, une initiative que le patron justifie, entre autres par la possibilité d’un meilleur chiffrement de bout en bout. Il y voit aussi là l’occasion d’offrir une expérience plus cohérente à ses utilisateurs. Néanmoins, l’inter-opérabilité de ces services risque d’être longue à mettre en place, là où elle sera aussi certainement observée de près par les organismes de régulation chargés de l’antitrust.

Facebook
Par : Facebook, Inc.
3.7 / 5
103,6 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests