Suivez-nous

Cinéma

Pourquoi les films de super-héroïnes sont-ils tous situés dans le passé ?

De Wonder Woman à Black Widow, les super-héroïnes ont le droit à leurs aventures solo… dans le passé. Une situation pour le moins étrange.

Il y a

  

le

 
Wonder Woman enquête filles
© DR

C’est un phénomène que l’on peut juger plutôt surprenant, d’autant plus qu’il se perpétue. A l’heure actuelle, entre DC Comics et Marvel, trois super-héroïnes sont concernées par des films solos : Wonder Woman, Captain Marvel et Black Widow, dont le film sortira fin avril. Or, ils ont tous un drôle de point commun, leur histoire va faire un beau saut dans le passé.

Les super-héroïnes, oubliées de l’histoire ?

On le sait, se faire une place à Hollywood n’est pas une chose aisée pour les super-héroïnes. Si DC a ouvert la voie avec Wonder Woman, Marvel a longtemps traîné des pieds. L’accueil réservé à Captain Marvel, critiqué avant même sa sortie, en constitue une autre preuve. Quant à Black Widow, il a fallu attendre 10 ans. Une éternité.

Mais, c’est du côté du scénario même qu’un phénomène surprenant est visible. En effet, le choix temporel est souvent récurrent, même si on ne parle pas de la même époque à chaque fois. Pourquoi une telle situation ? Paradoxalement, ce serait pour illustrer les dérives sexistes que les réalisateurs feraient aussi en partie de choix. Il suffit de repenser à certaines scènes de Wonder Woman pour s’en convaincre. Le positionnement féministe de Captain Marvel n’est plus à démontrer non plus et a constitué une partie à la fois de son problème et de son succès.

Mais ce choix temporel présente aussi un problème évident. Cela laisse sous-entendre en creux que les super-héroïnes n’existent pas dans l’actualité, sans leurs équivalents masculins où elles deviennent souvent des accessoires.

A noter qu’il existe bien une exception, il s’agit de Harley Quinn et les Birds of Prey. Mais, d’une on parle ici d’un film lié à une équipe, malgré ce que le titre peut laisser penser. Ce n’est pas un film solo au sens premier du terme. Surtout Harley Quinn n’est pas vraiment ce que l’on peut qualifier de super-héroïne.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Dwalin

    25 février 2020 at 14 h 11 min

    Ce serait pas juste pour leur créer une antériorité et justifier ensuite leur présence à l’égal de leurs homologues masculins dans des films se passant de nos jours ?
    Si on les introduit directement il peut y avoir un effet « voilà la petite débutante » alors que là on explique qu’en fait elle y était avant et que c’est Batman le débutant.

  2. Tjo

    25 février 2020 at 14 h 36 min

    Captain Marvel a été mal reçu avant sa sortie surtout du fait de son actrice principale. De manière étonnante Brie Larson a essuyé un retour de flamme après avoir réitéré ses propos quant à dire qu’elle ne faisait pas de films pour les hommes blancs…
    C’est un peu facile de se focaliser sur le deuxième acte pour victimiser le film et l’actrice, non ?

    Du reste, si on cite bien Birds of Prey, il ne faut pas oublier de précédentes tentatives de faire des films sur des super héroïnes à une époque contemporaine : catwoman a eu le droit à son adaptation, Elektra avant elle et encire Supergirl à une époque plus vieille encore…

    Les exemples sont plus rares que les héros masculins, certes, sans doute aussi parce que les exemples cités ont étés pas mal d’échecs et ont eu de quoi refroidir des producteurs qui ne réfléchissent qu’au chiffre.
    Mais effectivement ça bouge : Wonder Woman, Captain Marvel, Harley Queen, Black Widow. Et ce n’est que pour les exemples cinéma car les séries ont déjà pris le pas aussi avec notamment Supergirl et Batgirl.

    Alors oui, on peut s’étonner de voir les récentes adaptations ciné davantage conjuguées au passé mais y a-t-il vraiment de quoi s’en émouvoir ?

    Wonder Woman s’est faite remarquée dans BvS et y a obtenu suffisamment de place pour encourager un film. Black Widow a gagné quant à elle une importance toujours grandissante au sein du MCU au point que la reléguer au rang d’accessoire me semble vraiment inapproprié, surtout aux vues de son apothéose dans Endgame. (j’avoue cependant que son utilisation dans l’ére d’ultron était plus embarrassante).

    C’est une marche, ça avance, ça progresse. Les héroïnes restées en second plan prennent de l’avant et ont leur film solo, d’autres arrivent encore. Et on peut en dénombrer bien d’autres si on ne se contente pas du genre super héroïque et ce même en restant dans les blocbusters.

    Alors quelle valeur donner à un article qui préfère se complaire dans une éternelle plainte en cherchant toujours de quoi pointer du doigt ? « Enfin il y a des films de super héroïnes ! Mais c’est nul, on les fout constamment dans le passé !  » l’interprétation que vous en faites est quand même vachement orientée… Les maintenir au passé permet de garder ces héroïnes en arrière plan pour le présent ? Et les garder comme accessoire…

    N’oubliez pas que ces héroïnes sont aussi des adaptations d’un matériel source. Difficile de faire un film sur les origines de l’amazone sans s’embarasser du passé, ce qui n’est pas sans occasionner d’autres zones d’ombres dans une chronologie à éclairer.
    Et puis il y a l’évidence pour Captain Marvel : la placer dans le passé a permis aussi de la montrer existente bien que nous n’en ayions pas entendu parler dans le MCU jusqu’alors mis en place.
    Sans parler d’une Black Widow pour laquelle il semble difficile d’imaginer un film dans la suite de son univers cinématographique actuellement.
    Il faut bien faire avec ce qui est déjà, on ne peut faire de miracle à moins de tout rebooter.

    Rose McGowan a critiqué Natalie Portman pour son geste de porter une robe avec le nom de ces réalisatrices oubliées des cérémonies, elle a au moins eu l’intelligence de revenir ensuite sur sa critique pour relever que chaque geste vers l’avant compte et que chaque voix méritait d’être entendues.

    Je suis désolé de voir un article se concentrer et chercher autant le négatif quand il y a bien du positif à en dire. Un article si orienté qu’il n’en prend pas même la peine d’analyser tous les médias qu’il decrie pourtant.

    J’espère que la suite continuera de mettre plus en avant des héroïnes méritantes dans des adaptations toujours plus intéressantes. Et j’espère que vous arriverez à constater davantage les avancées positives plutôt que de rester dans une analyse negativiste qui a davantage sa place… Dans le passé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Partenaire

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests